Conformité des Parties au Protocole de Kyoto pendant la première période (2008-2012)

1 juin 2016 - Hors série

Cet article, publié dans Climate Policy, analyse les résultats définitits de la première période du protocole de Kyoto (2008–2012)

This article provides an ex post analysis of the compliance of the Parties to the Kyoto Protocol during the first commitment period (2008–2012) based on the final data for national GHG emissions and exchanges in carbon units that became available at the end of 2015. On the domestic level, among the 36 countries that fully participated in the Kyoto Protocol, only nine countries emitted higher levels of GHGs than committed and therefore had to resort to flexibility mechanisms. On the international level – i.e. after the use of flexibility mechanisms – all Annex B Parties are in compliance. Countries implemented different compliance strategies: purchasing carbon units abroad, stimulating the domestic use of carbon credits by the private sector and incentivizing domestic emission reductions through climate policies.

Overall, the countries party to the Protocol surpassed their aggregate commitment by an average 2.4 GtCO2e yr–1. Of the possible explanations for this overachievement, ‘hot-air’ was estimated at 2.2 GtCO2e yr–1, while accounting rules for land use, land-use change and forestry (LULUCF) further removed 0.4 GtCO2e yr–1 from the net result excluding LULUCF. The hypothetical participation of the US and Canada would have reduced this overachievement by a net 1 GtCO2e yr–1. None of these factors – some of which may be deemed illegitimate – would therefore on its own have led to global non-compliance, even without use of the 0.3 GtCO2e of annual emissions reductions generated by the Clean Development Mechanism. The impact of domestic policies and ‘carbon leakage’ – neither of which is quantitatively assessed here – should not be neglected either.

Read the full article by clicking here

Conformité des Parties au Protocole de Kyoto pendant la première période (2008-2012) Télécharger
Pour aller plus loin
  • 17/05/2024
    Revenus carbone : leur rôle dans le financement de la transition climatique

    Le mois dernier, le secrétaire de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), Simon Stiell, a souligné l’importance de cette année et de l’année prochaine pour l’Accord de Paris et a appelé à « un bond en avant dans le financement climatique » avant les Réunions de printemps de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international. En effet, les émissions devant atteindre leur maximum avant 2025, notre fenêtre d’opportunité pour maintenir l’augmentation de la température à +1,5°C se referme rapidement. Il est urgent d’accroître et d’améliorer les financements pour la transition. Les politiques de tarification du carbone et leurs recettes font partie des outils disponibles qui peuvent contribuer à combler le déficit de financement de la lutte contre le changement climatique.

  • 15/05/2024
    Maximiser les avantages de la tarification du carbone par l’utilisation des revenus carbone

    Les politiques de tarification du carbone et leurs revenus font partie des outils disponibles qui peuvent aider à combler le déficit de financement climatique. Avec des recettes provenant des taxes sur le carbone et des systèmes d’échange de quotas d’émission (ETS) qui ont triplé depuis l’Accord de Paris, et une tendance à la hausse qui pourrait se poursuivre à moyen terme, « comment utiliser les recettes du carbone » est devenu une question cruciale. Ce rapport, préparé dans le cadre du projet European Union Climate Dialogues (EUCDs) financé par l’Union européenne (UE), vise à informer les décideurs politiques et les praticiens sur les leçons apprises et les voies à suivre concernant l’utilisation des revenus du carbone, avec une approche globale basée sur un examen des expériences internationales.  

  • 09/02/2024
    Money, money, money : Stratégies de financement de la transition climatique

    La France devrait publier en milieu d’année sa première stratégie pluriannuelle de financement annuel de la transition écologique. Que de chemin parcouru depuis la première Stratégie nationale bas-carbone en 2015 qui n’abordait que très peu les aspects de financement ! Et c’est une bonne nouvelle. À I4CE, nous pensons que de tels plans sont essentiels pour soutenir la transition climatique. Des objectifs de dépenses publiques crédibles et pluriannuels permettent d’embarquer le secteur privé et les financeurs de l’action publique (détenteurs de la dette, bailleurs internationaux, contribuables) dans la transition, et de réorienter les flux financiers comme l’exige l’Accord de Paris. Les plans de financement globaux évitent également les approches simplistes fondées exclusivement sur l’évaluation de projets au cas par cas sur la base d’approches coûts-bénéfices utiles mais limitées, qui peuvent in fine entraîner des coûts supplémentaires importants.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer