warning icon
YOUR BROWSER IS OUT OF DATE!

This website uses the latest web technologies so it requires an up-to-date, fast browser!
Please try Firefox or Chrome!

Le CESE rend un avis sur la mise en œuvre de la transition énergétique

Les deux rapporteurs du Conseil économique, social et environnemental (CESE), Guillaume Duval et Madeleine Charru, ont présenté l’avis du Conseil sur la mise en œuvre de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV).

Le CESE regrette que le pilotage du Conseil national de la transition écologique (CNTE) n’ait pas permis de suivre la mise en œuvre de la Stratégie nationale bas-carbone (SNBC) et de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE).
Il pointe les moyens insuffisants des territoires pour établir leurs documents de référence, comme les Schémas régionaux d’aménagement et de développement durable et d’égalité des territoires (SRADDET) et les bilans d’émission de gaz à effet de serre (BEGES). Pour mener à bien les chantiers prioritaires de la rénovation du bâti et du déploiement des énergies renouvelables, le CESE préconise en particulier l’installation d’un Service public de la performance énergétique de l’habitat (SPPEH).

L’avis du CESE se base sur le Panorama des financements climat d’I4CE

Le CESE se base sur les résultats du Panorama des financements climat pour constater que les moyens associés à la transition énergétique sont insuffisants : « les investissements déployés pour mettre en œuvre la SNBC et la PPE restent très en deçà des besoins. 32,1 milliards d’euros ont en effet été investis en 2016, alors que pour atteindre les objectifs définis par la PPE et la SNBC, entre dix et trente milliards d’euros supplémentaires auraient été nécessaires. Le niveau d’investissement global requis devra de plus augmenter encore à partir de 2020. »

Le CESE estime que les financements publics doivent augmenter de dix milliards d’euros pour atteindre les objectifs en matière de climat

Le CESE observe que « pour générer trente milliards d’investissements utiles à la transition énergétique en 2016, il a fallu que la puissance publique et les institutions financières qui en dépendent apportent un tiers de cette somme ».
Par conséquent, il considère que pour doubler le volume de ces investissements comme il conviendrait de le faire, « il faudrait que la puissance publique apporte de l’ordre de dix milliards d’euros supplémentaires par an ».

Lire l’avis complet du CESE et la citation du Panorama p.34

Voir le résumé de l’avis en vidéo.

En savoir plus sur le Panorama des financements climat et les résultats de l’édition 2017.




Contact


Hadrien HAINAUT

Chef de projet - Finance, investissement et climat

Hadrien a rejoint l’équipe d’I4CE en avril 2015 en charge de la nouvelle édition du Panorama des financements climat. Sa mission consiste à documenter et analyser l’investissement climat en France, pour mieux comprendre les outils et acteurs du financement de la transition bas-carbone.

Avant de rejoindre I4CE, Hadrien a acquis une expertise transversale sur les politiques énergie-climat en tant que consultant chez Futur Facteur 4 (Pierre Radanne) et I Care Environnement. Il développe notamment des outils de modélisation de la transition énergétique et des méthodes d’évaluation des politiques publiques sectorielles (bâtiment, R&D), qu’il met en application au cœur du débat public.

Hadrien est titulaire du master Environnement, développement durable et gestion des risques (EDDR) de l’Ecole des Affaires Internationales de Sciences-Po Paris.

loading
×