Publications

Edition 2017 de la Climate Week à New York : les principales annonces des gouvernements et acteurs non-étatiques pour le climat

22 septembre 2017 - Billet d'analyse - Par : Clément METIVIER

Du 18 au 24 septembre dernier, la Climate Week de New York a rassemblé de nombreux acteurs engagés dans la transition bas-carbone, notamment du côté du secteur privé, et a donné lieu à un certain nombre d’annonces notables. Elle a marqué un point d’étape avant les grandes échéances climatiques de la fin d’année : la COP23, qui se tiendra en Allemagne en novembre prochain, et le « sommet d’étape » qui aura lieu à Paris en décembre.

Chaque année depuis 2009, une semaine d’évènements dédiée aux enjeux climatiques se déroule à New York, en parallèle de l’Assemblée Générale des Nations Unies. Cette série d’évènements, communément appelée la Climate Week – New York City est organisée par l’ONG internationale The Climate Group. La Climate Week bénéficie d’une forte visibilité dans l’agenda international de la lutte contre le changement climatique, à l’occasion de la venue de nombreux chefs d’Etat à l’Assemblée Générale de l’ONU. Consistant en des dizaines de conférences, ateliers et forums, cette semaine se focalise traditionnellement sur les acteurs et les problématiques du secteur privé (innovation, technologie, investissement, transport, énergie notamment), tout en donnant la part belle aux collaborations avec le secteur public. En mettant en avant des initiatives multipartenariales visant à accélérer l’action climatique et la transition bas carbone, la Climate Week s’inscrit dans le mouvement de l’agenda de l’action.

Des annonces importantes pour la transition bas-carbone

En accueillant de nombreux intervenants de haut niveau (chefs d’entreprises, ministres, élus locaux, grands philanthropes, représentants d’organisations internationales et d’ONG), cette édition 2017 de la Climate Week a permis à de nombreux acteurs d’annoncer des partenariats, de lancer de nouvelles initiatives, de renforcer des projets déjà existants, et de publier des travaux scientifiques.

Les annonces les plus significatives sont les suivantes :

  • Un partenariat entre décideurs politiques, du secteur privé, de la finance et de la société civile a été constitué, sous le nom de P4G – Partnering for Green Growth and the Global Goals 2030 afin de promouvoir les solutions permettant à la fois d’accomplir les objectifs de développement durable (ODD) et de mettre en œuvre l’Accord de Paris
  • Pour accélérer l’électrification des flottes de véhicules chez les grandes entreprises à l’horizon 2030, The Climate Group a effectué le lancement officiel de l’initiative EV100, qui comprend dès ses débuts 10 membres
  • Les deux champions de haut niveau pour l’action climatique mondiale, Hakima El-Haité (Maroc) et Inia B. Seruiratu (Fidji) ont annoncé la formation d’un réseau informel visant à assister les champions dans leurs missions pour accélérer l’action climatique d’ici à 2020. Ce réseau intitulé le Climate Action Leadership Network comprend à ce jour une quinzaine de personnalités de haut niveau, dont la maire de Paris Anne Hidalgo, le gouverneur de Californie Jerry Brown, et le PDG d’Unilever Paul Polman
  • Pour les investisseurs, l’ONU et la Banque mondiale ont créé une plateforme visant à mettre en évidence et à faciliter les flux financiers destinés à l’action climatique dans les pays en développement, la plateforme Invest4Climate
  • La campagne RE100, qui tend à ce que l’électricité utilisée par les grands groupes vienne uniquement de sources renouvelables, a été rejointe par 8 entreprises, portant le nombre de membres de l’initiative à 110
  • 7 nouveaux membres ont rejoint la Under2 Coalition, un réseau de collectivités locales et de gouvernements soutenant les objectifs de l’Accord de Paris, comprenant désormais 187 juridictions
  • Un rapport produit par le New Climate Institute et par The Climate Group et rendu public lors de la Climate Week a permis de mettre en évidence qu’aux Etats-Unis, les villes, les Etats et les entreprises pourraient potentiellement accomplir la moitié des engagements nationaux dans le cadre de l’Accord de Paris, en terme de réduction des émissions de gaz à effet de serre
La sphère climat mobilisée en vue de la fin d’année

La Climate Week s’est révélée être un jalon important pour préparer la Conférence des Parties, la COP23, organisée à Bonn (Allemagne) du 6 au 18 novembre prochain, et dans l’optique du « sommet d’étape » qui se tiendra à Paris mi-décembre pour marquer les deux ans de l’Accord de Paris. La Climate Week a également confirmé deux enjeux majeurs de l’action des décideurs économiques pour le climat :

  • Il existe aujourd’hui une tendance à la multiplication d’évènements dédiés au climat, qui est indispensable pour favoriser l’engagement de l’ensemble des parties prenantes dans la transition bas-carbone. Mobilisant majoritairement le secteur privé et les acteurs anglo-saxons, la Climate Week de New York reste ainsi complémentaire d’autres évènements organisés à travers le monde et qui traitent des thématiques spécifiques telles que l’adaptation, les acteurs du Sud, les petites îles, ou les collectivités locales. La rencontre du Partenariat du Pacifique pour l’Action Climatique organisée à Suva (Fidji) les 3 et 4 juillet dernier, et le sommet Climate Chance d’Agadir (Maroc) qui s’est tenu du 11 au 13 septembre dernier figurent parmi les forums d’échanges les plus remarqués ces derniers mois.
  • La mobilisation du secteur privé dans le domaine du climat demeure, même avec le retrait annoncé des Etats-Unis de l’Accord de Paris. La Climate Week a ainsi témoigné de la recomposition du paysage de la lutte contre le changement climatique. A l’exception des Etats-Unis, l’ensemble de la communauté internationale reste engagé dans la mise en œuvre de l’Accord de Paris pour le climat, dans un modèle de gouvernance du changement climatique désormais fragmenté, où le leadership des Etats est multilatéral et où les acteurs non-étatiques jouent un rôle de plus en plus important. De très nombreuses collectivités locales, entreprises, et ONG se mobilisent ainsi pour renforcer l’action climatique et accélérer la transition vers un monde bas-carbone, y compris aux Etats-Unis.

 

cop_23_fidschi_bonn_logo

 

Pour aller plus loin
  • 21/06/2024
    En attendant le Plan national d’adaptation au changement climatique

    Les élections législatives anticipées ont balayé la dernière chance pour le gouvernement de présenter le projet de 3ème Plan National d’Adaptation au Changement Climatique (PNACC3) avant l’été. Les travaux avaient néanmoins bien avancé et, quelles que soient les suites, il y aura trois choses à retenir des progrès des derniers mois sur l’adaptation. La première, c’est l’idée maitresse du PNACC3 – celle qui pourrait structurellement changer la donne en matière d’adaptation et autour de laquelle toutes les dynamiques ont commencé à s’aligner : le partage d’une trajectoire de réchauffement de référence (TRACC). La prise en compte systématique du climat futur selon les hypothèses partagées de cette TRACC est une manière efficace pour enfin arrêter de regarder dans le rétroviseur et concrétiser un « réflexe adaptation » dans tous les investissements structurants. À ce stade, la TRACC n’est encore inscrite dans le marbre nulle part. Aller au bout de cette idée nécessitera un nouveau moment politique sur l’adaptation.

  • 20/06/2024
    Vagues de chaleur : ce que l’on peut dire des coûts de l’adaptation des bâtiments

    Face aux conséquences grandissantes des vagues de chaleur sur les activités économiques et les populations, l’adaptation du secteur du bâtiment apparait désormais comme un nouvel impératif. Si la question du « comment » a déjà fait l’objet de nombreux travaux, la question du « combien » reste pour le moment peu traitée. Pour avancer en ce sens, nous présentons dans ce rapport : un premier état des lieux de ce que l’on sait dire à date des coûts de l’adaptation aux vagues de chaleur pour le secteur du bâtiment ; la méthodologie que nous avons utilisée pour chiffrer les surcoûts de l’adaptation aux vagues de chaleur, construite à partir des éléments disponibles et de discussions avec des experts.

  • 17/06/2024 Tribune
    Climat : doublons nos investissements en Europe

    Pour une Europe sûre et plus compétitive, il va falloir investir davantage en faveur de notre souveraineté énergétique et agricole, de notre compétitivité industrielle et de la protection de nos populations face aux aléas climatiques, estime Benoît Leguet, directeur de l’Institut de l’économie pour le climat. Oui, mais comment ? Si la surprise était plutôt à Paris qu’à Bruxelles dimanche soir, une lecture européenne des élections du 9 juin s’impose. Car même si elles font l’actualité au-delà de nos frontières, les élections législatives françaises n’auront qu’un impact limité sur le choix des « top jobs » bruxellois : présidence de la Commission, collège des commissaires, présidence du Parlement européen, présidence du Conseil.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer