Tribune I Le budget 2020 est-il vert ?

26 septembre 2019 - Tribune - Par : Benoît LEGUET

Suite à la publication du gouvernement d’un rapport sur le «budget vert», Benoît Leguet, directeur général d’I4CE et membre du Haut Conseil pour le climat réagit dans sa Tribune pour Les Échos.

 

 

Quelques jours après les Marches pour le climat et le discours du président de la République à l’ONU sur l’action contre le dérèglement climatique, le projet de budget 2020 de la France arrive à l’Assemblée nationale. La discussion budgétaire est l’occasion pour notre pays de traduire en actes concrets son ambition pour le climat. Pour cela, les parlementaires peuvent s’appuyer sur l’évaluation environnementale du budget que le gouvernement vient de rendre publique. Cette évaluation donne un aperçu de toutes les mesures ayant une influence sur les émissions de gaz à effet de serre de la France. Cet exercice de transparence est à ma connaissance une première mondiale qui doit être saluée.

 

Il apparaît que plus de 20 milliards d’euros de dépenses de l’Etat contribuent à réduire ses propres émissions ou à aider les ménages, les collectivités territoriales et les entreprises à réduire leurs émissions. La majorité de ces dépenses permettent de soutenir les mobilités durables, la rénovation énergétique des bâtiments, les énergies bas carbone ou la recherche. Cette somme de 20 milliards est loin d’être anodine, c’est par exemple plus de deux fois les recettes de la taxe carbone. Mais les besoins de financements publics vont continuer à croître avec l’essor, par exemple, des véhicules électriques, de rénovations énergétiques ambitieuses des logements ou des bâtiments publics, ou le déploiement des réseaux de chaleur. La France doit donc se préparer à mobiliser plusieurs milliards d’euros supplémentaires de dépenses publiques favorables au climat dans les années à venir.

 

Surtout, la France va devoir rapidement réduire ses dépenses défavorables au climat, qui sont aujourd’hui presque aussi élevées que les efforts faits en faveur du climat, pour les ramener à un niveau proche de zéro. Il existe ainsi une quinzaine de milliards d’euros de  dépenses dites « fiscales » relatives aux énergies fossiles  : des exonérations totales ou partielles dont bénéficient les avions, les poids lourds, le secteur du BTP ou encore les agriculteurs. Ne serait-ce que pour répondre au sentiment d’injustice sur la taxation de l’énergie en France, ces niches vont devoir être réformées. L’idée n’est pas nécessairement d’arrêter d’aider ces secteurs, ni de faire des économies sur leur dos : certains sont vulnérables économiquement et il faudra continuer à les aider. Mais il faut les aider autrement qu’en les exonérant de taxes sur les énergies fossiles, élaborer avec eux des soutiens alternatifs.

 

L’Etat met chaque année près d’un milliard dans des dépenses de fonctionnement qui augmentent les émissions de gaz à effet de serre.

 

Lire la suite

Contacts I4CE
Benoît LEGUET
Benoît LEGUET
Directeur général Email
Pour aller plus loin
  • 18/12/2019 Tribune
    Tribune I Retour sur l’expérimentation du « budget vert » en France

    Le 25 septembre dernier, le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin a promis un « budget vert » pour 2021. Cette démarche consiste à évaluer les dépenses et les recettes de l’État français en fonction de ses objectifs environnementaux pour l’aider à mettre en œuvre une stratégie de lutte contre le changement climatique cohérente.

  • 27/05/2015
    Mexique : une étude de cas de tarification du carbone

    Le Mexique a fait des progrès remarquables dans le développement d’une stratégie de changement climatique efficace au cours des dernières années. Depuis l’adoption de la loi générale sur les changements climatiques en 2012, la première loi sur le climat à être mis en œuvre dans un pays en développement, le Mexique est devenu le premier […]

  • 07/04/2016
    l’Accord de Paris: favoriser des politiques de tarification du carbone, nationales et transnationales

    Depuis quelques années, les politiques de tarification du carbone s’imposent comme un outil économique efficace pour faciliter la transition vers une économie bas carbone : elles créent une incitation économique à réduire les émissions de CO2 et envoient un signal économique et politique clair en faveur des stratégies bas-carbone. Avec l’adoption de l’Accord de Paris […]

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer