COP 23 side event – Revenus carbone : faire le point entre le bénéfices climatiques et les avantages fiscaux pour les pays développés et en développement

- Par : Dr. Sébastien POSTIC

Date: 14 novembre

co2-al

Horaires : 13h15 à 14h45.
Lieu : Pavillon européen
Organisateurs : Banque MondialeAFD, I4CEEcofysthe Generation Foundation

Résumé de l’événement :

Un nombre croissant de pays explorent comment les instruments de tarification du carbone pourraient les aider à atteindre leurs objectifs nationaux. Cet événement examinera comment utiliser les revenus générés par les politiques de tarification du carbone pour soutenir un développement sobre en carbone et résilient au changement climatique, du point de vue des décideurs des pays en développement (Groupe de la Banque mondiale, Agence Française de Développement-AFD et l‘Institute for Climate Economics-I4CE) ainsi que des entités couvertes par des instruments de tarification du carbone (Ecofys et la Generation Foundation dans le cadre de leur partenariat Carbon Pricing Unlocked).

Les panélistes (chercheurs ainsi que praticiens des secteurs public et privé) discuteront de certains des défis et des opportunités associés à leur expérience de l’utilisation des revenus du carbone.

Intervenants: 

  1. John Roome, Senior director climate change, World Bank
  2. Un représentant de l’Agence Française de Développement
  3. Institute for Climate Econmics (I4CE)
  4. Ecofys
  5. Représentant d’un pays
  6. Représentant d’une entreprise
14 nov 2017

COP 23 side event – Revenus carbone : faire le point entre le bénéfices climatiques et les avantages fiscaux pour les pays développés et en développement

Contacts I4CE
Dr. Sébastien POSTIC
Dr. Sébastien POSTIC
Chercheur – Finances publiques, Développement Email
Pour aller plus loin
  • 24/04/2024 Billet d'analyse
    Rénovation énergétique des logements : modérer le besoin de financements publics n’aura rien d’évident

    La volonté du gouvernement de réduire rapidement le déficit public, sans augmentation d’impôts et donc en réduisant fortement la dépense publique, a fait une première victime : le budget de l’aide MaPrimeRénov’ accordée aux ménages pour la rénovation énergétique de leurs logements. Le marché de la rénovation globale étant encore peu structuré, notamment en matière d’accompagnement, l’État prévoit ne pas consommer l’enveloppe budgétaire actée en loi de finances et l’entérine dès ce début d’année. Mais la question de la dépense publique reviendra très vite sur la table, plusieurs rapports pointant un besoin de financements publics en forte hausse d’ici 2030. La bonne nouvelle est que le gouvernement peut espérer modérer ce besoin en mobilisant davantage les financements privés. La mauvaise est que pour cela il doit utiliser d’autres leviers de politique publique dont la mise en œuvre ne sera pas une mince affaire.

  • 19/04/2024
    Réunions de printemps du FMI et de la Banque mondiale : quel rôle dans la transition pour les institutions financières publiques ?

    Repenser le financement du développement pour qu’il tienne compte des défis de notre temps n’est pas facile, d’autant plus que des milliers d’experts, décideurs et professionnels veulent y laisser leur empreinte. La nouvelle architecture financière internationale est à nouveau discutée cette semaine, avec plus de questions ouvertes que de consensus sur les réponses. 

  • 19/04/2024 Billet d'analyse
    Un financement plus important et de meilleure qualité : maximiser les effets positifs sur le climat pour une transition rapide

    Depuis l’Accord de Paris en 2015, il y a eu des avancées significatives pour favoriser l’engagement des pays et institutions financières à lutter contre la crise climatique et à s’assurer que les risques et les opportunités liés au climat sont pris en compte dans les investissements. Cependant, les émissions devant atteindre leur pic avant 2025, notre fenêtre d’opportunité se referme rapidement pour rester en-dessous des +1,5 °C. En attendant, les besoins financiers pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) et pour répondre aux priorités en matière d’adaptation augmentent rapidement. Luis Zamarioli Santos et Diana Cárdenas Monar, d’I4CE, estiment que l’engagement doit se traduire de toute urgence par des actions, et que ces dernières doivent apporter le changement rapide dont le monde a besoin. Les gouvernements et les institutions financières publiques ont un rôle central à jouer pour fournir davantage de financements et pour qu’ils soient de meilleure qualité, en maximisant les impacts positifs. Ce billet de blog met en lumière certaines opportunités pour avancer sur la voie d’une transformation systémique, en impliquant les principales parties prenantes dans une approche économique globale. 

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer