L’écologie populaire et la « bagnole » au secours des finances publiques

13 mai 2024 - Tribune - Par : Benoît LEGUET

La proposition de loi visant à accélérer le verdissement des flottes automobiles, en examen à l’Assemblée nationale, constitue pour le directeur de l’Institut de l’économie pour le climat Benoît Leguet un modèle pour marier écologie populaire et coût réduit pour les finances publiques.

 

L’exécutif fait face à un triangle d’incompatibilité : réussir la planification écologique élaborée depuis deux ans ; inciter sans augmenter le déficit public, en questionnant toute dépense publique supplémentaire ; et inciter sans écologie punitive, comprendre sans fiscalité ni normes supplémentaires. Comment donc, dans les conditions budgétaires actuelles, mettre en oeuvre l’écologie populaire chère au Premier ministre ?

 

Prenons un objet du quotidien : la voiture. Les Français – et leur président – aiment la « bagnole ». Et à raison. Pour nombre de Français, la voiture est en effet gage de travail et de liberté, pour reprendre les termes employés par Gabriel Attal lors de son discours de politique générale.

 

Lire la suite de la chronique sur Les Échos

Contacts I4CE
Benoît LEGUET
Benoît LEGUET
Directeur général Email
Pour aller plus loin
  • 06/05/2024
    Annexe Outil – Évaluation Socio-climat des budgets : expérience de l’Indonésie

    Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. In suscipit vitae turpis id dignissim. Aenean aliquet quam ac volutpat convallis. Nullam dignissim quis libero eget tempus. Vestibulum cursus odio venenatis, scelerisque augue ac, eleifend leo. Vestibulum sagittis blandit ipsum a ornare. Donec non erat at mauris scelerisque dignissim a sit amet orci. Quisque viverra venenatis magna, vel pharetra tellus laoreet accumsan. Integer vulputate malesuada suscipit. Integer rhoncus, dolor sed facilisis posuere, velit augue lacinia lacus, id fermentum est nulla sodales orci. Quisque et suscipit turpis, sed blandit augue.

  • 26/04/2024
    Coupes budgétaires : le retour de la fin du monde contre la fin du mois

    Le vent a tourné. Après avoir annoncé 10 milliards de plus pour financer sa planification écologique dès 2024, le gouvernement a réalisé en urgence plusieurs coupes budgétaires pour contenir le déficit public de la France, à commencer par le budget de la rénovation énergétique et le Fonds Vert dédié aux collectivités. La tension entre la réduction du déficit public et le financement de la transition écologique est là pour durer, alors même que la France va devoir rénover toujours plus de bâtiments publics et de logements privés, construire toujours plus de RER métropolitains, aider toujours plus les agriculteurs à faire leur transition, s’adapter toujours plus aux conséquences du réchauffement climatique… C’est le retour de la fin du monde contre la fin du mois.

  • 24/04/2024 Billet d'analyse
    Rénovation énergétique des logements : modérer le besoin de financements publics n’aura rien d’évident

    La volonté du gouvernement de réduire rapidement le déficit public, sans augmentation d’impôts et donc en réduisant fortement la dépense publique, a fait une première victime : le budget de l’aide MaPrimeRénov’ accordée aux ménages pour la rénovation énergétique de leurs logements. Le marché de la rénovation globale étant encore peu structuré, notamment en matière d’accompagnement, l’État prévoit ne pas consommer l’enveloppe budgétaire actée en loi de finances et l’entérine dès ce début d’année. Mais la question de la dépense publique reviendra très vite sur la table, plusieurs rapports pointant un besoin de financements publics en forte hausse d’ici 2030. La bonne nouvelle est que le gouvernement peut espérer modérer ce besoin en mobilisant davantage les financements privés. La mauvaise est que pour cela il doit utiliser d’autres leviers de politique publique dont la mise en œuvre ne sera pas une mince affaire.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer