Budget et transition écologique : navigation à vue

28 février 2024 - Tribune - Par : Benoît LEGUET

Dès ce mois de février, la transition écologique fait les frais des coupes dans le budget 2024. C’est le retour à la navigation à vue sur le financement de la transition. Pour Benoît Leguet, éviter des coupes budgétaires récurrentes impose de mettre en débat l’efficacité des dispositifs de financement de la transition.

 

Le 18 février, Bruno Le Maire a fait savoir qu’il y aurait des annulations de crédit de 10 milliards d’euros pour 2024. Des coupes budgétaires, moins de deux mois après l’adoption de la loi de finances initiale pour 2024 ! La transition écologique se trouve – à son corps défendant – très bien représentée dans les économies annoncées.

 

Un quart des économies porte sur des programmes qui financent majoritairement des dépenses favorables à l’environnement. Ces programmes, le plus souvent pilotés par le ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, ne représentent pourtant que 2 % des crédits votés initialement.

 

On peut s’inquiéter de l’impact délétère de cette instabilité budgétaire sur les investissements des ménages, des collectivités, et des entreprises. Mais ces coupes révèlent surtout l’absence de consensus sur l’efficacité des mécanismes de financement de la transition écologique. Ces derniers sont critiqués, remis en cause, pour de mauvaises ou d’excellentes raisons : ils constituent donc des victimes idéales pour les coups de rabot quand ils sont nécessaires. Or, si ces dispositifs font systématiquement les frais des coupes budgétaires, la France fera au mieux une transition en stop and go, vraisemblablement plus coûteuse… et plus certainement pas de transition.

 

Lire la chronique sur Les Échos

Contacts I4CE
Benoît LEGUET
Benoît LEGUET
Directeur général Email
Pour aller plus loin
  • 12/07/2024
    Peut-on s’entendre sur les moyens publics pour le climat ?

    Même après une campagne électorale difficile pour l’écologie, la nécessité d’agir pour le climat reste un acquis largement partagé par les Français. Mais l’injonction à agir ne suffit pas. Pour combler le déficit d’investissements climat, il faut un consensus solide sur les moyens à y consacrer dans la durée. Aujourd’hui, ces moyens viennent en partie des budgets publics. Et sans faire de mystère, demain, nous pensons qu’ils devront probablement augmenter. De combien exactement ? Nous y répondons avec une étude exploratoire portant sur les secteurs de la rénovation, des transports et de la production d’énergie à l’horizon 2030.

  • 17/06/2024 Tribune
    Climat : doublons nos investissements en Europe

    Pour une Europe sûre et plus compétitive, il va falloir investir davantage en faveur de notre souveraineté énergétique et agricole, de notre compétitivité industrielle et de la protection de nos populations face aux aléas climatiques, estime Benoît Leguet, directeur de l’Institut de l’économie pour le climat. Oui, mais comment ? Si la surprise était plutôt à Paris qu’à Bruxelles dimanche soir, une lecture européenne des élections du 9 juin s’impose. Car même si elles font l’actualité au-delà de nos frontières, les élections législatives françaises n’auront qu’un impact limité sur le choix des « top jobs » bruxellois : présidence de la Commission, collège des commissaires, présidence du Parlement européen, présidence du Conseil.

  • 23/02/2024
    L’Union européenne doit doubler ses investissements climat

    Cette semaine, I4CE lance le premier rapport sur le déficit d’investissement climat européen. Au cours d’une année de recherche, nous avons analysé les investissements dans 22 secteurs de l’économie européenne (UE-27) qui sont essentiels pour que l’Union européenne atteigne ses objectifs climatiques et de sécurité énergétique à l’horizon 2030. Nos résultats montrent que le Green Deal européen prend de l’ampleur sur le plan économique, les investissements dans ces 22 secteurs dans l’UE ayant augmenté de 9 % en 2022, pour atteindre 407 milliards d’euros cette année-là. Cependant, pour atteindre les objectifs de l’UE pour 2030, l’économie européenne devrait investir 813 milliards d’euros en moyenne, chaque année d’ici à 2030.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer