Beyond transparency: unlocking the full potential of green bonds

8 juin 2016 - Hors série - Par : Dr. Ian COCHRAN

Ce rapport présente la dernière étude sur le marché des obligations vertes réalisée par I4CE – Institute for Climate Economics avec le soutien du Crédit Agricole CIB, d’EDF et de Mirova. Les obligations « climatiques » ou « vertes » sont une nouvelle classe d’actifs qui a reçu une attention croissante au cours des dernières années en tant qu’instrument financier capable d’aider à surmonter le défi de l’investissement bas-carbone. Ce rapport explore la contribution actuelle et potentielle des obligations vertes à la transition bas-carbone et les différentes façons de l’améliorer.

L’analyse commence par faire le point sur l’état actuel du marché des obligations vertes ; elle identifie ensuite les rôles clés que le marché peut jouer pour les différentes parties prenantes et enfin, cible les deux principaux défis à résoudre. Le premier défi – à savoir la question de l’intégrité environnementale des obligations vertes – explore les enjeux liés aux définitions et aux procédures et identifie les approches possibles pour y faire face. Le deuxième défi se concentre sur la façon dont, outre une plus grande transparence, des mesures à la fois menées par le marché et l’intervention publique peuvent contribuer à accroître la contribution financière tangible des obligations vertes à la transition bas-carbone. Le rapport conclut ensuite avec un certain nombre d’étapes possibles pour les décideurs et les acteurs financiers pour surmonter les limites actuelles des obligations vertes.

Beyond transparency: unlocking the full potential of green bonds pdf
Voir les annexes
  • Résumé pour décideurs : Beyond transparency: unlocking the full potential of green bonds Télécharger
Contacts I4CE
Dr. Ian COCHRAN
Dr. Ian COCHRAN
Conseiller Senior - Investissements Climat & Finance Email
Pour aller plus loin
  • 22/05/2020 Billet d'analyse
    L’industrie automobile a besoin de plus qu’un plan de relance

    Pour Benoit Leguet, directeur d’I4CE, le plan qui va être annoncé ne devrait pas être considéré comme un plan de relance de l’automobile, mais plutôt comme un nouveau contrat entre les entreprises de la filière et les pouvoirs publics. C’est ce dont le secteur a besoin pour prendre le virage des motorisations alternatives et ainsi renforcer sa compétitivité. Dans ce contrat, l’Etat devrait notamment s’engager à financer le développement des infrastructures de recharge nécessaires à ces nouvelles motorisations, dont le coût est évalué par I4CE jusqu’à 2 milliards d’euros sur les cinq prochaines années.

  • 04/11/2019
    Pour une autre approche du risque climatique en finance – Tenir pleinement compte des incertitudes

    L’intégration des risques climatiques dans les pratiques de gestion financière n’est pas une chose aisée. En effet, comme le montre cette note à partir de l’exemple des activités bancaires, les caractéristiques intrinsèques de ces risques – de long terme, non probabilisables et sans historiques – sont souvent difficilement compatibles avec les processus standards qui reposent […]

  • 07/10/2021
    Bonus-malus automobile : la nécessaire évaluation

    Pour contribuer à résoudre le manque d’évaluation des politiques publiques, I4CE a développé un outil permettant d’anticiper l’effet du bonus-malus sur les ventes et les émissions des véhicules neufs. Cet outil, pour estimer ex ante l’impact du bonus-malus, vise à soutenir le développement d’outils similaires par les pouvoirs publics.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer