Publications

I4CE devient le Think Tank Nord/Sud sur l’économie du climat

16 novembre 2016 - Édito de la semaine - Par : Marion DUPONT

Marrakech, COP22, le 16 novembre 2016 – Un nouveau grand mécène, la Caisse de Dépôt et Gestion du Maroc (CDG) rejoint les fondateurs d’I4CE – Institute for Climate Economics, la Caisse des Dépôts française et l’Agence Française de Développement (AFD), ainsi que l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) dans la gouvernance et le financement du think tank.

I4CE est dirigé par Benoît Leguet et présidé par Pierre Ducret, conseiller climat du groupe Caisse des Dépôts.

I4CE, think tank dédié à l’économie du changement climatique, dispose ainsi d’une base Nord-Sud solide pour déployer son projet de développement international.

I4CE apporte à ses mécènes ses méthodes de recherche fondées sur l’analyse, l’évaluation et la pédagogie, dans quatre domaines de l’économie du climat : énergie et prix du carbone ; villes et infrastructures ; agriculture et forêt ; finance et investissement, ainsi que son insertion parfaite dans les réseaux d’expertise internationale sur ces sujets.

La participation d’un grand mécène marocain au financement d’I4CE est une phase importante de l’internationalisation du think tank, voulue par ses fondateurs qui souhaitent les associer à la gouvernance de l’association. Elle facilitera la collaboration d’I4CE avec des centres universitaires et des instituts de recherche du Maroc. Elle permettra ainsi à l’équipe d’I4CE de déployer au Maroc et sur le continent africain son savoir-faire de production de connaissances, d’information de la décision publique et de renforcement de capacités sur les sujets-clés de l’économie du changement climatique.

IMG-20161116-WA0004

Pour aller plus loin
  • 25/04/2024 Tribune
    Politiques alimentaires : il faut se donner les moyens d’agir

    Les experts et expertes de l’alimentation et des politiques publiques de six organisations pressent le gouvernement de publier une Stratégie nationale pour l’alimentation (SNANC) cohérente, dotée des moyens adéquats et d’un réel portage politique, afin d’en faire un outil de planification réussie.

    Durant la crise agricole du début de l’année, les agriculteurs ont parfois exprimé le sentiment d’être coincés entre, d’un côté, des décideurs qui pousseraient un agenda de transition en faveur du verdissement de l’agriculture et, de l’autre, des consommateurs dont les achats (de produits exigeants d’un point de vue environnemental, ou de produits français) ne suivraient pas. Pour en finir avec ces injonctions contradictoires, l’action publique doit porter sur ce qui conditionne le lien entre producteurs et consommateurs : l’environnement alimentaire (offre, prix, normes sociales, publicité etc.), lui-même en grande partie façonné par les acteurs majeurs de l’industrie agro-alimentaire, de la grande distribution et de la restauration.

  • 24/04/2024 Billet d'analyse
    Rénovation énergétique des logements : modérer le besoin de financements publics n’aura rien d’évident

    La volonté du gouvernement de réduire rapidement le déficit public, sans augmentation d’impôts et donc en réduisant fortement la dépense publique, a fait une première victime : le budget de l’aide MaPrimeRénov’ accordée aux ménages pour la rénovation énergétique de leurs logements. Le marché de la rénovation globale étant encore peu structuré, notamment en matière d’accompagnement, l’État prévoit ne pas consommer l’enveloppe budgétaire actée en loi de finances et l’entérine dès ce début d’année. Mais la question de la dépense publique reviendra très vite sur la table, plusieurs rapports pointant un besoin de financements publics en forte hausse d’ici 2030. La bonne nouvelle est que le gouvernement peut espérer modérer ce besoin en mobilisant davantage les financements privés. La mauvaise est que pour cela il doit utiliser d’autres leviers de politique publique dont la mise en œuvre ne sera pas une mince affaire.

  • 19/04/2024
    Réunions de printemps du FMI et de la Banque mondiale : quel rôle dans la transition pour les institutions financières publiques ?

    Repenser le financement du développement pour qu’il tienne compte des défis de notre temps n’est pas facile, d’autant plus que des milliers d’experts, décideurs et professionnels veulent y laisser leur empreinte. La nouvelle architecture financière internationale est à nouveau discutée cette semaine, avec plus de questions ouvertes que de consensus sur les réponses. 

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer