Événements Certification carbone

Webinaire I Comment les collectivités peuvent mobiliser des financements pour des projets carbone

 

L’atelier aura lieu le lundi 14 décembre de 14h à 17h par visio-conférence (sur invitation)

 

Contexte :

La France s’est dotée d’un objectif de neutralité carbone à l’horizon 2050, c’est-à-dire qu’à l’échelle du territoire national, nous devrons absorber autant de gaz à effet de serre (GES) que nous n’en émettons. Aujourd’hui, cet objectif commence à se décliner au niveau des territoires, à l’initiative de collectivités qui cherchent à impulser des réductions d’émissions et à améliorer les puits de carbone.

Dans ce cadre, l’une des actions envisagées par la collectivité est l’identification et la facilitation du financement de projets de réduction des émissions ou d’amélioration des puits de carbone menés par des acteurs tiers. Les secteurs agricoles et forestiers semblent particulièrement concernés.

Le plus souvent, l’objectif est d’aller chercher des fonds complémentaires d’origine privée et de les flécher vers des projets carbone ou environnementaux locaux. Les initiatives peuvent prendre différentes formes : agrégateur carbone, plateforme de compensation, fonds climat…

Ces collectivités s’intéressent particulièrement dans ce contexte aux projets certifiés par des cadres faisant référence comme celui du Label Bas-Carbone (LBC), qui est souvent évoqué comme outil pour identifier les projets et flécher les financements. Piloté par le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire, il permet notamment de s’assurer que le projet a un impact positif du point de vue du climat et respecte un certain cahier des charges. Du point de vue des porteurs de projet, son objectif est de garantir l’impact environnemental des projets pour faciliter leur financement ; du point de vue des financeurs, il permet de s’assurer que les projets financés ont bien un réel impact sur le climat et que le financement est efficace, c’est-à-dire qu’il est le déclencheur de l’action. Le LBC peut ainsi aider les collectivités à :

•  Identifier des projets pertinents du point de vue du climat, et constituer tout ou partie du cahier des charges.
•  Identifier des porteurs de projets ou mandataires techniques locaux, et initier des partenariats.
•  Faciliter la levée de financements privés et identifier des financeurs privés locaux (PME-TPE), au-delà des grandes entreprises nationales ou multinationales.
•  Contribuer à d’éventuelles stratégies de neutralité carbone territoriale.

Objectifs de l’atelier :

L’objectif de cet atelier est de faire le point sur les différentes initiatives territoriales émergentes autour de la mise en œuvre de projets carbone, et de partager les questionnements et les retours d’expériences entre les acteurs impliqués.

Plus spécifiquement, l’atelier permettra :

•  D’effectuer un tour d’horizon des initiatives territoriales en cours de développement en France pour le financement de projets carbone agricoles et forestiers notamment.
•  De comprendre et partager les différents types de rôles envisagés par les collectivités, et leur articulation avec la stratégie de transition écologique territoriale/neutralité carbone.
•  De faciliter le partage d’expérience entre les participants.
•  D’échanger sur les besoins, questionnements et éventuels points de blocage pour la mise en œuvre des initiatives ou l’utilisation du Label Bas Carbone.
•  De présenter le Label Bas Carbone et de répondre à un certain nombre de questions concernant sa mise en œuvre.

14 déc 2020

Webinaire I Comment les collectivités peuvent mobiliser des financements pour des projets carbone

Pour aller plus loin
  • 01/06/2023 Billet d'analyse
    Climat : où sont les économies budgétaires ?

    Comment le gouvernement entend-il financer la hausse de ses dépenses publiques pour le climat ? Suite aux réactions du gouvernement au rapport Pisani-Ferry qui proposait d’utiliser toutes les options dont l’endettement et la hausse des prélèvements obligatoires, faisons une hypothèse : et si le gouvernement misait uniquement sur les options d’économies budgétaires ? Damien Demailly d’I4CE fait une revue des options à disposition du gouvernement pour financer ainsi la transition. Évidemment, toutes sont difficiles à mettre en œuvre et certaines peuvent s’avérer contre-productives. Elles méritent néanmoins d’être explicités et débattues. L’ensemble des options pour financer la transition méritent de l’être.

  • 30/05/2023 Tribune
    Tribune – Transition écologique : « La France devra y consacrer chaque année 22 milliards d’euros de plus qu’en 2021 »

    Combien faut-il investir pour le climat ? Des experts d’horizons variés ont cherché à répondre à cette question importante et en apparence assez simple. Ils sont d’accord pour dire que, public comme privé, il faut investir plus pour réduire les émissions de carbone. Mais ils divergent sur l’ampleur du montant, qui va de 20 à 100 milliards d’euros par an. Faut-il s’inquiéter de cette divergence ? La question est importante car elle alimente deux débats. Le premier concerne l’ampleur de la dépense publique. L’Etat et les collectivités locales devront investir dans les bâtiments et les infrastructures publiques, mais aussi aider les ménages et les entreprises à financer leurs propres investissements. Le second débat est macroéconomique : s’il faut investir davantage, cela implique de produire plus et d’épargner plus tout en consommant moins, ou encore de recourir à des capitaux étrangers – ce qui va affecter la croissance, l’emploi et le niveau des prix.

  • 26/05/2023
    Financement climat : les pavés dans la mare

    Le rapport Pisani-Ferry a jeté un premier pavé dans la mare en estimant à environ 30 milliards d’euros par an le besoin supplémentaire de dépenses publiques pour faire la transition climatique. Et un second pavé en explorant différentes options pour dégager une telle somme, telles que l’endettement et – ce qui a évidemment beaucoup fait parler – la hausse de la fiscalité sur les ménages aisés. Les membres du gouvernement qui ont réagi au rapport ont, malheureusement, omis de commenter le chiffre de 30 milliards. Mais ils ont largement commenté, et rejeté, la hausse de l’endettement et de la fiscalité pour financer ces dépenses.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer