Publications Financement public

Tribune I Le budget 2020 est-il vert ?

26 septembre 2019 - Tribune - Par : Benoît LEGUET

Suite à la publication du gouvernement d’un rapport sur le «budget vert», Benoît Leguet, directeur général d’I4CE et membre du Haut Conseil pour le climat réagit dans sa Tribune pour Les Échos.

 

Quelques jours après les Marches pour le climat et le discours du président de la République à l’ONU sur l’action contre le dérèglement climatique, le projet de budget 2020 de la France arrive à l’Assemblée nationale. La discussion budgétaire est l’occasion pour notre pays de traduire en actes concrets son ambition pour le climat. Pour cela, les parlementaires peuvent s’appuyer sur l’évaluation environnementale du budget que le gouvernement vient de rendre publique. Cette évaluation donne un aperçu de toutes les mesures ayant une influence sur les émissions de gaz à effet de serre de la France. Cet exercice de transparence est à ma connaissance une première mondiale qui doit être saluée.

 

Il apparaît que plus de 20 milliards d’euros de dépenses de l’État contribuent à réduire ses propres émissions ou à aider les ménages, les collectivités territoriales et les entreprises à réduire leurs émissions. La majorité de ces dépenses permettent de soutenir les mobilités durables, la rénovation énergétique des bâtiments, les énergies bas carbone ou la recherche. Cette somme de 20 milliards est loin d’être anodine, c’est par exemple plus de deux fois les recettes de la taxe carbone. Mais les besoins de financements publics vont continuer à croître avec l’essor, par exemple, des véhicules électriques, de rénovations énergétiques ambitieuses des logements ou des bâtiments publics, ou le déploiement des réseaux de chaleur. La France doit donc se préparer à mobiliser plusieurs milliards d’euros supplémentaires de dépenses publiques favorables au climat dans les années à venir.

 

Surtout, la France va devoir rapidement réduire ses dépenses défavorables au climat, qui sont aujourd’hui presque aussi élevées que les efforts faits en faveur du climat, pour les ramener à un niveau proche de zéro. Il existe ainsi une quinzaine de milliards d’euros de  dépenses dites « fiscales » relatives aux énergies fossiles  : des exonérations totales ou partielles dont bénéficient les avions, les poids lourds, le secteur du BTP ou encore les agriculteurs. Ne serait-ce que pour répondre au sentiment d’injustice sur la taxation de l’énergie en France, ces niches vont devoir être réformées. L’idée n’est pas nécessairement d’arrêter d’aider ces secteurs, ni de faire des économies sur leur dos : certains sont vulnérables économiquement et il faudra continuer à les aider. Mais il faut les aider autrement qu’en les exonérant de taxes sur les énergies fossiles, élaborer avec eux des soutiens alternatifs.

 

L’État met chaque année près d’un milliard dans des dépenses de fonctionnement qui augmentent les émissions de gaz à effet de serre.

 

Lire la suite

Contacts I4CE
Benoît LEGUET
Benoît LEGUET
Directeur général Email
Pour aller plus loin
  • 21/06/2024
    En attendant le Plan national d’adaptation au changement climatique

    Les élections législatives anticipées ont balayé la dernière chance pour le gouvernement de présenter le projet de 3ème Plan National d’Adaptation au Changement Climatique (PNACC3) avant l’été. Les travaux avaient néanmoins bien avancé et, quelles que soient les suites, il y aura trois choses à retenir des progrès des derniers mois sur l’adaptation. La première, c’est l’idée maitresse du PNACC3 – celle qui pourrait structurellement changer la donne en matière d’adaptation et autour de laquelle toutes les dynamiques ont commencé à s’aligner : le partage d’une trajectoire de réchauffement de référence (TRACC). La prise en compte systématique du climat futur selon les hypothèses partagées de cette TRACC est une manière efficace pour enfin arrêter de regarder dans le rétroviseur et concrétiser un « réflexe adaptation » dans tous les investissements structurants. À ce stade, la TRACC n’est encore inscrite dans le marbre nulle part. Aller au bout de cette idée nécessitera un nouveau moment politique sur l’adaptation.

  • 20/06/2024
    Vagues de chaleur : ce que l’on peut dire des coûts de l’adaptation des bâtiments

    Face aux conséquences grandissantes des vagues de chaleur sur les activités économiques et les populations, l’adaptation du secteur du bâtiment apparait désormais comme un nouvel impératif. Si la question du « comment » a déjà fait l’objet de nombreux travaux, la question du « combien » reste pour le moment peu traitée. Pour avancer en ce sens, nous présentons dans ce rapport : un premier état des lieux de ce que l’on sait dire à date des coûts de l’adaptation aux vagues de chaleur pour le secteur du bâtiment ; la méthodologie que nous avons utilisée pour chiffrer les surcoûts de l’adaptation aux vagues de chaleur, construite à partir des éléments disponibles et de discussions avec des experts.

  • 23/05/2024 Billet d'analyse
    Financement local de la transition : le débat escamoté

    Il en va du financement de l’action climatique à l’échelle locale comme des travaux à entreprendre dans une copropriété composée de plus de 35 000 décideurs différents : le devis est de plus en plus précis mais, s’agissant d’une responsabilité partagée, personne ne veut prendre seul la facture à sa charge. Le contexte budgétaire national de ce début d’année, dominé par la réduction des déficits publics, est propice à remettre une nouvelle fois à plus tard l’indispensable réunion de syndic sans laquelle jamais les travaux ne s’engageront à la hauteur des besoins. Or, plus le temps passe, et plus les coûts risquent de grimper : quelques pistes pour faire progresser le sujet en 2024 malgré tout.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer