Publications Forêt et bois

Forêt et atténuation du changement climatique au sein des politiques européennes : priorité au bois-énergie

13 avril 2013 - Etude Climat

En l’absence d’une politique forestière commune au niveau de l’UE (à l’instar de la politique agricole commune pour l’agriculture), cette Étude Climat recense les politiques communautaires qui ont un impact sur l’atténuation du changement climatique au travers de la filière forêt-bois. Dans le but d’analyser la cohérence de ces politiques, nous avons établi, dans un premier temps, une typologie et une hiérarchie en établissant le statut juridique et les moyens financiers et institutionnels associés à chaque politique, et dans un deuxième temps nous avons examiné les objectifs de chaque politique par rapport à l’atténuation du changement climatique. Nous avons enfin analysé les synergies et les conflits potentiels entre elles.

Les conséquences de chaque politique sur l’atténuation du changement climatique sont évaluées au prisme des trois principaux leviers d’atténuation de la filière forêt-bois : la séquestration carbone dans les forêts, la substitution de l’énergie (bois-énergie), et ce que nous appelons « l’effet d’utilisation de produits bois » (qui inclut la séquestration carbone dans les produits bois et la substitution matériaux).

Les politiques européennes relatives aux forêts analysées dans ce rapport sont jugées globalement cohérentes, dans le sens où elles ont toutes des objectifs communs. La stratégie européenne d’atténuation par la filière forêt-bois est essentiellement axée vers la substitution énergétique, au travers :
du paquet énergie climat qui n’inclut pas directement la filière forêt-bois, mais exerce une influence notable sur l’effet de substitution de l’énergie avec du bois ;
et du Fonds Européen Agricole pour le Développement Rural (FEADER) qui constitue le principal fonds européen concernant la filière forêt-bois. Au sein des actions éligibles touchant au climat et à la filière forêt-bois, les États membres ont privilégié celles qui favorisent la substitution énergie et, dans une moindre mesure, la séquestration du carbone dans les forêts.

Les politiques non réglementaires telles que la stratégie forestière européenne et les plans d’action forestiers ont des objectifs diversifiés qui abordent les trois leviers d’atténuation. Mais leur caractère juridiquement non contraignant diminue conduit à relativiser leur importance.

Au final, si l’attention donnée aux différentes options d’atténuation est déséquilibrée, les objectifs politiques n’en sont pas néanmoins coordonnés et souvent complémentaires en termes d’atténuation au changement climatique.

Forêt et atténuation du changement climatique au sein des politiques européennes : priorité au bois-énergie pdf
Pour aller plus loin
  • 13/01/2023
    Agenda climat 2023 : il n’y a jamais eu de meilleur moment pour agir

    2022 a été une année mouvementée sur le plan du climat. L’année a vu l’émergence d’un nouveau concept, celui de la polycrise : guerre en Ukraine, suites du Covid, retour de l’inflation, crise du gaz, pénuries agricoles, sécheresses persistantes et autres événements climatiques.  Toutes ces crises ont pointé in fine notre dépendance directe et indirecte aux énergies fossiles ; nos fragilités face à un climat qui change ; et la vulnérabilité de nos économies et des classes moyennes et modestes.

  • 02/12/2022
    La certification carbone européenne doit être exigeante… et attractive

    Comment différentier les projets qui permettent vraiment de stocker du carbone, des projets qui prétendent seulement le faire ? Question compliquée quand on s’intéresse à des projets dans l’agriculture et la forêt, pour lesquels la quantification du carbone stocké est complexe et se heurte au risque de non-permanence, et pour lesquels il faut aussi prendre en compte les autres défis environnementaux à commencer par la préservation de la biodiversité. Une question compliquée donc, mais une question qui nécessite une réponse ! Des acteurs privés et des pouvoirs publics veulent s’assurer que les projets agricoles et forestiers qu’ils financent au nom du climat ont un réel bénéfice environnemental.

  • 01/12/2022 Billet d'analyse
    Certification carbone : la Commission propose un cadre exigeant qui devra aussi être incitatif

    On y voit désormais plus clair sur le futur cadre de certification carbone européen, grâce à la proposition que la Commission vient de rendre publique. Cette proposition donne un cadre, de grands principes directeurs, et les détails seront précisés dès 2023 avec l’appui d’un groupe d’experts. Si le diable se cache dans les détails, le cadrage n’en est pas moins important. Claudine Foucherot d’[i4ce] l’a analysé et identifié quatre points sur lesquels il faudra être vigilant. De manière générale, on peut dire que la Commission fait une proposition ambitieuse qui présente cependant un risque : ne pas être suffisamment incitative pour permettre un déploiement massif des projets. 

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer