Publications

Panorama des financements climat, édition 2017

6 décembre 2017 - Hors série - Par : Hadrien HAINAUT / Dr. Ian COCHRAN

Pour mieux comprendre le financement de la lutte contre le changement climatique et la transition énergétique, l’étude a recensé les investissements qui contribuent à la réduction des émissions de gaz à effet de serre en France. Ces dépenses sont analysées afin de savoir quels acteurs ont engagé ces projets et comment ils sont financés.

Les investissements climat principalement répartis dans trois domaines de la transition énergétique

L’édition 2017 de l’étude recense jusqu’à 32 milliards d’euros investis en faveur du climat en France chaque année entre 2013 et 2016. Pour donner un ordre de grandeur, cela représente environ 10% des investissements matériels en France cette année-là. Ce total comprend:

  • 14,5 milliards d’euros dans l’efficacité énergétique, principalement dans le secteur des bâtiments,
  • 5,9 milliards d’euros pour le développement des énergies renouvelables
  • 9,2 milliards d’euros pour la construction et la mise  niveau des infrastructures durables de transport et de réseaux.

A cela s’ajoutent 2,1 milliards d’euros dans le nucléaire et la réduction des émissions non-énergétiques.

Une stabilité globale des investissements qui masque des variations sectorielles

Entre 2011 et 2013, les investissements ont augmenté de 2,6 milliards d’euros pour atteindre 32,1 milliards d’euros. Ils sont stables en 2014, 2015 et 2016 et les premières estimations disponibles pour l’année 2017 portent le total à 31,5 milliards d’euros.

Cette stabilité d’ensemble masque des variations plus marquées par domaine :

  • les investissements dans l’efficacité énergétique ont augmenté entre 2011 et 2016, passant de 11,6 à 14,6 milliards d’euros
  • après avoir augmenté de 50 % entre 2011 et 2013, les dépenses en faveur des infrastructures durables sont en baisse en 2014 et 2015, et stables depuis.
  • les investissements dans les énergies renouvelables sont passés de 8,6 à 5,3 milliards d’euros entre 2011 et 2013, et se maintiennent environ à ce niveau depuis

Si les acteurs privés réalisent la majorité des investissements, 52% des financements sont conduits par le secteur public

La majorité des investissements sont réalisés par des porteurs de projet privés : les ménages, à hauteur de 10,8 milliards d’euros, soit 33% et les entreprises, à hauteur de 9,8 milliards d’euros, soit 31% du total investi en 2016. Cependant, un peu plus de la moitié des financements mobilisés pour réaliser les investissements dépendent de l’action publique. De 2011 à 2015, la part des financements conduits par le public est passée de 48% à 52% du total des investissements.

Retrouvez ci-dessous les documentés liés à l’étude:

  • Résumé pour décideurs en français
  • Support de présentation utilisé lors de la restitution du 6 décembre 2017

Pour en savoir plus sur les travaux de recherche d’I4CE sur les financements pour le climat en France et à l’international, consultez la page dédiée au projet Panorama des financements domestiques pour le climat.

Pour aller plus loin
  • 27/01/2023
    En 2023, l’adaptation doit devenir un réflexe pour l’État et les collectivités

    Ces derniers mois, enfin, la France a pris conscience de la nécessité d’adapter tous les territoires aux conséquences du dérèglement climatique. L’adaptation est un objectif mieux compris et mieux partagé, et elle devrait être au cœur du prochain plan national anti sécheresse ou de la future loi d’orientation agricole. Il était temps. Car jusqu’alors, nous continuions à concevoir des politiques et à investir dans des infrastructures comme si le climat ne changeait pas. Chaque année, au moins 50 milliards d’euros d’investissements publics sont encore réalisés sans systématiquement prendre en compte le fait que le climat change. 

  • 27/01/2023
    Adaptation : ce que peuvent (et doivent) faire les collectivités

    Les impacts du changements climatiques sont locaux et une grande partie de l’adaptation des territoires reposera sur les collectivités. Elles peuvent – et doivent – dès maintenant mettre en place de nombreuses actions sans-regret et mobiliser des moyens humains et financiers pour engager une politique d’adaptation ambitieuse de leur territoire. Retrouvez dans ce Point Climat d’I4CE la liste de ces actions. 

  • 27/01/2023
    Mettre l’adaptation aux impacts du changement climatique au menu des discussions entre les collectivités et l’État

    Si les collectivités disposent d’importants leviers d’adaptation, elles ne pourront les mobiliser que si certaines conditions sont réunies au niveau national : tout l’effort ne peut pas reposer sur leur seule initiative. C’est ce que montre ce Point Climat d’I4CE. Il est donc urgent qu’une discussion s’ouvre sur l’adaptation entre l’État et les collectivités, notamment dans le cadre de « l’Agenda territorial ».

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer