Pourra-t-on faire rouler les trains à la prochaine canicule ?

22 juillet 2022 - Tribune - Par : Dr. Vivian DEPOUES

Les perturbations dans les transports lors des vagues de chaleur interrogent : la situation s’aggravera-t-elle si ces épisodes se multiplient ? Pour l’éviter, il faut investir dans un équipement public certifié «adapté au changement climatique».

 

Alerte canicule, perturbation possible sur votre train. Prévoyez de l’eau en cas de besoin.» Pour certains usagers, ce SMS de la SNCF n’aura été qu’un avertissement sans conséquence. D’autres, utilisateurs, comme ceux du Thalys Paris-Amsterdam mercredi dernier, du métro (la RATP ayant décidé de ralentissements préventifs au plus fort de la canicule), de bus ou même de téléphériques urbains à Toulouse ou à Brest au mois de juin ont ressenti beaucoup plus concrètement la sensibilité des systèmes de transport aux fortes chaleurs au cours des dernières semaines. Trajets suffocants, trafic perturbé, circulations annulées ont été le lot de très nombreux voyageurs. Au-delà de l’inconfort de chacun, ces événements ont aussi des conséquences importantes sur le fonctionnement de l’économie.

 

 

Prioriser les investissements

Pendant longtemps, les conditions climatiques n’étaient pas vraiment une question quand on parlait de transports : les lignes à grande vitesse, les rames de TER ou les voies de tramway pouvaient être conçues pour un climat donné, quel qu’il soit, et on oubliait le sujet. Quelques crises pouvaient survenir, mais elles étaient exceptionnelles et on passait vite à autre chose. Dans un contexte de changement climatique, c’est-à-dire dans un monde dans lequel l’exceptionnel d’hier devient la norme, l’expérience passée devient obsolète, et la variabilité des conditions plus grande, les choses sont beaucoup moins simples. Alors, que faire ?

 

Il faut d’abord prendre conscience que des transports «adaptés» sont avant tout des transports en bon état. Rattraper les retards de maintenance devient encore plus critique alors que les infrastructures existantes sont plus régulièrement mises à l’épreuve des éléments. Cela nécessite d’abord de bien connaître les vulnérabilités et probablement de prioriser les investissements, quitte à renoncer à certains nouveaux développements pour se concentrer sur la modernisation de l’existant. Certains acteurs, comme la région Sud, ont initié des démarches pour établir leur stratégie en la matière mais le chemin à parcourir reste long.
Doter les gestionnaires d’infrastructures et leurs autorités régulatrices des moyens de connaître leurs vulnérabilités et de piloter l’adaptation, comme c’est déjà le cas au Royaume-Uni, ne coûtera pas des milliards : nous estimons qu’ils auront besoin de l’ordre de 15 millions d’euros par an.

 

 

Faire des choix fonctionnels

Des milliards, par contre, c’est ce que l’on investit déjà dans les infrastructures de transport, sans savoir si elles seront adaptées : 13 milliards par an aujourd’hui et probablement plus à l’avenir (le Conseil d’orientation des infrastructures estime le besoin à 22 milliards d’euros par an)…

 

 

Lire l’article sur Libération

Contacts I4CE
Dr. Vivian DEPOUES
Dr. Vivian DEPOUES
Chercheur senior – Adaptation au changement climatique Email
Pour aller plus loin
  • 19/01/2024
    2024  : un nouvel élan pour l’adaptation ?

    « 2024, année de l’adaptation » au changement climatique ? C’est en tous cas les mots d’Antoine Pellion, Secrétaire général à la planification écologique. C’est également, fait marquant car grande première, l’intention affichée par le Président de la République lors de son intervention du 16 janvier : « La France sera mieux armée face aux aléas du changement climatique. […] Ceci avec un plan d’adaptation et de résilience de nos territoires bâti avec nos maires, nos élus locaux en métropole comme dans nos Outre-mer. » Le gouvernement réussira-t-il en 2024 à engager le tournant dans la politique d’adaptation au changement climatique qu’il appelle de ses vœux ? Pour vous aider à y voir plus clair, cette newsletter vous apporte des éclairages sur les principaux enjeux à suivre dans les prochaines semaines.

  • 18/01/2024 Billet d'analyse
    PNACC 3 : l’année 2024 marquera-t-elle le lancement d’une véritable politique d’adaptation au changement climatique ?

    Le projet de nouveau plan national d’adaptation va sortir dans les prochains jours avec pour la première fois un portage politique de haut-niveau. Différentes conditions doivent néanmoins être assurées pour que ce Plan soit réellement opérant et permette (enfin) de lancer une véritable politique d’adaptation : il doit être assorti de moyens publics, en particulier d’une création d’un nombre suffisant de postes ; reposer sur une trajectoire de réchauffement lucide et opposable ; et inscrire d’ores et déjà des jalons pour la mise en œuvre.

  • 18/01/2024
    Une prochaine étape clé, pour un service public de l’adaptation

    Après plus d’un an de travail préparatoire autour de la Trajectoire de Référence pour l’Adaptation au Changement Climatique (TRACC) proposée par le ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, l’année 2024 est celle de la discussion autour du projet de 3e Plan national d’adaptation au changement climatique (PNACC3). L’adoption puis la mise en œuvre de ce plan va conduire de très nombreux acteurs publics et privés à lancer ou mettre à jour leurs démarches d’adaptation : ils vont avoir besoin d’être accompagnés dans les premières étapes de ces démarches. Cette étude présente en détails ces besoins d’accompagnement et analyse différentes options de réponse notamment à partir de dispositifs existants dans d’autres pays.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer