Négociations internationales – COP 19 : ne sous-estimons pas la percée du MRV

21 décembre 2013 - Point Climat - Par : Marion DUPONT

Par Marion Dupont, Romain Morel, Valentin Bellassen et Mariana Deheza

Pour ceux qui attendent des cibles de réduction d’émission contraignantes dans le futur accord international prévu pour Paris en 2015, la conférence de Varsovie (11 – 23 novembre 2013) a accompli autant de progrès qu’elle le pouvait. Ce qui signifie peu de choses au-delà d’un calendrier. Cependant, pour ceux qui considèrent la CCNUCC comme le garant d’outils communs de mesure, reporting et vérification (MRV) des émissions, des actions et des financements, Varsovie représente une percée majeure.

Pour la première fois, les pays en développement – du moins ceux souhaitant accéder aux financements climatiques pour la forêt – devront respecter des procédures de MRV proches de celles des inventaires de gaz à effet de serre des pays développés. La forêt peut être considérée comme le premier NAMA sectoriel et il serait difficile d’ignorer les décisions de Varsovie pour la future définition des procédures de MRV des NAMA.

Malgré la mise en place du mécanisme international de Varsovie sur les pertes et dommages, les faibles avancées des autres sujets montrent qu’un accord à la COP 21 nécessitera des avancées politiques notables au cours des quinze prochains mois.

Négociations internationales – COP 19 : ne sous-estimons pas la percée du MRV Télécharger
Pour aller plus loin
  • 13/01/2023
    Agenda climat 2023 : il n’y a jamais eu de meilleur moment pour agir

    2022 a été une année mouvementée sur le plan du climat. L’année a vu l’émergence d’un nouveau concept, celui de la polycrise : guerre en Ukraine, suites du Covid, retour de l’inflation, crise du gaz, pénuries agricoles, sécheresses persistantes et autres événements climatiques.  Toutes ces crises ont pointé in fine notre dépendance directe et indirecte aux énergies fossiles ; nos fragilités face à un climat qui change ; et la vulnérabilité de nos économies et des classes moyennes et modestes.

  • 02/12/2022
    La certification carbone européenne doit être exigeante… et attractive

    Comment différentier les projets qui permettent vraiment de stocker du carbone, des projets qui prétendent seulement le faire ? Question compliquée quand on s’intéresse à des projets dans l’agriculture et la forêt, pour lesquels la quantification du carbone stocké est complexe et se heurte au risque de non-permanence, et pour lesquels il faut aussi prendre en compte les autres défis environnementaux à commencer par la préservation de la biodiversité. Une question compliquée donc, mais une question qui nécessite une réponse ! Des acteurs privés et des pouvoirs publics veulent s’assurer que les projets agricoles et forestiers qu’ils financent au nom du climat ont un réel bénéfice environnemental.

  • 01/12/2022 Billet d'analyse
    Certification carbone : la Commission propose un cadre exigeant qui devra aussi être incitatif

    On y voit désormais plus clair sur le futur cadre de certification carbone européen, grâce à la proposition que la Commission vient de rendre publique. Cette proposition donne un cadre, de grands principes directeurs, et les détails seront précisés dès 2023 avec l’appui d’un groupe d’experts. Si le diable se cache dans les détails, le cadrage n’en est pas moins important. Claudine Foucherot d’[i4ce] l’a analysé et identifié quatre points sur lesquels il faudra être vigilant. De manière générale, on peut dire que la Commission fait une proposition ambitieuse qui présente cependant un risque : ne pas être suffisamment incitative pour permettre un déploiement massif des projets. 

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer