Publications

TendancesCarbone N°67 – EU ETS : un marché résiduel de réduction d’émissions de CO2 nécessitant une réforme structurelle

1 janvier 1970

La chute des prix du marché Européen du carbone, l’EU ETS, a relancé un débat sur la nécessité ou non d’une réforme de l’EU ETS. Soyons clairs : l’EU ETS fonctionne bien. Le cours actuel du carbone révèle simplement que les mauvaisesperspectives économiques et l’évolution récente des marchés de l’énergie ont réduit le coût de mise en conformité avec les plafonds d’émission.

Si les décideurs souhaitent un prix du carbone plus élevé, ils peuvent par exemple définir une trajectoire de réduction d’émission plus agressive en phase 4 après 2020. Certains avancent cependant que cela ne suffirait pas à soutenir les prix dans le court
terme, car les engagements politiques à long terme sont peu crédibles et beaucoup de participants semblent avoir des comportements de court terme sur le marché ETS. D’où l’idée d’un resserrement immédiat du marché par la mise en place d’une réserve de quotas en phase 3 (un « set aside »), dans le cadre de la nouvelle directive ur l’efficacité énergétique.

Ces arguments en faveur d’une intervention politique ad hoc immédiate sont angereux, car ils mélangent plusieurs problèmes. Si les décideurs interviennent onctuellement pour resserrer l’EU ETS quand les prix sont trop bas, que feront-ils uand ils jugeront les prix trop élevés ? Une telle intervention affaiblirait la crédibilité de l’EU ETS et des engagements politiques qui le sous-tendent.

TendancesCarbone N°67 – EU ETS : un marché résiduel de réduction d’émissions de CO2 nécessitant une réforme structurelle Télécharger
Pour aller plus loin
  • 03/02/2023
    L’adaptation entre dans une nouvelle ère

    L’adaptation aux impacts du changement climatique en France n’est plus un tabou. C’est la première chose à retenir de la grande conférence organisée lundi dernier par I4CE et France Stratégie. La question n’est plus de savoir s’il faut s’adapter mais comment le faire. Elle n’est plus vue comme un renoncement à réduire les émissions de gaz à effet de serre, mais comme le second pilier de la lutte contre les changements climatiques. Il nous faut à la fois atténuer et adapter, « éviter l’ingérable et gérer l’inévitable » pour reprendre une expression utilisée à maintes reprises pendant la conférence.

  • 27/01/2023
    En 2023, l’adaptation doit devenir un réflexe pour l’État et les collectivités

    Ces derniers mois, enfin, la France a pris conscience de la nécessité d’adapter tous les territoires aux conséquences du dérèglement climatique. L’adaptation est un objectif mieux compris et mieux partagé, et elle devrait être au cœur du prochain plan national anti sécheresse ou de la future loi d’orientation agricole. Il était temps. Car jusqu’alors, nous continuions à concevoir des politiques et à investir dans des infrastructures comme si le climat ne changeait pas. Chaque année, au moins 50 milliards d’euros d’investissements publics sont encore réalisés sans systématiquement prendre en compte le fait que le climat change. 

  • 27/01/2023
    Adaptation : ce que peuvent (et doivent) faire les collectivités

    Les impacts du changements climatiques sont locaux et une grande partie de l’adaptation des territoires reposera sur les collectivités. Elles peuvent – et doivent – dès maintenant mettre en place de nombreuses actions sans-regret et mobiliser des moyens humains et financiers pour engager une politique d’adaptation ambitieuse de leur territoire. Retrouvez dans ce Point Climat d’I4CE la liste de ces actions. 

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer