Publications

« Compliance of the Parties to the Kyoto Protocol in the first commitment period »

10 juin 2016

Authors: Igor Shishlov, Romain Morel, Valentin Bellassen

This article provides an ex post analysis of the compliance of the Parties to the Kyoto Protocol during the first commitment period (2008–2012) based on the final data for national GHG emissions and exchanges in carbon units that became available at the end of 2015. On the domestic level, among the 36 countries that fully participated in the Kyoto Protocol, only nine countries emitted higher levels of GHGs than committed and therefore had to resort to flexibility mechanisms. On the international level – i.e. after the use of flexibility mechanisms – all Annex B Parties are in compliance. Countries implemented different compliance strategies: purchasing carbon units abroad, stimulating the domestic use of carbon credits by the private sector and incentivizing domestic emission reductions through climate policies.

Overall, the countries party to the Protocol surpassed their aggregate commitment by an average 2.4 GtCO2e yr–1. Of the possible explanations for this overachievement, ‘hot-air’ was estimated at 2.2 GtCO2e yr–1, while accounting rules for land use, land-use change and forestry (LULUCF) further removed 0.4 GtCO2e yr–1 from the net result excluding LULUCF. The hypothetical participation of the US and Canada would have reduced this overachievement by a net 1 GtCO2e yr–1. None of these factors – some of which may be deemed illegitimate – would therefore on its own have led to global non-compliance, even without use of the 0.3 GtCO2e of annual emissions reductions generated by the Clean Development Mechanism. The impact of domestic policies and ‘carbon leakage’ – neither of which is quantitatively assessed here – should not be neglected either.

Read the article by clicking here

Pour aller plus loin
  • 27/01/2023
    En 2023, l’adaptation doit devenir un réflexe pour l’État et les collectivités

    Ces derniers mois, enfin, la France a pris conscience de la nécessité d’adapter tous les territoires aux conséquences du dérèglement climatique. L’adaptation est un objectif mieux compris et mieux partagé, et elle devrait être au cœur du prochain plan national anti sécheresse ou de la future loi d’orientation agricole. Il était temps. Car jusqu’alors, nous continuions à concevoir des politiques et à investir dans des infrastructures comme si le climat ne changeait pas. Chaque année, au moins 50 milliards d’euros d’investissements publics sont encore réalisés sans systématiquement prendre en compte le fait que le climat change. 

  • 27/01/2023
    Adaptation : ce que peuvent (et doivent) faire les collectivités

    Les impacts du changements climatiques sont locaux et une grande partie de l’adaptation des territoires reposera sur les collectivités. Elles peuvent – et doivent – dès maintenant mettre en place de nombreuses actions sans-regret et mobiliser des moyens humains et financiers pour engager une politique d’adaptation ambitieuse de leur territoire. Retrouvez dans ce Point Climat d’I4CE la liste de ces actions. 

  • 27/01/2023
    Mettre l’adaptation aux impacts du changement climatique au menu des discussions entre les collectivités et l’État

    Si les collectivités disposent d’importants leviers d’adaptation, elles ne pourront les mobiliser que si certaines conditions sont réunies au niveau national : tout l’effort ne peut pas reposer sur leur seule initiative. C’est ce que montre ce Point Climat d’I4CE. Il est donc urgent qu’une discussion s’ouvre sur l’adaptation entre l’État et les collectivités, notamment dans le cadre de « l’Agenda territorial ».

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer