Potentiel et déterminants de la demande volontaire en crédits carbone en France

25 janvier 2017 - Etude Climat - Par : Clothilde TRONQUET / Claudine FOUCHEROT

Le projet VOCAL est cofinancé par l’Union européenne. L’Europe s’engage dans le Massif central avec le fonds européen de développement régional.

Dans le cadre du projet de référentiel de certification national VOCAL, la demande en crédits carbone sur le marché de la compensation carbone volontaire en France a été quantifiée et caractérisée au travers d’un questionnaire en ligne et des entretiens réalisés au 1er semestre 2016.

Sur la base de notre sondage, près de 2 MTéqCO2 ont été achetées en France en 2015 dans le cadre de la compensation carbone volontaire, à un prix moyen de 4,2€/TéqCO2. Ce prix masque une fourchette de prix très large, et de grandes disparités entre acheteurs : avec d’une part, quelques acheteurs de gros volumes, bénéficiant de prix bas et d’autre part, une majorité d’acheteurs de volumes moindre, achetant à des prix plus élevés.

Les financements de projets dans le cadre de la compensation carbone ou de démarches assimilées se caractérisent principalement par :

  • L’insertion dans une stratégie développement durable avancée.La compensation carbone permet aux organisations (principalement des entreprises) d’atteindre des objectifs de développement durable, et par là-même d’afficher un haut niveau de leadership sur les questions environnementales, mais aussi parfois de gérer des risques liés à leurs activités ou territoire et de garantir leur développement.
  • L’absence de norme de référence. Il en résulte une grande diversité de démarches de compensation carbone ou assimilées : achat de crédits carbone « classique » ; insetting; démarches assimilées sans transactions de crédits ; etc.
  • Des exigences multiples et paradoxales sur la certification et les co-bénéfices: les acheteurs souhaitent soutenir des projets bénéficiant d’une certification robuste et reconnue, pertinents pour leurs organisations, générant des co-bénéfices et développés localement. Cependant, ils ne sont pas prêts à payer plus cher pour ces éléments, ou alors dans la limite de quelques euros par tonne.
  • L’attrait des projets forestiers et agricoles -après les projets liés à l’énergie – pour leur fort ancrage local et les co-bénéfices spécifiques qui peuvent y être associés.

 

 

 

Potentiel et déterminants de la demande volontaire en crédits carbone en France pdf
Voir les annexes
  • Questionnaire – étude ‘Potentiel et déterminants de la demande volontaire en crédits carbone en France’ Télécharger
Contacts I4CE
Clothilde TRONQUET
Clothilde TRONQUET
Cheffe de projet – Programme Agriculture et Forêt Email
Claudine FOUCHEROT
Claudine FOUCHEROT
Directrice du programme Agriculture et forêt Email
Pour aller plus loin
  • 18/08/2017
    Rapport STATE OF EUROPEAN MARKETS 2017 – Voluntary Carbon

    I4CE a contribué à la rédaction du rapport STATE OF EUROPEAN MARKETS 2017 – Voluntary Carbon, produit par Ecosystem Marketplace, (initiative de Forest Trends), et Ecostar . Julia Grimault, Chef de Projet Forêt, Agriculture et Climat chez I4CE a pris en charge le focus sur la France.   Téléchargez le rapport sur le site de Forest Trends, et sur le […]

  • 28/09/2011
    La compensation carbone volontaire des collectivités : pratiques et leçons

    Par Amadou KEBE, Valentin BELLASSEN et Alexia LESEUR Les collectivités territoriales (régions, départements, agglomérations et villes) sont de plus en plus sollicitées pour définir et mettre en oeuvre des politiques de lutte contre le changement climatique. La tâche n’est pas simple car la plupart des émissions de gaz à effet de serre (GES) de leur […]

  • 29/11/2018 Billet d'analyse
    Label bas carbone : un nouvel outil au service des acteurs des territoires qui innovent pour le climat

    Jeudi 29 novembre, à l’occasion de la conférence organisée par I4CE et le collectif transpartisan de députés « Accélérons la transition écologique et solidaire », la secrétaire d’état à la transition écologique et solidaire Brune Poirson a annoncé la sortie officielle du label bas carbone. Grâce à ce label, les acteurs des territoires qui innovent pour le climat, et en particulier les acteurs de l’agriculture et de la forêt, pourront quantifier et certifier leurs réductions d’émissions de gaz à effet de serre et les valoriser économiquement.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer