Valorisation de la filière forêt-bois en France

10 avril 2010 - Etude Climat

Cette étude examine les possibilités de valoriser sur des marchés du carbone quatre types d’actions contre le changement climatique dans la filière forêt-bois française :

  • Augmenter le stock de carbone en forêt Augmenter le stock de carbone dans les produits du bois
  • Substituer du bois aux combustibles fossiles (bois-énergie)
  • Substituer du bois à des matériaux énergivores (bois-matériau)

Les actions de type « augmentation du stock » sont principalement valorisables sur les marchés volontaires du carbone. Des développements sont néanmoins nécessaires pour mettre en oeuvre cette valorisation. Les actions de type « substitution » sont uniquement valorisables sur le marché réglementé du carbone. Elles sont actuellement valorisées au niveau de l’utilisateur (construction
immobilière, production d’électricité, production de chaleur, etc.), mais la filière forêt-bois peut tirer partie de ce système, par exemple à travers des contrats d’approvisionnements.

Cette étude a identifié trois catégories de projets qui peuvent être mis en oeuvre pour actionner ces leviers dans la filière forêt-bois :

  • Reboisement / Déboisement évité
  • Gestion forestière améliorée
  • Utilisation des produits optimisée (en termes du stockage de carbone)

A travers sept exemples de projets hypothétiques, l’étude identifie des gisements de séquestration de carbone importants en France (plusieurs millions de tonnes de CO2), notamment par le boisement, la conversion de taillis en futaie, ou l’affectation de la récolte du bois en termes d’usage.

La certification d’un projet carbone coûte cher, de l’ordre de plusieurs dizaines de milliers d’euros. Elle n’est intéressante qu’à partir d’une taille minimale qui permet au porteur de projet de rentrer dans ses frais. Pour un boisement en France métropolitaine par exemple, d’après nos estimations, l’ordre de grandeur de cette taille critique est de 100 ha.

Sur le marché volontaire du carbone, plusieurs labels coexistent. Leur pertinence est analysée pour les sept exemples de projets hypothétiques identifiés, ainsi que les conditions de valorisation des crédits forestiers français dans les marchés du carbone. Deux conditions doivent en particulier être réunies afin de pouvoir accéder aux marchés du carbone : la validation de méthodologies auprès des labels existants, et une organisation adéquate entre les acteurs de la filière.

 

Valorisation de la filière forêt-bois en France Télécharger
Pour aller plus loin
  • 13/01/2023
    Agenda climat 2023 : il n’y a jamais eu de meilleur moment pour agir

    2022 a été une année mouvementée sur le plan du climat. L’année a vu l’émergence d’un nouveau concept, celui de la polycrise : guerre en Ukraine, suites du Covid, retour de l’inflation, crise du gaz, pénuries agricoles, sécheresses persistantes et autres événements climatiques.  Toutes ces crises ont pointé in fine notre dépendance directe et indirecte aux énergies fossiles ; nos fragilités face à un climat qui change ; et la vulnérabilité de nos économies et des classes moyennes et modestes.

  • 02/12/2022
    La certification carbone européenne doit être exigeante… et attractive

    Comment différentier les projets qui permettent vraiment de stocker du carbone, des projets qui prétendent seulement le faire ? Question compliquée quand on s’intéresse à des projets dans l’agriculture et la forêt, pour lesquels la quantification du carbone stocké est complexe et se heurte au risque de non-permanence, et pour lesquels il faut aussi prendre en compte les autres défis environnementaux à commencer par la préservation de la biodiversité. Une question compliquée donc, mais une question qui nécessite une réponse ! Des acteurs privés et des pouvoirs publics veulent s’assurer que les projets agricoles et forestiers qu’ils financent au nom du climat ont un réel bénéfice environnemental.

  • 01/12/2022 Billet d'analyse
    Certification carbone : la Commission propose un cadre exigeant qui devra aussi être incitatif

    On y voit désormais plus clair sur le futur cadre de certification carbone européen, grâce à la proposition que la Commission vient de rendre publique. Cette proposition donne un cadre, de grands principes directeurs, et les détails seront précisés dès 2023 avec l’appui d’un groupe d’experts. Si le diable se cache dans les détails, le cadrage n’en est pas moins important. Claudine Foucherot d’[i4ce] l’a analysé et identifié quatre points sur lesquels il faudra être vigilant. De manière générale, on peut dire que la Commission fait une proposition ambitieuse qui présente cependant un risque : ne pas être suffisamment incitative pour permettre un déploiement massif des projets. 

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer