Développement et perspectives de l’agriculture dans les négociations climatiques internationales

25 février 2015 - Etude Climat

Par Clothilde TRONQUET, Claudine FOUCHEROT

L’agriculture tient une place particulière dans les mutations climatiques en cours et à venir : produisant environ 12 % des émissions de gaz à effet de serre globales, ce secteur très émetteur est également très impacté par les changements climatiques, souffrant entre autres d’une baisse tendancielle des rendements et d’une variabilité croissante. Grâce à sa capacité d’adaptation et à son potentiel d’atténuation, l’agriculture est aussi une partie de la solution aux changements climatiques.

Le secteur agricole est souvent désigné comme un parent pauvre des négociations climatiques internationales, il ne recevrait pas un traitement à la hauteur de ses spécificités et de son rôle fondamental. L’objet de cette étude est d’estimer quelle est la participation effective de l’agriculture aux négociations de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) et d’identifier les grands enjeux pour ce secteur dans les années à venir.

L’analyse de l’historique des négociations et leur situation actuelle démentent l’idée d’une agriculture inexistante dans le processus de la CCNUCC, sans pour autant qu’elle jouisse d’un traitement sectoriel spécifique. Les obstacles à la mise en place de mécanismes d’atténuation et d’adaptation dans le secteur agricole, allant de l’ingénierie au financement, sont en effet nombreux et difficiles à contourner.

Les avancées réduites de l’agriculture dans les négociations reflètent également la complexité et la sensibilité des problématiques qui lui sont liées tant sur le commerce que le développement économique. Il s’agit de repenser les trajectoires de développement agricole, modifiant l’organisation des filières agricoles de la production d’intrant aux modes de consommation et considérant les impacts effectifs sur les parties prenantes y compris en matière de développement. Ainsi, la dite « lenteur » des négociations internationales sur le sujet agricole n’est en réalité que le reflet de l’envergure des enjeux à considérer : de la sensibilité politique du thème agricole et de l’ampleur du défi scientifique et technique que représentent la réduction et le suivi des émissions agricoles.

L’agriculture n’est qu’à la première étape d’un processus de négociation long et complexe dont l’issue ne doit pas être attendue lors de la COP21. Si on peut espérer de la COP21 des avancées dans le dialogue sur les mesures de suivi, notification et vérification (MRV) ou encore sur l’appréhension d’une approche paysagère, les développements du SBSTA sur l’agriculture perdureront quant à eux au-delà de 2015, constituant une étape indispensable avant d’envisager de quelconques outils opérationnels. Enfin des initiatives multilatérales comme l’Alliance Globale pour Climate-Smart Agriculture contribuent à mobiliser la communauté internationale sur les sujets agricoles, parallèlement aux négociations internationales, mais restent en marge du carde onusien.

Développement et perspectives de l’agriculture dans les négociations climatiques internationales Télécharger
Pour aller plus loin
  • 13/01/2023
    Agenda climat 2023 : il n’y a jamais eu de meilleur moment pour agir

    2022 a été une année mouvementée sur le plan du climat. L’année a vu l’émergence d’un nouveau concept, celui de la polycrise : guerre en Ukraine, suites du Covid, retour de l’inflation, crise du gaz, pénuries agricoles, sécheresses persistantes et autres événements climatiques.  Toutes ces crises ont pointé in fine notre dépendance directe et indirecte aux énergies fossiles ; nos fragilités face à un climat qui change ; et la vulnérabilité de nos économies et des classes moyennes et modestes.

  • 02/12/2022
    La certification carbone européenne doit être exigeante… et attractive

    Comment différentier les projets qui permettent vraiment de stocker du carbone, des projets qui prétendent seulement le faire ? Question compliquée quand on s’intéresse à des projets dans l’agriculture et la forêt, pour lesquels la quantification du carbone stocké est complexe et se heurte au risque de non-permanence, et pour lesquels il faut aussi prendre en compte les autres défis environnementaux à commencer par la préservation de la biodiversité. Une question compliquée donc, mais une question qui nécessite une réponse ! Des acteurs privés et des pouvoirs publics veulent s’assurer que les projets agricoles et forestiers qu’ils financent au nom du climat ont un réel bénéfice environnemental.

  • 01/12/2022 Billet d'analyse
    Certification carbone : la Commission propose un cadre exigeant qui devra aussi être incitatif

    On y voit désormais plus clair sur le futur cadre de certification carbone européen, grâce à la proposition que la Commission vient de rendre publique. Cette proposition donne un cadre, de grands principes directeurs, et les détails seront précisés dès 2023 avec l’appui d’un groupe d’experts. Si le diable se cache dans les détails, le cadrage n’en est pas moins important. Claudine Foucherot d’[i4ce] l’a analysé et identifié quatre points sur lesquels il faudra être vigilant. De manière générale, on peut dire que la Commission fait une proposition ambitieuse qui présente cependant un risque : ne pas être suffisamment incitative pour permettre un déploiement massif des projets. 

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer