Une commission internationale de haut niveau

Lancée à la COP22 au Maroc, en novembre 2016, à l’invitation de la CPLC – Coalition pour le leadership du prix du carbone (Carbon Pricing Leadership Coalition) orchestrée par la Banque mondiale, et ses deux co-présidents Ségolène Royal et Feike Sijbesma, la « Commission de haut niveau sur le prix du carbone » présidée par les deux économistes Joseph Stiglitz et Lord Nicholas Stern a réuni 11 économistes, spécialistes du changement climatique et de l’énergie du monde entier pour contribuer à la mise en œuvre réussie de l’accord de Paris.

L’objectif de la Commission a été d’identifier les corridors indicatifs de valeurs du carbone qui peuvent être utilisés pour guider la conception des politiques et instruments de tarification du carbone et d’autres politiques, réglementations et mesures climatiques afin d’inciter à une action climatique audacieuse et efficace.

2c-carbon-prices

Source: Rapport de la Commission Stiglitz-Stern, 2017

Le rapport de la Commission et ses messages clés

La Commission a publié son rapport le 29 mai 2017:

Ses messages clés :
  • Les pays peuvent choisir différents instruments pour mettre en œuvre leurs politiques climatiques, en fonction des circonstances locales et nationales et de l’appui qu’ils pourront recevoir.
  • D’ après les données provenant de l’industrie et des politiques pratiquées dans le passé, et de la littérature économique, en prenant dûment en compte les points forts et les limites de ces sources d’information, la Commission conclut que le niveau de prix explicite du carbone compatible avec l’atteinte des objectifs en température de l’Accord de Paris est d’au minimum 40 à 80 dollars par tonne de CO2 en 2020 et 50 à 100 dollars la tonne en 2030, à condition que des politiques d’accompagnement favorables soient mises en place.
  • Les niveaux appropriés de prix du carbone seront variables selon les pays. Ils pourront se situer en dessous de la fourchette proposée ici dans les pays à faibles revenus, notamment parce que les actions complémentaires peuvent y être moins onéreuses et parce que les questions de distribution et d’éthique peuvent y être plus complexes.
  • Pour l’efficacité de la politique climatique, et tout particulièrement de la tarification du carbone, il est d’une importance vitale que les futures trajectoires et politiques soient claires et crédibles.
  • La mise en place d’une tarification du carbone devra tenir compte des bénéfices non liés au climat (comme l’utilisation des revenus), du contexte local, et de la politique économique générale (dont l’environnement de politique économique, les coûts d’ajustement, la répartition des impacts, et l’acceptabilité sociale et politique). En fonction des autres politiques économiques, il peut exister des co-bénéfices substantiels au-delà des impacts climatiques évités, par exemple des améliorations en termes de pollution, de congestion, d’écosystèmes, etc.

La contribution d’I4CE

Pour alimenter la production de ce rapport, I4CE a fourni aux commissionnaires et auteurs trois recommandations pour rendre le rapport utile pour les décideurs (acteurs économiques, gouvernements, financiers, agences internationales) :

  1. Définir une vision de ce qu’exigerait un monde « net-zéro » émissions de GES avant 2050, en expliquant les conditions pour atteindre cet objectif de l’accord de Paris et toutes les hypothèses sous-jacentes en fournissant une gamme de coûts appropriés du carbone.
  2. Fournir des recommandations aux décideurs et aux acteurs économiques pour qu’ils développent leur propre estimation d’une valeur carbone qui reflète leurs circonstances nationales et locales.
  3. Établir un processus qui continue pour soutenir la mise à jour de ce corridor de valeurs carbone après la publication du rapport. Cela pourrait notamment impliquer l’établissement d’un cadre pour mettre à jour et insérer les valeurs du carbone dans les différents forums et dialogues multilatéraux, internationaux et nationaux, etc.

Janvier 2017:  I4CE inputHow to make the report the most comprehensible and impacting for public and private decision makers to foster their climate actions.

Janvier 2017 : Présentation à la réunion informelle organisée par France Stratégies : Do internal carbon prices make a difference on corporate strategies?