Relocaliser la filière bois française : une bonne idée pour le climat

21 mai 2019 - Par : Valentin BELLASSEN / Gabriella CEVALLOS

Alors que la filière forêt-bois française est marquée par un déficit commercial structurel de 6 milliards d’euros, plusieurs acteurs publics et privés appellent à une relocalisation de la filière bois. Un tel scénario de transformation locale des produits-bois, dans lequel les résidus de cette transformation serviraient à l’industrie et au secteur de l’énergie, devrait permettre d’allier développement économique et réduction des émissions de gaz à effet de serre. Mais est-ce vraiment une bonne idée pour le climat ?

 

L’intérêt climatique d’une telle option n’est en fait pas évident. Car si un scénario de relocalisation conduit à une baisse du transport international de marchandise de la filière, et donc des émissions associées, il pourrait aussi diminuer les « effets de substitution » :  à l’heure actuelle, la France importe beaucoup de produits transformés, et ce sont les pays exportateurs de ces produits qui bénéficient de l’utilisation des résidus de la transformation du bois brut, en partie pour produire de l’énergie ou des matériaux transformés (papier, cartons, panneaux, …). Une évaluation des gains climatiques implique donc de prendre en compte l’impact sur les émissions des autres pays

Dans sa nouvelle étude, I4CE – Institut de l’économie pour le climat apporte des éléments chiffrés pour répondre à la question : est-ce une bonne idée pour le climat de relocaliser la filière bois française ? En exploitant les données commerciales de la filière, I4CE a développé différents scénarios de relocalisation du bois et évalué leur impact CO2. Il en ressort que:

  • Même avec des hypothèses conservatrices, la relocalisation d’une partie des activités de la filière représente un gain pour le climat.
  • Si elle induit une hausse des émissions dans les autres pays, celles-ci sont globalement compensées par l’utilisation accrue de bois-énergie en France et – surtout – la réduction du transport international.

Dans cette étude, I4CE fait aussi le point sur les échanges commerciaux de la filière bois française et sur les différents effets de substitution. Pour rappel et de manière simplifiée, l’effet de substitution désigne les émissions évitées si un produit-bois est utilisé à la place d’un produit plus émetteur en termes de GES. Ainsi, I4CE estime qu’à l’heure actuelle, les produits-bois importés permettent d’éviter environ 5 MtCO2. Si on s’intéresse aux exportations par la France, l’utilisation de produits-bois permet d’éviter l’émission de 7 MtCO2 chez nos voisins. Cependant, près d’un cinquième de ces émissions évitées sont « réémises » par le transport international de ces produits-bois.

La relocalisation de la filière bois, associée à une bonne valorisation énergétique des résidus de transformation du bois, permettrait de disposer de plus de biomasse en France. Combien ? On estime dans cette étude que cela représenterait jusqu’à 16 % de l’objectif de mobilisation de la biomasse associé au prélèvement supplémentaire 12 Mm3 /an prévu en 2026 par le Plan National Forêt-Bois, ce qui permettrait de réduire le recours aux importations de produits énergétiques.

 

Relocaliser la filière bois française : une bonne idée pour le climat Télécharger
Pour aller plus loin
  • 13/01/2023
    Agenda climat 2023 : il n’y a jamais eu de meilleur moment pour agir

    2022 a été une année mouvementée sur le plan du climat. L’année a vu l’émergence d’un nouveau concept, celui de la polycrise : guerre en Ukraine, suites du Covid, retour de l’inflation, crise du gaz, pénuries agricoles, sécheresses persistantes et autres événements climatiques.  Toutes ces crises ont pointé in fine notre dépendance directe et indirecte aux énergies fossiles ; nos fragilités face à un climat qui change ; et la vulnérabilité de nos économies et des classes moyennes et modestes.

  • 02/12/2022
    La certification carbone européenne doit être exigeante… et attractive

    Comment différentier les projets qui permettent vraiment de stocker du carbone, des projets qui prétendent seulement le faire ? Question compliquée quand on s’intéresse à des projets dans l’agriculture et la forêt, pour lesquels la quantification du carbone stocké est complexe et se heurte au risque de non-permanence, et pour lesquels il faut aussi prendre en compte les autres défis environnementaux à commencer par la préservation de la biodiversité. Une question compliquée donc, mais une question qui nécessite une réponse ! Des acteurs privés et des pouvoirs publics veulent s’assurer que les projets agricoles et forestiers qu’ils financent au nom du climat ont un réel bénéfice environnemental.

  • 01/12/2022 Billet d'analyse
    Certification carbone : la Commission propose un cadre exigeant qui devra aussi être incitatif

    On y voit désormais plus clair sur le futur cadre de certification carbone européen, grâce à la proposition que la Commission vient de rendre publique. Cette proposition donne un cadre, de grands principes directeurs, et les détails seront précisés dès 2023 avec l’appui d’un groupe d’experts. Si le diable se cache dans les détails, le cadrage n’en est pas moins important. Claudine Foucherot d’[i4ce] l’a analysé et identifié quatre points sur lesquels il faudra être vigilant. De manière générale, on peut dire que la Commission fait une proposition ambitieuse qui présente cependant un risque : ne pas être suffisamment incitative pour permettre un déploiement massif des projets. 

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer