Publications

I4CE contribue à la feuille de route de l’Agenda global pour l’action climatique

29 septembre 2016 - Édito de la semaine

I4CE est cité aux côtés d’autres acteurs dans la synthèse des contributions à la feuille de route de l’Agenda global pour l’action climatique.

Dans le courant de l’été, Laurence Tubiana et Hakima El Haite, championnes mondiales pour le climat de la France et du Maroc, ont invité les partie-prenantes étatiques et non étatiques au processus international de négociation sur le changement climatique à réagir à la feuille de route pour l’action climatique mondiale qu’elles ont publiée (http://newsroom.unfccc.int/fr/action-climatique/plan-mondial-action-climatique/).

Dans la continuité des travaux menés pour la COP21, I4CE a répondu à cette consultation en apportant notamment son point de vue sur la poursuite de l’agenda de l’action et l’importance du suivi et de l’évaluation des initiatives non-étatiques.

Les principaux éléments mis en avant dans notre contribution :

  • aligner les initiatives promues avec les objectifs de l’accord de Paris,
  • poursuivre la dynamique dans un esprit de rehaussement constant de l’ambition en favorisant les actions réellement nouvelles,
  • construire un consensus autour des critères de suivi et d’évaluation des projets,
  • travailler avec les réseaux d’acteurs et faciliter la coopération entre acteurs étatiques et non étatiques.

Plusieurs de ces éléments ont été repris dans la synthèse finale publiée le 16 septembre dernier, notamment : l’importance de penser une action de long terme cohérente avec les objectifs de Paris ; la nécessité d’accroitre encore le niveau d’ambition des acteurs étatiques comme non étatiques ; le rôle des championnes dans le suivi de la mise en œuvre des actions qui ont le potentiel d’impact le plus fort et l’intérêt particulier à accorder aux actions qui permettent à différents types d’acteurs de coopérer.

CCNUCCC

 

 

Pour aller plus loin
  • 23/05/2024 Billet d'analyse
    Financement local de la transition : le débat escamoté

    Il en va du financement de l’action climatique à l’échelle locale comme des travaux à entreprendre dans une copropriété composée de plus de 35 000 décideurs différents : le devis est de plus en plus précis mais, s’agissant d’une responsabilité partagée, personne ne veut prendre seul la facture à sa charge. Le contexte budgétaire national de ce début d’année, dominé par la réduction des déficits publics, est propice à remettre une nouvelle fois à plus tard l’indispensable réunion de syndic sans laquelle jamais les travaux ne s’engageront à la hauteur des besoins. Or, plus le temps passe, et plus les coûts risquent de grimper : quelques pistes pour faire progresser le sujet en 2024 malgré tout.

  • 17/05/2024
    Revenus carbone : leur rôle dans le financement de la transition climatique

    Le mois dernier, le secrétaire de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), Simon Stiell, a souligné l’importance de cette année et de l’année prochaine pour l’Accord de Paris et a appelé à « un bond en avant dans le financement climatique » avant les Réunions de printemps de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international. En effet, les émissions devant atteindre leur maximum avant 2025, notre fenêtre d’opportunité pour maintenir l’augmentation de la température à +1,5°C se referme rapidement. Il est urgent d’accroître et d’améliorer les financements pour la transition. Les politiques de tarification du carbone et leurs recettes font partie des outils disponibles qui peuvent contribuer à combler le déficit de financement de la lutte contre le changement climatique.

  • 15/05/2024
    Maximiser les avantages de la tarification du carbone par l’utilisation des revenus carbone

    Les politiques de tarification du carbone et leurs revenus font partie des outils disponibles qui peuvent aider à combler le déficit de financement climatique. Avec des recettes provenant des taxes sur le carbone et des systèmes d’échange de quotas d’émission (ETS) qui ont triplé depuis l’Accord de Paris, et une tendance à la hausse qui pourrait se poursuivre à moyen terme, « comment utiliser les recettes du carbone » est devenu une question cruciale. Ce rapport, préparé dans le cadre du projet European Union Climate Dialogues (EUCDs) financé par l’Union européenne (UE), vise à informer les décideurs politiques et les praticiens sur les leçons apprises et les voies à suivre concernant l’utilisation des revenus du carbone, avec une approche globale basée sur un examen des expériences internationales.  

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer