On the Commons and Climate Change: Collective Action and GHG Mitigation

29 juillet 2012 - Hors série - Par : Dr. Ian COCHRAN

By Ian COCHRAN

Reducing greenhouse-gas (GHG) emissions from anthropogenic activity may be one of the greatest collective-action problems faced by humanity. This poses challenges not only in terms of the institutional configurations to support coordinated governance processes, but equally the information tools and expertise necessary to link GHG mitigation with other policy priorities. This paper theoretically explores how the adoption of a modified theory of collective action based upon a behavioral theory of the individual allows for a reframing of the climate-change policy challenge. As such, it appears important to develop a context within which collective action becomes possible where success is no longer solely tied to incentives, but equally to the provision of information, learning, and interaction between stakeholders while simultaneously fostering trust and reciprocity among actors.

At all levels of government, information plays a key role to both inform and to facilitate communication, as well as to identify and develop the necessary actions and investments and to track changes in conditions. In the case of climate change, greenhouse-gas inventories and other informational tools are necessary components to track an a priori intangible emission. As such, it is key to analyze the legitimacy, credibility and saliency of information and expertise integrated into the decision-making process. Further, it is important to recognize that the construction of indicators and other information tools is not apolitical, but rather the product of a number of assumptions, interests and decisions concerning what is included and what is excluded shaped by the involved actors.

On the Commons and Climate Change: Collective Action and GHG Mitigation Télécharger
Contacts I4CE
Dr. Ian COCHRAN
Dr. Ian COCHRAN
Conseiller Senior - Investissements Climat & Finance Email
Pour aller plus loin
  • 01/12/2023
    COP28: It’s money time !

    La COP28 de Dubaï s’ouvre dans un contexte climatique inquiétant. Pour la première fois, le seuil d’augmentation de la température de 2°C par rapport à l’ère préindustrielle a été dépassé sur une journée, et un rapport publié par l’ONU cette semaine nous alerte sur le fait que les politiques actuelles placent la planète sur une trajectoire de réchauffement de 2,9°C, et que les chances de maintenir l’augmentation à +1.5°C ne sont plus que de 14%. Les résultats du premier Global Stocktake, le bilan mondial de l’action des pays depuis l’Accord de Paris, seront publiés à la COP et devraient confirmer l’urgence d’infléchir les trajectoires d’émissions de gaz à effet de serre.

  • 29/11/2023 Billet d'analyse
    Finance climat : multiplier les chiffres ne suffit pas à résoudre l’équation

    Une grande partie des discussions de la COP28 portera sur l’objectif de 100 milliards de dollars par an décidé à Copenhague pour soutenir les investissements climatiques dans les pays du Sud, et sur le nouvel objectif de financement du climat destiné à le remplacer. Cependant, tout en gardant les yeux rivés sur les volumes mis sur la table, nous devons également nous pencher davantage sur l’impact de chaque dollar dépensé. Il est essentiel d’identifier et d’exploiter la valeur ajoutée de chaque acteur économique afin d’éviter les chevauchements et de maximiser les synergies. Trois types d’acteurs ont un rôle central à jouer dans le changement de paradigme : les gouvernements, les institutions financières publiques et les institutions financières privées.

  • 08/09/2023
    Financement du développement : des paroles aux actes

    La définition d’un nouveau « Pacte financier mondial », pour reprendre les termes pour le moins ambitieux d’Emmanuel Macron,  laisse peu de temps au repos. Nombreux sont les évènements internationaux qui se donnent pour objectif de repenser la manière dont les pays du Sud peuvent financer leur transition, avec le soutien des pays du Nord. La séquence d’événements qui a commencé cette semaine avec le sommet Finance in Common, le sommet africain sur le climat et le G20, et qui va se poursuivre avec les assemblées annuelles de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international, sera déterminante. Elle révèlera si les multiples résolutions exposées au cours du premier semestre 2023 pour réformer le financement du développement étaient des vœux pieux, ou les premières briques d’une nouvelle architecture financière internationale. 

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer