A l’occasion de l’ouverture de la COP23 à Bonn le 6 novembre 2017, le ministère de la transition écologique et solidaire et I4CE-Institute for Climate Economics- publient l’édition 2018 du « Datalab – Chiffres clés du climat – France et Monde ».

Quelques chiffres qui caractérisent l’édition 2018 :

- Au niveau mondial, 2016 est l’année la plus chaude depuis 1850 avec une température moyenne supérieure de 1,1 °C par rapport à la période préindustrielle ;

- Les émissions de CO2 par habitant en Chine sont à présent supérieures à celles de l’UE 28, selon l’approche territoire[1] (7,6 t CO2/habitant en Chine contre 6,8 t CO2/habitant dans l’UE en 2014)

- En revanche, selon l’approche empreinte[2], les émissions de CO2 par habitant sont 20 % plus faibles en Chine que dans l’UE 28 (6,6 tCO2/habitant en Chine, contre 8,3 t CO2/habitant dans l’UE) ;


- Les émissions de gaz à effet de serre (hors utilisation des terres, leur changement et la forêt) de l’Union européenne à 28 ont augmenté de 0,5 % en 2015 par rapport à 2014. Entre 1990 et 2015, elles ont diminué de 24 % ;

- En 2017, 15 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre sont couvertes par un mécanisme de tarification du carbone.

Cette brochure, en format « poche », livre un résumé des principes indispensables pour comprendre les enjeux du changement climatique. De nombreux chiffres et graphiques illustrent ses causes et effets ainsi que les dispositifs mis en place pour lutter contre ce phénomène. Sont fournies des statistiques détaillées sur les émissions de gaz à effet de serre à l’échelle du monde, de l’Europe et de la France. Cette publication s’adresse au grand public qui veut en savoir plus, mais aussi à l’expert qui a besoin d’un résumé à portée de main.

[1] L’approche territoire prend en compte les quantités de gaz à effet de serre physiquement émises à l’intérieur du pays

[2] L’approche empreinte prend en compte les émissions de gaz à effet de serre induites par la demande intérieure du pays. L’empreinte intègre ainsi les émissions associées aux produits importés en plus des émissions directes des ménages (logements et voitures) et de celles liées à la production nationale (hors exportations).