Les institutions financières publiques et la transition vers une économie faiblement carbonée : cinq études de cas sur les investissements dans des infrastructures et des projets sobres en carbone

23 novembre 2014 - Par : Dr. Ian COCHRAN / Romain HUBERT

Cette étude, réalisée conjointement par l’OCDE et I4CE (anciennement CDC Climat Recherche), montre comment les institutions financières publiques (IFP) favorisent la transition énergétique vers une économie faiblement carbonée en finançant la lutte contre le changement climatique au niveau national. Cette étude recense les principaux outils et instruments dont se servent cinq IFP pour mobiliser les investissements du secteur privé, essentiellement dans les pays de l’OCDE, dans des projets et infrastructures sobres en carbone de trois secteurs : les transports durables, l’efficacité énergétique et l’énergie renouvelable. De 2010 à 2012, ces cinq institutions – le Groupe Caisse des Dépôts en France ; la KfW Bankengruppe en Allemagne ; l’UK Green Investment Bank ; la Banque européenne d’investissement et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement – ont apporté un total de plus de 100 milliards EUR d’investissements en fonds propres et de financement en faveur de tels projets.

L’analyse de l’implication des IFP est structurée autour de trois enjeux majeurs : des méthodes à la fois traditionnelles et nouvelles pour lier des projets aux moyens de financement, en améliorant l’accès aux capitaux ; en facilitant la réduction et le partage des risques ; en renforçant les capacités des acteurs de marché et, dans un cadre plus large, en mettant en place des pratiques et des conditions de marché.

Les études de cas de chaque institution sont fournies par CDC Climat Recherche à titre informatif séparément de l’étude officielle de l’OCDE disponible ci-dessous. Les études de cas sont des documents de travail dont la dernière mise à jour date de fin 2013. Le contenu des études de cas individuelles ne reflète pas les positions officielles de l’OCDE, de ses États membres ni des institutions étudiées.

Classification JEL :
G11 : Economie financière / Marchés financiers généraux / Choix du portefeuille
G18 : Economie financière / Marchés financiers généraux / Politique des pouvoirs publics et réglementation
G23 : Economie financière / Institutions et services financiers / Institutions financières non bancaires ; Instruments financiers ; Investisseurs institutionnels
G28 : Economie financière / Institutions et services financiers / Politique des pouvoirs publics et réglementation
O44 : Développement économique, avancées technologiques et croissance / Croissance économique et productivité agrégée / Environnement et croissance
Q01 : Economie agricole et des ressources naturelles / Généralités / Développement durable
Q54 : Economie agricole et des ressources naturelles / Economie de l’environnement / Climat ; Catastrophes naturelles ; Réchauffement global

Les études de cas de chaque institution ne sont disponibles qu’en anglais.

Les institutions financières publiques et la transition vers une économie faiblement carbonée : cinq études de cas sur les investissements dans des infrastructures et des projets sobres en carbone Télécharger
Contacts I4CE
Dr. Ian COCHRAN
Dr. Ian COCHRAN
Conseiller Senior - Investissements Climat & Finance Email
Romain HUBERT
Romain HUBERT
Chercheur – Risques climat, Acteurs financiers et adaptation Email
Pour aller plus loin
  • 09/02/2024 Tribune
    Climat : les institutions financières publiques, en première ligne de la transformation du système financier

    2 400 milliards de dollars par an. Ce montant qui fait tourner la tête est celui que nous devons collectivement réussir à mobiliser jusqu’en 2030 pour financer la transition climatique dans les pays du Sud, hors Chine. Une part importante de ce financement devra provenir de ressources domestiques : environ la moitié pourrait ainsi être mobilisée par l’amélioration des recettes fiscales nationales ou le recours aux marchés nationaux de capitaux. Le reste proviendrait de sources internationales, publiques et privées.

  • 01/12/2023
    COP28: It’s money time !

    La COP28 de Dubaï s’ouvre dans un contexte climatique inquiétant. Pour la première fois, le seuil d’augmentation de la température de 2°C par rapport à l’ère préindustrielle a été dépassé sur une journée, et un rapport publié par l’ONU cette semaine nous alerte sur le fait que les politiques actuelles placent la planète sur une trajectoire de réchauffement de 2,9°C, et que les chances de maintenir l’augmentation à +1.5°C ne sont plus que de 14%. Les résultats du premier Global Stocktake, le bilan mondial de l’action des pays depuis l’Accord de Paris, seront publiés à la COP et devraient confirmer l’urgence d’infléchir les trajectoires d’émissions de gaz à effet de serre.

  • 29/11/2023 Billet d'analyse
    Finance climat : multiplier les chiffres ne suffit pas à résoudre l’équation

    Une grande partie des discussions de la COP28 portera sur l’objectif de 100 milliards de dollars par an décidé à Copenhague pour soutenir les investissements climatiques dans les pays du Sud, et sur le nouvel objectif de financement du climat destiné à le remplacer. Cependant, tout en gardant les yeux rivés sur les volumes mis sur la table, nous devons également nous pencher davantage sur l’impact de chaque dollar dépensé. Il est essentiel d’identifier et d’exploiter la valeur ajoutée de chaque acteur économique afin d’éviter les chevauchements et de maximiser les synergies. Trois types d’acteurs ont un rôle central à jouer dans le changement de paradigme : les gouvernements, les institutions financières publiques et les institutions financières privées.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer