Gérer leurs risques de transition et analyser les opportunités liées à la transition bas-carbone permettrait aux acteurs financiers de s’assurer de la performance future de leurs portefeuilles dans une économie bascarbone. Gérer leurs risques de transition et analyser les opportunités liées à la transition bas-carbone permettrait aux acteurs financiers de s’assurer de la performance future de leurs portefeuilles dans une économie bascarbone. Pour cela, ils devront à terme intégrer à leurs processus de gestion des risques, ainsi que de décision d’investissement et de financement, une analyse prospective d’alignement de leurs portefeuilles sur une trajectoire 2°C. Cette analyse devrait se baser sur des scénarios représentant différentes trajectoires de décarbonisation de l’économie déclinés en variables quantitatives d’impact financier des risques et opportunités de la transition bas-carbone. Ces variables climatiques devraient être intégrées dans les modèles financiers utilisés pour l’analyse fondamentale des contreparties, pour la valorisation des actifs financiers et pour la gestion des risques. Cependant certaines contraintes limitent la possibilité pour les acteurs financiers de réaliser cette analyse dès aujourd’hui pour l’ensemble de leurs encours d’investissement et de financement :
  • le manque d’informations prospectives disponibles sur les entreprises et autres contreparties ;
  • certaines caractéristiques actuelles des modèles financiers ;
  • le manque de déclinaison des scénarios climatiques en variables d’impact financier ;
  • les systèmes d’information des acteurs financiers qui doivent être adaptés ;
  • le manque de formation de leur personnel sur les enjeux climatiques.
Néanmoins les acteurs financiers peuvent dès aujourd’hui commencer à déployer progressivement un certain nombre d’actions préliminaires :
  • inciter leurs contreparties à délivrer des informations prospectives sur leur propre alignement sur une trajectoire 2°C, par exemple en suivant les recommandations de la TCFD ;
  • arrêter une position interne sur les scénarios sur lesquels baser les analyses, en particulier les scénarios 2°C, et réfléchir aux objectifs à fixer pour chaque métier ;
  • adapter les systèmes d’information afin de pouvoir collecter, stocker et agréger de nouveaux indicateurs et informations sur les enjeux climatiques des contreparties ;
  • adapter les modèles financiers utilisés ;
  • former l’ensemble des salariés aux impacts des enjeux climatiques pour le secteur financier ;
  • collecter et analyser les indicateurs climatiques déjà disponibles, comme détaillé dans le Point Climat n°46 ;
  • mettre en place une gouvernance incitant à la prise en compte des enjeux climatiques par chaque métier.
Mettre en place dès aujourd’hui ces actions préliminaires permettra aux institutions financières de commencer à s’approprier les enjeux de transition bas-carbone et de sensibiliser l’ensemble de leurs salariés à l’importance des risques et opportunités climatiques pour leurs activités. Cela leur permettra également d’être prêts à intégrer des variables climatiques dans leurs analyses dès que ces variables seront disponibles, et ainsi de pouvoir répondre aux exigences croissantes des régulateurs et parties-prenantes.