Événements

Prix du carbone: les perspectives de développement du système européen d’échange de quotas (EU ETS) à l’horizon 2030

Date : 10 décembre de 13h à 15h

Lieu : Pavillon français

Partenaire(s) : Enerdata

I4CE – Institute for Climate Economics, et Enerdata ont conduit, un programme de recherche sur le système européen d’échange de quota (SEQE ou EU ETS) pour préparer les décideurs économiques à la révision du pilier central de la climatique européenne, dans le cadre du paquet énergie-climat 2030. L’objectif de cet évènement est de présenter les voies d’amélioration de l’efficacité de l’EU ETS pour adresser aux acteurs économiques un « signal-prix » qui les guident vers une trajectoire efficiente de décarbonation.

Messages clé :

  • Benoît Leguet, Directeur, I4CE, a souligné le rôle central de l’EU ETS dans l’atteinte de l’objectif des réductions des émissions de CO2 à l’horizon 2030. Il a également insisté sur le rôle important des instruments économiques complémentaires visant à accélérer le déploiement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique, mais leur impact sur l’EU ETS devrait être quantifié de façon précise et transparente. Ceux-ci ont en effet contribué significativement à la réduction des émissions dans la période 2005-2011, et en collaboration avec le ralentissement économique, ils ont conduit à un excédent croissant et une chute des prix du carbone. La réserve de stabilité du marché (MSR) aidera à rétablir à court terme et la rareté de l’accroître la résilience, mais une gouvernance adéquate est nécessaire.Consulter la présentation de Benoît.
  • Manfred Hafner, Vice-President, Enerdata, a insisté sur l’importance du calibrage des politiques complémentaires visant à promouvoir les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, et de la définition d’objectifs de déploiement en lien avec la cible de réduction des émissions de GES. Les politiques complémentaires peuvent s’avérer très couteuses dans le cas contraire. La mise en œuvre de la réserve de stabilité de marché (MSR)renforcera le prix du carbone d’environ 25%. Consulter la présentation de Manfred.
  • Jean-Yves Caneill, Directeur des Politiques Climatiques, EDF, a reconnu que les prix du carbone sont déterminés avant tout par des facteurs de court terme, alors qu’ils devraient refléter davantage les coûts marginaux de long terme des technologies nécessaires pour l’atteinte des objectifs. Les prix ne sont suffisamment élevés ni pour impacter les décisions opérationnelles des acteurs, ni pour forger une trajectoire de prix du CO2 capable de guider les investissements nécessaires. Consulter la présentation de Jean-Yves.
  • Stéphanie Croguennec, Cheffe du département de lutte contre l’effet de serre à la DGEC – MEDDE, a mis en exergue que la cible ambitieuse de réduction des émissions à l’horizon 2030 nécessitait la mise en œuvre de mécanismes efficaces de tarification du carbone, qui ne seront cependant pas suffisant et nécessiteront un mix de politiques et mesures additionnelles. Un EU ETS réformé et offrant davantage de flexibilité est nécessaire lors de sa Phase IV. Consulter la présentation de Stéphanie.
  • Florent Journet-Cuenot, Directeur du pôle Climat Energies de la Direction Développement Durable, TOTAL, a insisté sur le besoin d’un objectif de réduction d’émissions de CO2 de long terme clair et facilement compréhensible pour donner de la visibilité pour leurs prises de décisions d’investissements. Il a rappelé que la baisse des émissions de CO2 sera efficace dès lors que le périmètre des réglementations sera le plus large possible pour limiter les émissions de CO2 importées sans coût internalisé. Pour prévenir des risques de fuites de carbone, l’allocation de quotas gratuits doit être rendue plus flexible et justifiée pour ne pas induire des profits indus. Enfin, l’Union européenne doit rester ouvert à examiner toutes liaisons entre l’EU ETS et d’autres jurisdictions.
10 déc 2015

Prix du carbone: les perspectives de développement du système européen d’échange de quotas (EU ETS) à l’horizon 2030

Pour aller plus loin
  • 21/06/2024
    En attendant le Plan national d’adaptation au changement climatique

    Les élections législatives anticipées ont balayé la dernière chance pour le gouvernement de présenter le projet de 3ème Plan National d’Adaptation au Changement Climatique (PNACC3) avant l’été. Les travaux avaient néanmoins bien avancé et, quelles que soient les suites, il y aura trois choses à retenir des progrès des derniers mois sur l’adaptation. La première, c’est l’idée maitresse du PNACC3 – celle qui pourrait structurellement changer la donne en matière d’adaptation et autour de laquelle toutes les dynamiques ont commencé à s’aligner : le partage d’une trajectoire de réchauffement de référence (TRACC). La prise en compte systématique du climat futur selon les hypothèses partagées de cette TRACC est une manière efficace pour enfin arrêter de regarder dans le rétroviseur et concrétiser un « réflexe adaptation » dans tous les investissements structurants. À ce stade, la TRACC n’est encore inscrite dans le marbre nulle part. Aller au bout de cette idée nécessitera un nouveau moment politique sur l’adaptation.

  • 20/06/2024
    Vagues de chaleur : ce que l’on peut dire des coûts de l’adaptation des bâtiments

    Face aux conséquences grandissantes des vagues de chaleur sur les activités économiques et les populations, l’adaptation du secteur du bâtiment apparait désormais comme un nouvel impératif. Si la question du « comment » a déjà fait l’objet de nombreux travaux, la question du « combien » reste pour le moment peu traitée. Pour avancer en ce sens, nous présentons dans ce rapport : un premier état des lieux de ce que l’on sait dire à date des coûts de l’adaptation aux vagues de chaleur pour le secteur du bâtiment ; la méthodologie que nous avons utilisée pour chiffrer les surcoûts de l’adaptation aux vagues de chaleur, construite à partir des éléments disponibles et de discussions avec des experts.

  • 17/06/2024 Tribune
    Climat : doublons nos investissements en Europe

    Pour une Europe sûre et plus compétitive, il va falloir investir davantage en faveur de notre souveraineté énergétique et agricole, de notre compétitivité industrielle et de la protection de nos populations face aux aléas climatiques, estime Benoît Leguet, directeur de l’Institut de l’économie pour le climat. Oui, mais comment ? Si la surprise était plutôt à Paris qu’à Bruxelles dimanche soir, une lecture européenne des élections du 9 juin s’impose. Car même si elles font l’actualité au-delà de nos frontières, les élections législatives françaises n’auront qu’un impact limité sur le choix des « top jobs » bruxellois : présidence de la Commission, collège des commissaires, présidence du Parlement européen, présidence du Conseil.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer