Faire participer les principales parties prenantes à la mise en œuvre des stratégies de long terme

Webinaires - Par : Dr. Louise KESSLER

Date : 17 novembre

Lieu : Pavillon IDFC et en ligne

Organisateurs : I4CE IDDRI, ADEME

L’Accord de Paris a mis en place deux dynamiques complémentaires pour une action ambitieuse sur le climat. D’une part, selon une approche ascendante, les engagements d’atténuation et d’adaptation ainsi que les politiques déployées à cet égard incombent aux gouvernements nationaux, qui ont la responsabilité de soumettre leurs contributions nationales à l’effort mondial et de définir les actions qu’ils entendent engager pour atteindre leurs objectifs. D’autre part, les acteurs non étatiques, notamment les entreprises, ont été reconnus officiellement pour la première fois dans le cadre de négociations internationales, ont contribué de manière significative à la construction d’une dynamique favorable et ont pris volontairement de plus en plus d’engagements de décarbonation.  

 

 

Cependant, ces dynamiques restent trop déconnectées à ce stade. Les pays continuent de réviser leurs stratégies de long terme et leurs contributions déterminées au niveau national, mais ces stratégies manquent souvent de descriptions pertinentes pour la mise en œuvre par les acteurs économiques. D’autre part, les acteurs non étatiques sont très dynamiques, développant de plus en plus d’initiatives concrètes, mais sans soutien gouvernemental fort, car ils ont du mal à identifier où agir le plus efficacement.  

 

Cette session partageait les leçons tirées de différentes initiatives nationales concernant la mise en œuvre actuelle de stratégies de long terme et l’engagement des parties prenantes. Elle a facilité une discussion avec différentes parties prenantes des ministères des finances, des banques de développement, du secteur privé, des experts des pays en développement et des institutions internationales. 

 

Modératrice : Cassilde Brenière, Adjointe au directeur exécutif des opérations / Agence Française de Développement (AFD)

Programme : 

  • Partie 1 – Comment engager la finance ? 
  • Partie 2 – Comment engager le secteur privé ? 
  • Partie 3 – Comment la mise en œuvre se déroule-t-elle au niveau national ? 

 

Avec la participation de 

  • Chukwumerije Okereke : directeur du Centre pour le climat et le développement à l’Université fédérale Alex Ekwueme de Ndufu-Alike, au Nigeria ;
  • Rebeca Lima : directrice exécutive au Carbon Disclosure Project (CDP) d’Amérique Latine ;
  • Saritha Vishwanathan : chercheuse principale de l’Institut indien de gestion d’Ahmedabad ; 
  • Noor Syaifudin : ministre des finances, Indonésie ; 
  • Louise Kessler, directrice du programme Économie, et Chloé Boutron, chargée de recherche en Économie, d’I4CE

 

 

17 nov 2022

Faire participer les principales parties prenantes à la mise en œuvre des stratégies de long terme

Contacts I4CE
Dr. Louise KESSLER
Dr. Louise KESSLER
Directrice de programme – Outils de pilotage, Financement de la transition Email
Pour aller plus loin
  • 23/05/2024 Billet d'analyse
    Financement local de la transition : le débat escamoté

    Il en va du financement de l’action climatique à l’échelle locale comme des travaux à entreprendre dans une copropriété composée de plus de 35 000 décideurs différents : le devis est de plus en plus précis mais, s’agissant d’une responsabilité partagée, personne ne veut prendre seul la facture à sa charge. Le contexte budgétaire national de ce début d’année, dominé par la réduction des déficits publics, est propice à remettre une nouvelle fois à plus tard l’indispensable réunion de syndic sans laquelle jamais les travaux ne s’engageront à la hauteur des besoins. Or, plus le temps passe, et plus les coûts risquent de grimper : quelques pistes pour faire progresser le sujet en 2024 malgré tout.

  • 17/05/2024
    Revenus carbone : leur rôle dans le financement de la transition climatique

    Le mois dernier, le secrétaire de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), Simon Stiell, a souligné l’importance de cette année et de l’année prochaine pour l’Accord de Paris et a appelé à « un bond en avant dans le financement climatique » avant les Réunions de printemps de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international. En effet, les émissions devant atteindre leur maximum avant 2025, notre fenêtre d’opportunité pour maintenir l’augmentation de la température à +1,5°C se referme rapidement. Il est urgent d’accroître et d’améliorer les financements pour la transition. Les politiques de tarification du carbone et leurs recettes font partie des outils disponibles qui peuvent contribuer à combler le déficit de financement de la lutte contre le changement climatique.

  • 15/05/2024
    Maximiser les avantages de la tarification du carbone par l’utilisation des revenus carbone

    Les politiques de tarification du carbone et leurs revenus font partie des outils disponibles qui peuvent aider à combler le déficit de financement climatique. Avec des recettes provenant des taxes sur le carbone et des systèmes d’échange de quotas d’émission (ETS) qui ont triplé depuis l’Accord de Paris, et une tendance à la hausse qui pourrait se poursuivre à moyen terme, « comment utiliser les recettes du carbone » est devenu une question cruciale. Ce rapport, préparé dans le cadre du projet European Union Climate Dialogues (EUCDs) financé par l’Union européenne (UE), vise à informer les décideurs politiques et les praticiens sur les leçons apprises et les voies à suivre concernant l’utilisation des revenus du carbone, avec une approche globale basée sur un examen des expériences internationales.  

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer