Comment les acteurs financiers devraient-ils piloter à terme les enjeux climatiques de leurs portefeuilles ?

4 mai 2017 - Point Climat - Par : Morgane NICOL / Dr. Ian COCHRAN

Gérer leurs risques de transition et analyser les opportunités liées à la transition bas-carbone permettrait aux acteurs financiers de s’assurer de la performance future de leurs portefeuilles dans une économie bascarbone. Pour cela, ils devront à terme intégrer à leurs processus de gestion des risques, ainsi que de décision d’investissement et de financement, une analyse prospective d’alignement de leurs portefeuilles sur une trajectoire 2°C. Cette analyse devrait se baser sur des scénarios représentant différentes trajectoires de décarbonisation de l’économie déclinés en variables quantitatives d’impact financier des risques et opportunités de la transition bas-carbone. Ces variables climatiques devraient être intégrées dans les modèles financiers utilisés pour l’analyse fondamentale des contreparties, pour la valorisation des actifs financiers et pour la gestion des risques.

Cependant certaines contraintes limitent la possibilité pour les acteurs financiers de réaliser cette analyse dès aujourd’hui pour l’ensemble de leurs encours d’investissement et de financement :

  • le manque d’informations prospectives disponibles sur les entreprises et autres contreparties ;
  • certaines caractéristiques actuelles des modèles financiers ;
  • le manque de déclinaison des scénarios climatiques en variables d’impact financier ;
  • les systèmes d’information des acteurs financiers qui doivent être adaptés ;
  • le manque de formation de leur personnel sur les enjeux climatiques.

Néanmoins les acteurs financiers peuvent dès aujourd’hui commencer à déployer progressivement un certain nombre d’actions préliminaires :

  • inciter leurs contreparties à délivrer des informations prospectives sur leur propre alignement sur une trajectoire 2°C, par exemple en suivant les recommandations de la TCFD ;
  • arrêter une position interne sur les scénarios sur lesquels baser les analyses, en particulier les scénarios 2°C, et réfléchir aux objectifs à fixer pour chaque métier ;
  • adapter les systèmes d’information afin de pouvoir collecter, stocker et agréger de nouveaux indicateurs et informations sur les enjeux climatiques des contreparties ;
  • adapter les modèles financiers utilisés ;
  • former l’ensemble des salariés aux impacts des enjeux climatiques pour le secteur financier ;
  • collecter et analyser les indicateurs climatiques déjà disponibles, comme détaillé dans le Point Climat n°46 ;
  • mettre en place une gouvernance incitant à la prise en compte des enjeux climatiques par chaque métier.

Mettre en place dès aujourd’hui ces actions préliminaires permettra aux institutions financières de commencer à s’approprier les enjeux de transition bas-carbone et de sensibiliser l’ensemble de leurs salariés à l’importance des risques et opportunités climatiques pour leurs activités. Cela leur permettra également d’être prêts à intégrer des variables climatiques dans leurs analyses dès que ces variables seront disponibles, et ainsi de pouvoir répondre aux exigences croissantes des régulateurs et parties-prenantes.

 

Comment les acteurs financiers devraient-ils piloter à terme les enjeux climatiques de leurs portefeuilles ? pdf
Contacts I4CE
Morgane NICOL
Morgane NICOL
Directrice du Programme Territoires Email
Dr. Ian COCHRAN
Dr. Ian COCHRAN
Conseiller Senior - Investissements Climat & Finance Email
Pour aller plus loin
  • 21/04/2022
    Intégrer une obligation de plan de transition bancaire au sein du Pilier 2

    Les plans de transition visent à établir une stratégie progressive de décarbonation à l’horizon 2050, en lien avec les objectifs de l’Union Européenne. La Banque Centrale Européenne, par la voix de Frank Elderson, ainsi que plusieurs ONG appellent à rendre les plans de transition obligatoires pour les banques et à les intégrer au sein de la réglementation prudentielle.

  • 12/03/2019
    Risque climatique physique : les besoins des investisseurs

    Le 14 Janvier 2019, le géant énergéticien PG&E se déclare en faillite suite aux feux de forêt californiens. C’est à ce jour le cas le plus frappant des impacts climatiques sur les entreprises et leurs parties prenantes financières, matérialisant ce qu’on appelle aussi le « risque climatique physique ». Alors que la gestion du risque est l’empreinte […]

  • 21/06/2018 Billet d'analyse
    Transition énergétique et mise en oeuvre de l’Accord de Paris en Tunisie : Quel est le rôle du secteur financier?

    Dans le cadre de l’initiative «Partnership for Market Readiness» (PMR), financée par la Banque Mondiale (BM), le Programme des Nations unies pour le Développement et l’Agence Nationale pour la Maîtrise de l’Energie (ANME) en collaboration avec l’Association Professionnelle Tunisienne des Banques et des Etablissements Financiers (APTBEF) et l’Institute for Climate Economics (I4CE), ont organisé lundi 18 juin 2018 à Tunis, un déjeuner débat sur le rôle du secteur financier dans la transition énergétique et la mise en œuvre de l’accord de Paris en Tunisie.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer