Publications

Pierre Ducret, président d’I4CE, représentant de la France au comité de pilotage du programme « Affordable Finance at Scale »

31 août 2016 - Édito de la semaine

Ségolène Royal, ministre de l’environnement, de l’énergie et de la mer, en charge des relations internationales sur le climat, présidente de la COP, a confié à Pierre Ducret, président d’I4CE, la mission de représenter la France dans le comité de pilotage du programme « Affordable Finance at Scale » de l’Alliance Solaire Internationale, initiative franco-indienne, lancée à l’occasion de la COP21, qui vise à changer d’échelle dans le financement et le déploiement de l’énergie solaire.

Ce programme a été décidé conjointement à New York, trois mois après la conférence de Paris, par les pays adhérents de l’Alliance – au nombre de huit à ce jour : le Bangladesh, l’Ethiopie, le Nigeria, les Seychelles, le Sri Lanka, l’Ouganda, l’Inde et la France. Il vise à la fois à créer un cadre général de régulation facilitant les investissements et à mettre au point un mécanisme financier capable de faire baisser le coût du capital dans les pays où les taux d’intérêt sont élevés.

Des propositions opérationnelles doivent être formulées à la Conférence de Marrakech, début novembre prochain.

Pour aller plus loin
  • 05/04/2024
    Quels coûts de l’adaptation ? Anticiper les effets d’un réchauffement de +4°C

    Combien va coûter l’adaptation d’une France à +4°C ? La réponse à cette question émergente est essentielle pour piloter l’action publique et comme le soulignait la Cour des Comptes dans son rapport public annuel en mars « pour mesurer, […] l’impact qu’aura globalement l’adaptation au changement climatique sur les finances publiques ». Pourtant les magistrats soulignent aussi que l’« évaluation précise des coûts actuels et futurs de l’adaptation, […] est encore trop souvent lacunaire, voire inexistante ». Ce constat est particulièrement préoccupant à quelques semaines de la présentation du prochain Plan National d’Adaptation (PNACC3).

  • 05/04/2024
    Anticiper les effets d’un réchauffement de +4°C : quels coûts de l’adaptation ?

    Évaluer les implications économiques des politiques climatiques est essentiel pour piloter l’action publique. D’importants progrès ont été faits sur l’évaluation des coûts de l’atténuation avec notamment la publication en 2023 du rapport sur les incidences économiques de l’action pour le climat. Mais comme le souligne la Cour des Comptes dans son rapport public annuel 2024, les questions restent beaucoup plus émergentes pour l’adaptation. Nos travaux récents nous permettent néanmoins de dégager 5 premières conclusions sur ce sujet.

  • 03/04/2024 Tribune
    Comptes publics : n’écartons aucune option

    Pour redresser les comptes publics et assurer la planification écologique, le directeur de l’Institut de l’économie pour le climat, Benoît Leguet, estime que l’exécutif peut activer cinq leviers. « Nous avons mis en place une stratégie unique, pionnière, jamais mise en place dans un grand pays industriel : la planification écologique. Domaine par domaine, nous nous sommes fixé des objectifs et nous nous donnons les moyens de les atteindre. Notre feuille de route est claire : baisser de 55 % nos émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 et atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. ». Ces mots sont de Gabriel Attal, le 28 mars, au Muséum d’histoire naturelle.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer