Publications

I4CE devient le Think Tank Nord/Sud sur l’économie du climat

16 novembre 2016 - Par : Marion DUPONT

Marrakech, COP22, le 16 novembre 2016 – Un nouveau grand mécène, la Caisse de Dépôt et Gestion du Maroc (CDG) rejoint les fondateurs d’I4CE – Institute for Climate Economics, la Caisse des Dépôts française et l’Agence Française de Développement (AFD), ainsi que l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) dans la gouvernance et le financement du think tank.

I4CE est dirigé par Benoît Leguet et présidé par Pierre Ducret, conseiller climat du groupe Caisse des Dépôts.

I4CE, think tank dédié à l’économie du changement climatique, dispose ainsi d’une base Nord-Sud solide pour déployer son projet de développement international.

I4CE apporte à ses mécènes ses méthodes de recherche fondées sur l’analyse, l’évaluation et la pédagogie, dans quatre domaines de l’économie du climat : énergie et prix du carbone ; villes et infrastructures ; agriculture et forêt ; finance et investissement, ainsi que son insertion parfaite dans les réseaux d’expertise internationale sur ces sujets.

La participation d’un grand mécène marocain au financement d’I4CE est une phase importante de l’internationalisation du think tank, voulue par ses fondateurs qui souhaitent les associer à la gouvernance de l’association. Elle facilitera la collaboration d’I4CE avec des centres universitaires et des instituts de recherche du Maroc. Elle permettra ainsi à l’équipe d’I4CE de déployer au Maroc et sur le continent africain son savoir-faire de production de connaissances, d’information de la décision publique et de renforcement de capacités sur les sujets-clés de l’économie du changement climatique.

IMG-20161116-WA0004

Pour aller plus loin
  • 03/02/2023
    L’adaptation entre dans une nouvelle ère

    L’adaptation aux impacts du changement climatique en France n’est plus un tabou. C’est la première chose à retenir de la grande conférence organisée lundi dernier par I4CE et France Stratégie. La question n’est plus de savoir s’il faut s’adapter mais comment le faire. Elle n’est plus vue comme un renoncement à réduire les émissions de gaz à effet de serre, mais comme le second pilier de la lutte contre les changements climatiques. Il nous faut à la fois atténuer et adapter, « éviter l’ingérable et gérer l’inévitable » pour reprendre une expression utilisée à maintes reprises pendant la conférence.

  • 27/01/2023
    En 2023, l’adaptation doit devenir un réflexe pour l’État et les collectivités

    Ces derniers mois, enfin, la France a pris conscience de la nécessité d’adapter tous les territoires aux conséquences du dérèglement climatique. L’adaptation est un objectif mieux compris et mieux partagé, et elle devrait être au cœur du prochain plan national anti sécheresse ou de la future loi d’orientation agricole. Il était temps. Car jusqu’alors, nous continuions à concevoir des politiques et à investir dans des infrastructures comme si le climat ne changeait pas. Chaque année, au moins 50 milliards d’euros d’investissements publics sont encore réalisés sans systématiquement prendre en compte le fait que le climat change. 

  • 27/01/2023
    Adaptation : ce que peuvent (et doivent) faire les collectivités

    Les impacts du changements climatiques sont locaux et une grande partie de l’adaptation des territoires reposera sur les collectivités. Elles peuvent – et doivent – dès maintenant mettre en place de nombreuses actions sans-regret et mobiliser des moyens humains et financiers pour engager une politique d’adaptation ambitieuse de leur territoire. Retrouvez dans ce Point Climat d’I4CE la liste de ces actions. 

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer