I4CE a produit une série de trois Points Climat sur la gestion des risques de transition par les acteurs financiers. Ces publications présentent les enjeux clés des risques climatiques, de la théorie à la pratique, en proposant des recommandations structurées autour de trois questions :

Depuis la révolution industrielle, l’accumulation à un niveau sans précédent de gaz à effet de serre dans l’atmosphère entraine un réchauffement climatique aux conséquences multiples sur les économies et les sociétés du globe. D’un autre côté, pour limiter le réchauffement climatique en-deçà de 2°C et ainsi en limiter les conséquences économiques, des politiques sont progressivement mises en place pour orienter l’économie vers une transition bas-carbone. Ces deux tendances, opposées mais néanmoins liées, entraîneront des impacts financiers pour l’ensemble des acteurs économiques. La détérioration de la performance financière de certains acteurs se traduira en risque de crédit, risque de contrepartie, risque de liquidité, risque opérationnel et risque de marché pour les acteurs financiers. La matérialisation de ces risques de transition pourrait avoir lieu dans les dix prochaines années, voire avant, notamment dans le cas d’un changement soudain de sentiment du marché entraînant une dépréciation brutale de certains titres financiers.

Ainsi les risques climatiques peuvent être divisés en trois catégories, comme proposé par Mark Carney :

  • Les risques climatiques physiques: ce sont les impacts financiers incertains qui résultent des effets du changement climatique (modification des températures moyennes et régimes de précipitations, augmentation de la fréquence et de la sévérité des événements climatiques extrêmes…) sur les acteurs économiques et sur les portefeuilles d’actifs;
  • Les risques de transition: ce sont les impacts financiers incertains (positifs et négatifs) qui résultent des effets de la mise en place d’un modèle économique bas-carbone sur les acteurs économiques. Les risques de transition sont caractérisés par une incertitude « radicale » sur la nature de la trajectoire bas-carbone (i.e. la trajectoire de réduction des émissions de gaz à effet de serre, qui restructure l’économie) et une incertitude plus « habituelle » sur les modalités de mise en œuvre de cette trajectoire en termes économiques et sociaux.
  • Les risques de responsabilité : ce sont les impacts financiers incertains résultant d’éventuelles poursuites en justice pour avoir contribué au changement climatique ou par ne pas avoir suffisamment pris en compte les risques climatiques.

L’analyse réalisée par I4CE dans ces trois Points Climat se concentre sur les risques de transition. La gestion des risques climatiques physiques par les acteurs financiers est tout aussi importante, mais nécessite une analyse différente et une autre stratégie de gestion par les acteurs financiers. La gestion des risques climatiques physiques par les acteurs financiers fera l’objet de travaux ultérieurs par I4CE.