Événements

Prix du carbone

Date: 16 novembre
Horaires: 15:00-16:30
Lieu: Zone bleue – Pavillon France
Organisateur: DGEC

Résumé de l’événement

Au lendemain de l’Accord de Paris pour le climat, la tarification du carbone est une priorité pour engager la transition vers une économie bas-carbone. Dans cette perspective, Ségolène Royal, présidente de la COP, a missionné Pascal Canfin, Gérard Mestrallet et Alain Grandjean pour formuler des propositions sur le prix du carbone. Le rapport remis en juillet 2016 souligne la nécessité de renforcer dès à présent le marché carbone européen, dont le prix a chuté de plus de 50 % depuis la fin de l’année 2015 pour atteindre environ 4€ actuellement. La mise en place d’un corridor de prix du carbone, pour rendre le prix plus efficace et prévisible, pourrait s’inspirer des marchés carbone internationaux qui possèdent des mécanismes de contrôle des prix (Californie et Québec par exemple).

L’évènement discutera des conclusions de ce rapport ainsi que celles du rapport de l’OCDE publié en septembre 2016 qui montre qu’il existe un décalage important entre les politiques actuelles de tarification du carbone et celles qui seraient nécessaires pour que cette tarification corresponde ne serait-ce qu’à l’estimation basse des coûts climatiques réels, soit 30 EUR par tonne de CO2. Il ouvrira le débat sur les grands exemples internationaux de régulation des marchés carbone par les prix, avec notamment des retours d’expérience de la Californie et du Québec.

Modérateur: Laurent MICHEL | Ministère de l’Environnement, la Direction de l’énergie et le Service climat et efficacité énergétique.

Intervenants :

  • Gérard MESTRALLET| Président du Conseil d’Administration, ENGIE
  • Richard BARON | Expert et Coordinateur du projet “Alignement des politiques pour la Transition Bas-Carbone”, OECD
  • Emily WIMBERGER | Chef Economiste, California Air Resources Board
  • Emilie ALBEROLA | Directeur de programme Industrie et Energie, I4CE – Institute for Climate Economics
16 nov 2016

Prix du carbone

Pour aller plus loin
  • 21/06/2024
    En attendant le Plan national d’adaptation au changement climatique

    Les élections législatives anticipées ont balayé la dernière chance pour le gouvernement de présenter le projet de 3ème Plan National d’Adaptation au Changement Climatique (PNACC3) avant l’été. Les travaux avaient néanmoins bien avancé et, quelles que soient les suites, il y aura trois choses à retenir des progrès des derniers mois sur l’adaptation. La première, c’est l’idée maitresse du PNACC3 – celle qui pourrait structurellement changer la donne en matière d’adaptation et autour de laquelle toutes les dynamiques ont commencé à s’aligner : le partage d’une trajectoire de réchauffement de référence (TRACC). La prise en compte systématique du climat futur selon les hypothèses partagées de cette TRACC est une manière efficace pour enfin arrêter de regarder dans le rétroviseur et concrétiser un « réflexe adaptation » dans tous les investissements structurants. À ce stade, la TRACC n’est encore inscrite dans le marbre nulle part. Aller au bout de cette idée nécessitera un nouveau moment politique sur l’adaptation.

  • 20/06/2024
    Vagues de chaleur : ce que l’on peut dire des coûts de l’adaptation des bâtiments

    Face aux conséquences grandissantes des vagues de chaleur sur les activités économiques et les populations, l’adaptation du secteur du bâtiment apparait désormais comme un nouvel impératif. Si la question du « comment » a déjà fait l’objet de nombreux travaux, la question du « combien » reste pour le moment peu traitée. Pour avancer en ce sens, nous présentons dans ce rapport : un premier état des lieux de ce que l’on sait dire à date des coûts de l’adaptation aux vagues de chaleur pour le secteur du bâtiment ; la méthodologie que nous avons utilisée pour chiffrer les surcoûts de l’adaptation aux vagues de chaleur, construite à partir des éléments disponibles et de discussions avec des experts.

  • 17/06/2024 Tribune
    Climat : doublons nos investissements en Europe

    Pour une Europe sûre et plus compétitive, il va falloir investir davantage en faveur de notre souveraineté énergétique et agricole, de notre compétitivité industrielle et de la protection de nos populations face aux aléas climatiques, estime Benoît Leguet, directeur de l’Institut de l’économie pour le climat. Oui, mais comment ? Si la surprise était plutôt à Paris qu’à Bruxelles dimanche soir, une lecture européenne des élections du 9 juin s’impose. Car même si elles font l’actualité au-delà de nos frontières, les élections législatives françaises n’auront qu’un impact limité sur le choix des « top jobs » bruxellois : présidence de la Commission, collège des commissaires, présidence du Parlement européen, présidence du Conseil.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer