Gouvernance du climat & Accord de Paris : le pari audacieux de la coopération transnationale

3 novembre 2016 - Point Climat

Le processus politique autour de la COP21 a favorisé l’émergence d’un nouveau mode de coopération multilatérale sur l’action climatique. Il s’agit d’une approche qui se base principalement sur la coopération et l’inclusivité pour inciter tout type d’acteurs, publics et privés, à s’engager et à agir en faveur du climat. Le fondement majeur de cette dynamique repose sur la recherche de bénéfices et de co-bénéfices liés à l’action climatique plutôt que sur un partage de l’effort de réductions des émissions de gaz à effet de serre (GES).

Un processus de transparence robuste sera nécessaire pour évaluer la compatibilité des engagements vis-à-vis des objectifs de long terme et pour identifier le chemin à suivre pour atteindre lesdits objectifs. Ce rôle de coordination sera assuré par la CCNUCC, les présidences de COP, leurs partenaires, et l’ensemble de la communauté académique internationale, qui viseront à coordonner et à rendre lisible l’ensemble de l’action climatique, tout en conservant dans la CCNUCC une structure réglementaire permettant de donner de la visibilité sur les actions entreprises par les Etats.

Cette nouvelle approche transnationale de la gouvernance climatique repose aussi désormais (i) d’une part sur de multiples cadres de coopération permettant d’accélérer le partage de bonnes pratiques et l’accès aux solutions « bas-carbone» pour tous les Etats et acteurs, et (ii) d’autre part sur un système de pression des pairs (« peerpressure ») plus fort pour soutenir et renforcer les engagements existants et les actions de l’ensemble des parties prenantes.

Gouvernance du climat & Accord de Paris : le pari audacieux de la coopération transnationale pdf
Pour aller plus loin
  • 21/06/2018 Billet d'analyse
    Transition énergétique et mise en oeuvre de l’Accord de Paris en Tunisie : Quel est le rôle du secteur financier?

    Dans le cadre de l’initiative «Partnership for Market Readiness» (PMR), financée par la Banque Mondiale (BM), le Programme des Nations unies pour le Développement et l’Agence Nationale pour la Maîtrise de l’Energie (ANME) en collaboration avec l’Association Professionnelle Tunisienne des Banques et des Etablissements Financiers (APTBEF) et l’Institute for Climate Economics (I4CE), ont organisé lundi 18 juin 2018 à Tunis, un déjeuner débat sur le rôle du secteur financier dans la transition énergétique et la mise en œuvre de l’accord de Paris en Tunisie.

  • 04/06/2021
    Cadre d’opérationnalisation de l’alignement avec les objectifs l’Accord de Paris

    En 2017, l’International Development Finance Club (IDFC) ainsi que le groupe des Banques Multilatérales de Développement (BMD) se sont engagés à « aligner les flux financiers avec les objectifs de l’Accord de Paris ». Depuis cet engagement, IDFC avait concentré ses efforts sur l’identification de ce que signifie et implique l’alignement.

  • 04/05/2017
    Comment les acteurs financiers devraient-ils piloter à terme les enjeux climatiques de leurs portefeuilles ?

    Gérer leurs risques de transition et analyser les opportunités liées à la transition bas-carbone permettrait aux acteurs financiers de s’assurer de la performance future de leurs portefeuilles dans une économie bascarbone. Pour cela, ils devront à terme intégrer à leurs processus de gestion des risques, ainsi que de décision d’investissement et de financement, une analyse […]

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer