Tribune | Comment mobiliser la réglementation financière pour la transition bas-carbone ?

14 septembre 2021 - Tribune - Par : Julie EVAIN / Michel CARDONA

Cet article, réalisé en partenariat avec Partageons l’Eco, présente pourquoi et comment la réglementation financière peut constituer un instrument pertinent pour participer à l’effort de financement nécessaire à la lutte contre le changement climatique. Il reprend les principales conclusions de l’étude de Julie Evain et Michel Cardona d’I4CE.

 

L’idée de lutter contre le changement climatique pour l’atténuer et limiter ses impacts sur l’économie, l’environnement et l’espèce humaine en général fait aujourd’hui consensus. Selon le Groupe International d’Expertise sur le Climat (GIEC), ce réchauffement global est fondamentalement lié aux activités humaines génératrices d’émissions de gaz à effet de serre. Ainsi, pour se conformer en France à la Stratégie Nationale Bas Carbone, il convient de transformer les modes de production, de consommation et de mener à bien la transition bas carbone. Les investissements massifs requis à cet effet concernent tous les agents économiques et ne pourront être initiés qu’au moyen d’une véritable mobilisation à la fois des budgets publics et des investissements privés. Face à ce constat, de nombreuses études ont proposé de “mettre la finance au service du climat”, notamment via une réallocation de l’épargne.

 

Pourtant, malgré l’urgence et les engagements pris lors des différents accords pour le climat (comme l’Accord de Paris en 2015), la finance se “verdit” à un rythme insuffisant, ce qui suggère qu’elle devrait être accompagnée par le régulateur. Parmi les nombreux instruments mobilisables pour modifier les incitations, la réglementation financière pourrait être modifiée pour développer les investissements verts et financer la conversion des activités brunes en activités bas-carbone. C’est l’objet d’une étude de J. Evain et M. Cardona pour l’Institut de l’Économie pour le Climat (I4CE), un think tank partenaire de la Caisse des Dépôts et de l’Agence Française du Développement, sur laquelle notre analyse sera majoritairement basée.

 

Nous nous concentrerons sur deux enjeux majeurs inhérents à la question du verdissement de la finance en suivant la trajectoire des capitaux, des agents à capacité de financement aux agents à besoin de financement. D’abord, il sera question de mobiliser la réglementation pour permettre aux particuliers d’orienter leur épargne vers des investissements verts. Ensuite, nous verrons que la réglementation peut favoriser le financement des entreprises souhaitant modifier leur processus productif.

Contacts I4CE
Julie EVAIN
Julie EVAIN
Cheffe de projet - Finance Email
Michel CARDONA
Michel CARDONA
Senior associate Expert - Financial Sector, Risks and Climate Change Email
Pour aller plus loin
  • 16/12/2022
    Les régulateurs de la finance doivent muscler leur jeu

    Il y a un an était créée la Glasgow Finance Alliance for Net Zero. Les attentes étaient aussi grandes que les chiffres : une coalition rassemblant 500 acteurs financiers représentant 130 000 milliards de dollars. Enfin, les acteurs financiers privés se mobilisaient en masse pour le climat. Un an plus tard malheureusement, la coalition fait l’objet de nombreux doutes. D’un côté, elle est critiquée par les ONG et, de l’autre, certains acteurs américains envisagent de la quitter sous la pression des membres du parti républicain. 

  • 15/12/2022
    Les limites des engagements climat volontaires des acteurs financiers privés

    La finance privée ne financera pas la transition sans un engagement plus fort des pouvoirs publics.
    Depuis plusieurs années, et particulièrement depuis la COP 26, beaucoup d’attention et de temps ont été consacrés aux engagements volontaires des acteurs financiers privés. Pris dans le cadre d’initiatives internationales, ces engagements doivent en principe permettre de mobiliser la finance privée au profit de la transition vers une économie neutre en carbone.

  • 14/12/2022
    Mettre en place des plans de transition prudentiels pour les banques : quels sont les impacts attendus ?

    Apparus récemment dans le débat, l’Union Européenne a avancé rapidement sur la question des plans de transition pour les entreprises et les banques. C’est tout d’abord l’apport de la directive CSRD qui oblige chaque entreprise cotée à publier son plan pour atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050. Publiés à l’été par l’EFRAG, les standards retenus pour ces plans peuvent être considérés comme ambitieux et à la hauteur des enjeux. Concernant les banques, il est désormais acté qu’elles vont devoir publier leur plan de transition. Ce qui reste en débat : le fait d’intégrer ces plans de transition dans la réglementation prudentielle, ce qui ouvrirait la voie à de nombreuses possibilités d’actions et de sanctions de la part des superviseurs. 

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer