Utilisation de lignes de crédit vertes pour améliorer l’accès au financement des projets d’investissement verts

19 septembre 2017 - Etude Climat - Par : Dr. Ian COCHRAN / Till Bajohr

Les lignes de crédit vertes (GCL) mises en place par les institutions financières publiques (PFI) sont un outil d’intermédiation financière à double objectif.

  • Premièrement, ils visent à favoriser les prêts accordés à des projets verts.
  • Deuxièmement, ils visent à renforcer les capacités des institutions financières locales pour développer le marché local des prêts verts après la fermeture de la ligne de crédit.

Ces lignes de crédit peuvent inclure des conditions avantageuses, tel que des financements concessionnels, une maturité plus longue et des délais avant le début du remboursement plus longs. Ils peuvent également inclure une assistance technique visant à renforcer la capacité des institutions financières locales à accorder des prêts à des projets d’investissement verts et / ou à renforcer les capacités des promoteurs de projets à structurer les propositions d’investissement.

Cette étude vise à identifier les opportunités et les défis liés au déploiement de lignes de crédit pour soutenir la transition bas carbone dans les pays en développement. La première partie de ce rapport résume les obstacles qui empêchent la croissance des prêts verts dans les pays en développement. Puis, diverses caractéristiques et types de GCL sont décrits et leurs utilisations actuelles par les grandes PFI sont présentées. Enfin, les avantages conceptuels des GCL et leur potentiel pour faire face aux obstacles aux prêts verts sont explorés. La dernière section du rapport examine les limites et les défis liés au déploiement de GCL par les PFI et présente des questions pour des recherches futures.

Ce rapport démontre que les GCL, et plus généralement les instruments d’intermédiation financière, peuvent être utiles pour dépasser certaines barrières aux prêts verts. Néanmoins, les barrières liées à l’environnement général de l’investissement nécessitent des interventions politiques plus larges et ne peuvent généralement pas être traitées uniquement par les instruments d’intermédiation financière. Les GCL ne sont donc pas une « solution miracle », mais plutôt un élément au sein d’un ensemble plus large adapté à chaque marché qui peut inclure des outils tels que des systèmes de garantie et des mécanismes d’assurance. En outre, des défis demeurent quant à la contribution à long terme de cet instrument aux pratiques durables de prêts verts après la clôture d’un GCL, l’efficacité de l’utilisation des fonds et l’évaluation de sa performance environnementale.

Une version courte de ce rapport est disponible également en espagnol ici

 

Utilisation de lignes de crédit vertes pour améliorer l’accès au financement des projets d’investissement verts pdf
Contacts I4CE
Dr. Ian COCHRAN
Dr. Ian COCHRAN
Conseiller Senior - Investissements Climat & Finance Email
Pour aller plus loin
  • 26/11/2018
    Edition 2018 du Panorama des financements climat

    L’édition 2018 du Panorama des financements climat d’I4CE dresse l’état des lieux des investissements entrepris par les pouvoirs publics, les ménages et les entreprises en faveur du climat. Si les investissements pour le climat dépassent désormais les 40 milliards d’euros, répartis équitablement entre les ménages, les entreprises et les pouvoirs publics, les besoins en la […]

  • 21/01/2021 Billet d'analyse
    Baisses des impôts de production : un soutien aux entreprises carbonées ?

    15 milliards par an : les baisses d’impôts sur les entreprises décidées en 2021, et en particulier les impôts de production, ont représenté une part significative de l’effort économique de l’Etat face à la crise. Ces mesures ont suscité une vive controverse sur la nécessité de conditionnalités ou de contreparties environnementales.

  • 06/06/2019 Billet d'analyse
    Loi d’orientation sur les mobilités : son financement doit être crédible et pérenne

    Les députés examinent en ce moment la loi d’orientation sur les mobilités (LOM). Cette loi « boite à outils » comprend de nombreuses mesures pour réduire l’impact des déplacements des français sur le climat. Pour cela, la loi cherche à rendre accessible les transports en commun, les véhicules électriques ou encore à développer la pratique du vélo. Ces nouveaux modes ont un point commun : leur déploiement à grande échelle n’est possible que si d’importants investissements sont engagés. Qui participe aujourd’hui à leur financement ? Quels sont les besoins identifiés ? Hadrien Hainaut, chef de projet chez I4CE, fait le point grâce aux données de l’édition 2018 du Panorama des financements climat.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer