Quel montant pour des chèques alimentaires durables ?

17 février 2022 - Billet d'analyse - Par : Lucile ROGISSART

Proposée par la Convention Citoyenne pour le Climat et acceptée par le Président de la République, l’idée d’un chèque alimentaire pour les populations les plus précaires n’est toujours pas concrétisée. Plusieurs propositions ont cependant été faites, variables quant au montant du chèque, aux bénéficiaires ciblés et aux produits éligibles. Sans préjuger de la pertinence du chèque, Lucile ROGISSART d’I4CE compare dans ce billet les montants des chèques proposés au surcoût que représenterait l’adoption d’un régime alimentaire durable pour les plus précaires.

 

 

Des propositions variées avec un objectif commun : favoriser l’accès à une alimentation plus saine

Derrière la diversité des propositions de chèque alimentaire synthétisées dans le tableau ci-dessous, se dégage une volonté commune : rendre plus accessible à des populations modestes des produits (généralement plus onéreux) contribuant à un régime alimentaire plus sain. 

 

 

Résumé des propositions concernant le chèque alimentaire


@I4CE_

 

Nous proposons ici d’estimer le montant qui serait nécessaire pour combler l’écart entre le coût du panier actuel et celui d’un panier à la fois plus sain mais aussi plus durable. 

 

 

Climat, environnement, santé : qu’est-ce qu’une alimentation durable ?

Répondre à cette question requiert d’abord de définir ce qu’est une alimentation durable. Nous proposons ici de retenir les trois grands objectifs alimentaires les plus décisifs face aux enjeux climat, environnement et santé : l’augmentation de la consommation de fruits et légumes, le rééquilibrage protéique, et l’augmentation de la consommation de produits bio. Ces objectifs sont issus du Programme national nutrition san (PNNS) qui définit les recommandations nutritionnelles, de la loi Egalim de 2018, et des scénarios Afterres de Solagro et TYFA de l’IDDRI à horizon 2050. 

 

 

Trois grands objectifs alimentaires


@I4CE_

 

 

Des cibles de long terme (à horizon 2050), nous tirons des cibles de plus court terme, plus cohérents avec la mise en place d’un chèque alimentaire dans les prochains mois ou prochaines années. Dans ce qui suit, nous appelons « panier intermédiaire » la combinaison des trois objectifs de court terme, et « panier cible » celle des trois objectifs de long terme.  

 

 

50 € par mois et par ménage : un strict minimum 

Aux prix actuels et d’après le calculateur que nous avons développé, le chèque alimentaire devrait être en moyenne de l’ordre de 25 €/mois/pers pour compenser les surcoûts liés à l’adoption du panier intermédiaire pour les personnes du premier décile de revenus. Rapporté à l’échelle du ménage (de 2,19 personnes en moyenne), le chèque devrait donc être de l’ordre de 50 €/mois. Les dépenses publiques seraient comprises entre 1,4 et 2,3 milliards d’euros par an, selon que le chèque bénéficie à 5 ou 8 millions de personnes – d’après les nombres de bénéficiaires évoqués dans les diverses propositions.  

 

 

 

(a) La consommation de fruits et légumes passe à 300 g/j (court terme) 450 g/j (long terme) 

(b) La consommation de produits animaux diminue de 15 % (court terme) 50 % (long terme) & celle de légumineuses est multipliée par 2 (court terme) 5 (long terme) 

(c) La part de produits bio dans les quantités achetées passe à 20 % (court terme) 75 % (long terme)

Note de lecture : les surcoûts négatifs sont des gains 

Note : Les quantités consommées du Français moyen sont valorisées aux prix moyens, tandis que celles du premier décile de revenu sont valorisées aux prix auxquels le premier décile de revenu achète ses produits. 

 

 

Ces montants sont cohérents avec ceux annoncés par les membres du gouvernement, mais ne correspondent cependant qu’à des seuils minimums. Tout d’abord, ce montant repose sur l’hypothèse que les ménages visés par le chèque alimentaire mettent en œuvre le rééquilibrage protéique, ce qui est à la fois peu probable et pas nécessairement souhaité par les personnes et institutions ayant fait des propositions de chèque alimentaire. Sans cette hypothèse, le montant requis passe à 35 €/mois/pers (soit 75 €/mois/ménage). 

 

De plus, le panier obtenu ici n’est qu’une étape intermédiaire, ne permettant ni d’atteindre les objectifs environnementaux, ni de satisfaire les recommandations nutritionnelles en fruits et légumes. Si le panier cible était visé et que le chèque devait compenser la totalité du surcoût pour atteindre ces objectifs, le montant devrait être de l’ordre de 80 €/mois/pers (180 €/mois/ménage). La dépense publique associée passerait alors à un montant compris entre 4,8 et 7,7 milliards d’euros.  

 

Enfin, ces estimations dépendent largement des hypothèses sur les prix, et en particulier sur les prix des produits issus de modes de production durable – ici assimilés aux produits bio. D’une part, les produits locaux, issus de circuits courts ou encore de labels de qualité ne présentent pas nécessairement les mêmes écarts de prix avec le conventionnel. D’autre part, les estimations ci-dessus sont toutes réalisées à prix constants, tandis qu’une forte augmentation de la production de produits bio pourrait mener à une baisse des prix.  

 

Au-delà de la question du montant du chèque se posent évidemment une multitude de questions quant à son fléchage. Faut-il ne subventionner que certains produits et si oui, lesquels ? Comment en contrôler l’usage ? Qui cibler et sur la base de quels critères ? Comment s’assurer que les bénéficiaires visés y aient réellement recours ? etc. Mais se pose également la question de la pertinence de mettre en place un chèque alimentaire par rapport à d’autres stratégies d’action, comme l’accompagnement économique des filières durables afin de réduire le prix pour les consommateurs (voir « Une alimentation saine et durable pour tous : mission (im)possible ? »). 

Contacts I4CE
Lucile ROGISSART
Lucile ROGISSART
Cheffe de projet - Agriculture et alimentation Email
Pour aller plus loin
  • 13/01/2023
    Agenda climat 2023 : il n’y a jamais eu de meilleur moment pour agir

    2022 a été une année mouvementée sur le plan du climat. L’année a vu l’émergence d’un nouveau concept, celui de la polycrise : guerre en Ukraine, suites du Covid, retour de l’inflation, crise du gaz, pénuries agricoles, sécheresses persistantes et autres événements climatiques.  Toutes ces crises ont pointé in fine notre dépendance directe et indirecte aux énergies fossiles ; nos fragilités face à un climat qui change ; et la vulnérabilité de nos économies et des classes moyennes et modestes.

  • 02/12/2022
    La certification carbone européenne doit être exigeante… et attractive

    Comment différentier les projets qui permettent vraiment de stocker du carbone, des projets qui prétendent seulement le faire ? Question compliquée quand on s’intéresse à des projets dans l’agriculture et la forêt, pour lesquels la quantification du carbone stocké est complexe et se heurte au risque de non-permanence, et pour lesquels il faut aussi prendre en compte les autres défis environnementaux à commencer par la préservation de la biodiversité. Une question compliquée donc, mais une question qui nécessite une réponse ! Des acteurs privés et des pouvoirs publics veulent s’assurer que les projets agricoles et forestiers qu’ils financent au nom du climat ont un réel bénéfice environnemental.

  • 01/12/2022 Billet d'analyse
    Certification carbone : la Commission propose un cadre exigeant qui devra aussi être incitatif

    On y voit désormais plus clair sur le futur cadre de certification carbone européen, grâce à la proposition que la Commission vient de rendre publique. Cette proposition donne un cadre, de grands principes directeurs, et les détails seront précisés dès 2023 avec l’appui d’un groupe d’experts. Si le diable se cache dans les détails, le cadrage n’en est pas moins important. Claudine Foucherot d’[i4ce] l’a analysé et identifié quatre points sur lesquels il faudra être vigilant. De manière générale, on peut dire que la Commission fait une proposition ambitieuse qui présente cependant un risque : ne pas être suffisamment incitative pour permettre un déploiement massif des projets. 

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer