warning icon
YOUR BROWSER IS OUT OF DATE!

This website uses the latest web technologies so it requires an up-to-date, fast browser!
Please try Firefox or Chrome!

I4CE vient de publier un « cadre pour l’Alignement avec l’Accord de Paris », Ian Cochran revient ici sur ce que « Alignement » signifie.

« S’aligner avec l’Accord de Paris » : stopper les activités préjudiciables et soutenir la transformation

Depuis la signature de l’Accord de Paris, de plus en plus d’institutions financières et d’acteurs économiques s’engagent à « s’aligner avec ses objectifs ». Toutefois, il n’y a actuellement pas de compréhension commune de ce qu’est « l’alignement » avec l’Accord de Paris. Dans notre rapport, I4CE analyse l’Accord de Paris pour proposer un cadre permettant de définir ce concept et processus. Les conclusions soulignent qu’un engagement à « s’aligner » est un engagement à soutenir l’atteinte des trois objectifs de l’Accord de Paris sur l’atténuation, l’adaptation et la finance. Pour ce faire, les acteurs doivent réduire et arrêter toutes les activités qui sont ou pourraient être préjudiciables à l’atteinte de ces objectifs et, chaque fois que cela est possible, contribuer activement aux changements progressifs et transformationnels nécessaires pour un développement à faibles émissions de GES et résilient au changement climatique. S’il est vrai que les mesures de lutte contre les changements climatiques doivent être prises à l’échelle mondiale, les acteurs doivent s’efforcer de tenir compte du contexte et des trajectoires futures des économies et sociétés nationales.

Plus concrètement, en quoi cela diffère-t-il de ce que font déjà les institutions financières et d’autres acteurs dans le domaine du changement climatique ?

Les gouvernements, les institutions financières et les acteurs économiques ont pour beaucoup commencé à intégrer le changement climatique dans leurs stratégies et leurs opérations. « S’aligner » est un processus qui implique de s’appuyer sur les approches – mais nécessite de prendre en compte trois « dimensions » supplémentaires :

  • Premièrement, les acteurs doivent examiner l’ensemble de leurs activités et considérer leur impact sur les systèmes et les chaînes de valeur.
  • Deuxièmement, les acteurs doivent évaluer les effets à court terme de leurs activités pour l’action climatique (émissions, résilience), mais aussi s’assurer qu’ils contribuent à bâtir une société et une économie décarbonisée et résiliente à long-terme.
  • Troisièmement, les acteurs doivent s’efforcer de contribuer activement à la réalisation des objectifs climatiques en veillant à ce que toutes leurs activités 1) ne soient pas préjudiciables ; 2) soutiennent des co-bénéfices climatiques qui soient compatibles avec Paris ; et 3) favorisent autant que possible un impact transformationnel pour les économies et sociétés.

Quels acteurs vont « s’aligner avec Paris » et pourquoi ?

Tous les acteurs économiques – qu’ils recherchent des impacts sur le développement durable ou aient une orientation commerciale – ont intérêt à aligner leurs activités avec les objectifs à long terme de l’Accord de Paris :

  1. Nombre d’entre eux seront appelés à contribuer directement à la réalisation des objectifs climatiques à long terme par leurs actionnaires et autres parties prenantes ;
  2. Tous devront gérer les risques et les opportunités associés à la transformation nécessaire de l’économie et de l’environnement financier ; et
  3. Tous devront tenir compte des changements climatiques physiques et y réagir.

Toutefois, la contribution directe de chaque acteur économique à la réalisation de ces objectifs de long terme dépendra de son mandat, de son rôle et de ses responsabilités. Tous ne seront pas en mesure d’évaluer et de prendre en considération le rendement non financier du capital investi. Dans tous les cas, ils devront néanmoins rapidement réduire leurs activités « préjudiciables » pour ne pas « faire obstacle » à l’atteinte des objectifs.

 

Plus d’information :




Contact


Dr. Ian COCHRAN

Conseiller senior Investissement

Ian Cochran est Conseiller senior investissement chez I4CE où il encadre les travaux de ce think tank sur les thèmes de l’investissement, du climat et de la Finance.

Depuis presque dix ans, Ian travaille dans le domaine du climat et de la politique environnementale. Son expertise se concentrant sur l’intégration du changement climatique dans la prise de décision et la gouvernance institutionnelle. Il soutient le travail de son équipe sur un large éventail de sujets liés à l’investissement, y compris le rôle des institutions financières publiques dans la transition au bas carbone; l’intégrité environnementale des produits financiers; la perception du risque climatique par les acteurs financiers; les flux financiers nationaux et internationaux liés au climat ; et l’alignement du financement du développement et les objectifs à long terme du changement climatique. Ian est titulaire d’un doctorat en sciences-économiques de l’Université Paris-Dauphine, d’un Master d’Affaires Publiques à  Sciences-Po Paris et d’un Bachelor (BA) d’études politiques de Syracuse University (Etats-Unis).

Avant de rejoindre I4CE, il a travaillé à l’Organisation pour la coopération économique et le développement (OCDE). En 2015, Ian a participé en tant que co-rapporteur à l’élaboration du rapport pour la Présidence Française sur la finance climat innovante « Mission Canfin-Grandjean). Ian enseigne également dans plusieurs masters à Sciences Po- Paris et l’Université Paris-Dauphine.

loading
×