La certification carbone européenne doit être exigeante… et attractive

2 décembre 2022 - Par : Claudine FOUCHEROT

Comment différentier les projets qui permettent vraiment de stocker du carbone, des projets qui prétendent seulement le faire ? Question compliquée quand on s’intéresse à des projets dans l’agriculture et la forêt, pour lesquels la quantification du carbone stocké est complexe et se heurte au risque de non-permanence, et pour lesquels il faut aussi prendre en compte les autres défis environnementaux à commencer par la préservation de la biodiversité. Une question compliquée donc, mais une question qui nécessite une réponse ! Des acteurs privés et des pouvoirs publics veulent s’assurer que les projets agricoles et forestiers qu’ils financent au nom du climat ont un réel bénéfice environnemental.

 

Les systèmes de certification carbone se sont multipliés ces dernières années pour répondre à cette question. Problème : ils ont des niveaux d’exigence pour le moins hétérogènes. C’est pourquoi la Commission européenne vient de proposer un nouveau règlement pour créer un « cadre » de certification carbone commun au niveau européen. Et ainsi faire le tri entre le bon grain et l’ivraie, et apporter de la clarté aux financeurs, aux agriculteurs et aux forestiers.

 

Cette proposition de la Commission est donc une excellente nouvelle mais, comme le montre l’analyse que nous en avons faîte que vous découvrirez dans cette newsletter, le mieux peut parfois être l’ennemi du bien. L’impossibilité de valoriser les réductions d’émissions agricoles en plus du stockage de carbone, ou une gestion trop complexe du risque de non-permanence risquent de rebuter les acteurs de terrain. Si la future certification carbone européenne n’est pas suffisamment attractive, elle ratera son objectif. La balle est désormais dans le camp du Conseil et du Parlement européen.

 

Lire la Newsletter

Pour aller plus loin
  • 08/07/2022 Tribune
    Tribune | Rémunération carbone : nous avons besoin d’une certification européenne ambitieuse et pragmatique

    La Commission européenne va proposer d’ici la fin de l’année une « certification carbone », première étape vers la rémunération des agriculteurs et forestiers qui contribuent au stockage de carbone. Ce projet de certification soulève des débats et des inquiétudes. Pour l’Institut de l’économie pour le climat (I4CE), l’Union européenne peut y répondre et développer une certification ambitieuse en s’appuyant sur l’expérience des Etats membres en la matière.

  • 27/01/2022 Billet d'analyse
    Rémunérer les agriculteurs pour leur carbone stocké, la bonne idée de l’Europe ?

    Dans ce billet, Claudine Foucherot d’I4CE analyse les propositions de la Commission européenne en faveur du « carbon farming ». Elle juge positive la construction d’un cadre de certification carbone européen, qui devrait permettre à la Commission de miser davantage sur les obligations de résultat. Et met en avant 3 points de vigilance, en se basant sur l’expérience du label bas carbone français.

  • 27/01/2022
    Pour un système de rémunération carbone des agriculteurs compatible avec le Green Deal

    Le changement climatique n’est que l’un des défis auxquels l’agriculture est confrontée. Dans ce Policy Brief commun, l’Iddri et d’I4CE identifient plusieurs conditions pour que le système européen de rémunération et de certification du carbone agricole soutienne les objectifs de la stratégie européenne « De la fourche à la fourchette » et de la stratégie biodiversité de l’UE.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer