Événements Financement public

Les conditions de l’adhésion à la fiscalité écologique

Conférences - Par : Dr. Sébastien POSTIC

L’Assemblée Nationale et I4CE ont organisé un colloque intitulé

« Les conditions de l’adhésion à la fiscalité écologique »

 

 

Ce colloque, organisé par I4CE, la députée Bénédicte Peyrol et 13 autres députés a été l’occasion d’échanger sur l’avenir de la fiscalité écologique et en particulier de la taxe carbone en France.

 

De nombreux intervenants étrangers sont venus apporter leurs éclairages. Comment utiliser ses recettes pour rendre la taxe carbone plus efficace et acceptable ? Comment accompagner les ménages et en particulier les plus modestes ? Retrouvez les interviews et présentations des intervenants, et la synthèse des échanges.

 

Consulter les ressources du colloque

 

Les messages clés en 1 minute

Lord Nicholas Stern, London School of Economics Alain Quinet, Directeur général délégué de SNCF Réseau Kurt Van Dender, Senior tax economist at OECD Manuel Domergue, Directeur des études, Fondation Abbé Pierre

 

La fiscalité environnementale est un volet indispensable à la transition écologique. C’est un outil puissant pour faire évoluer les comportements des acteurs économiques, et aussi une opportunité de ressources d’un nouveau genre pour l’Etat.

 

Longtemps cantonnée à un objectif de rendement budgétaire, la fiscalité environnementale en France connait un dynamisme nouveau qui s’est matérialisé notamment lors du précédent projet de loi de finances pour 2018 par l’augmentation de la contribution climat énergie pour atteindre 86,2 €/tonne CO2 d’ici 2022.

 

Elle soulève cependant des inquiétudes légitimes qui animent régulièrement les débats au sein de l’Assemblée nationale : d’une part, les ménages en situation de précarité ou habitant dans les territoires ruraux et périurbains peuvent être fragilisés par cette augmentation de leur facture énergétique, ou de transport ; d’autre part, le débat sur la compétitivité de notre économie est tout à fait légitime, et ne doit pas être évité. La collection de ces taxes comme la redistribution des revenus associés doivent répondre à ces préoccupations si l’on veut augmenter notre ambition en matière de fiscalité environnementale.

 

Soutenu par l’ancien président de l’Assemblée Nationale et désormais Ministre de la Transition Ecologique et Solidaire, François de Rugy, ce colloque initié par une dizaine de députés et le think-tank Institute for Climate Economics (I4CE) a été l’occasion d’échanger, entre parlementaires et avec les parties prenantes, sur ce sujet complexe et trop souvent conflictuel.

 

Le colloque a pris la forme de trois discussions impliquant des experts comme Lord Nicholas Stern, Professeur à la London School of Economics and Political Science et Alain Quinet, président de la commission sur la valeur tutélaire carbone. Un expert fiscal de l’OCDE, des représentants d’Etats étrangers ainsi que la Fondation Abbé Pierre sont venus compléter ce panel pour lui donner la dimension sociale et internationale que le sujet appelle. Les débats ont été modérés par Benoit Leguet, directeur général d’I4CE.

Pour aller plus loin
  • 15/05/2024
    Maximiser les avantages de la tarification du carbone par l’utilisation des revenus carbone

    Les politiques de tarification du carbone et leurs revenus font partie des outils disponibles qui peuvent aider à combler le déficit de financement climatique. Avec des recettes provenant des taxes sur le carbone et des systèmes d’échange de quotas d’émission (ETS) qui ont triplé depuis l’Accord de Paris, et une tendance à la hausse qui pourrait se poursuivre à moyen terme, « comment utiliser les recettes du carbone » est devenu une question cruciale. Ce rapport, préparé dans le cadre du projet European Union Climate Dialogues (EUCDs) financé par l’Union européenne (UE), vise à informer les décideurs politiques et les praticiens sur les leçons apprises et les voies à suivre concernant l’utilisation des revenus du carbone, avec une approche globale basée sur un examen des expériences internationales.  

  • 13/05/2024 Tribune
    L’écologie populaire et la « bagnole » au secours des finances publiques

    La proposition de loi visant à accélérer le verdissement des flottes automobiles, en examen à l’Assemblée nationale, constitue pour le directeur de l’Institut de l’économie pour le climat Benoît Leguet un modèle pour marier écologie populaire et coût réduit pour les finances publiques. L’exécutif fait face à un triangle d’incompatibilité : réussir la planification écologique élaborée depuis deux ans ; inciter sans augmenter le déficit public, en questionnant toute dépense publique supplémentaire ; et inciter sans écologie punitive, comprendre sans fiscalité ni normes supplémentaires. Comment donc, dans les conditions budgétaires actuelles, mettre en oeuvre l’écologie populaire chère au Premier ministre ?

  • 06/05/2024
    Annexe Outil – Évaluation Socio-climat des budgets : expérience de l’Indonésie

    Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. In suscipit vitae turpis id dignissim. Aenean aliquet quam ac volutpat convallis. Nullam dignissim quis libero eget tempus. Vestibulum cursus odio venenatis, scelerisque augue ac, eleifend leo. Vestibulum sagittis blandit ipsum a ornare. Donec non erat at mauris scelerisque dignissim a sit amet orci. Quisque viverra venenatis magna, vel pharetra tellus laoreet accumsan. Integer vulputate malesuada suscipit. Integer rhoncus, dolor sed facilisis posuere, velit augue lacinia lacus, id fermentum est nulla sodales orci. Quisque et suscipit turpis, sed blandit augue.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer