Climat : l’économie française doit se préparer à +4°C

29 août 2023 - Tribune - Par : Benoît LEGUET

Après un été qui a encore vu tomber des records climatiques, la question se pose de la résilience des activités économiques et des investissements dans un climat qui change. La France doit rapidement adopter une trajectoire de réchauffement de référence pour inciter les acteurs publics comme privés à anticiper et prévenir les risques.

 

Après un mois de juin 2023 parmi les plus chauds jamais enregistrés en France, l’été a été clément pour la plupart des Français. Nous n’avons pas eu, sur l’ensemble du territoire, de redite de l’été 2022. Mais l’Europe et le reste du monde ont vécu un tout autre été, avec des températures record dans nombre de pays ; les mois de juin et de juillet les plus chauds jamais enregistrés à l’échelle mondiale ; des incendies en Grèce, au Canada, à Ténérife et à Hawaï ; des inondations en Chine.

 

L’épisode de canicule de fin août sur la moitié sud de la France constitue une piqûre de rappel. Il va falloir réduire drastiquement les émissions mondiales de gaz à effet de serre pour diminuer les impacts du changement climatique à venir. Et dans le même temps, adapter les infrastructures, les bâtiments, les activités industrielles et agricoles, en France et en Europe, à un climat qui a déjà changé, et va continuer à changer.

 

Les acteurs économiques – pouvoirs publics, entreprises, ménages – doivent donc s’adapter… mais à quoi ? Nous ne connaissons en effet pas exactement le niveau de réchauffement à venir, celui-ci dépendant encore de nos émissions futures, mais aussi de celles de nos voisins.

 

Prendre des décisions qui à défaut d’être optimisées sont robustes nécessite d’évaluer les conséquences et les risques pour différents futurs climatiques possibles. Et d’intégrer ces informations dans la prise de décision, notamment pour les décisions d’investissement dans les actifs à longue durée de vie qui seront nécessairement impactés par l’évolution du climat.

 

S’adapter mais à quoi ?

C’est la seule façon d’éviter de dépenser de l’argent public ou privé dans des objets inadaptés à des climats possibles dans le futur : bâtiments faisant fi du confort d’été ; infrastructures sur ou sous-dimensionnées face au risque d’inondation ; ou encore activités industrielles ou agricoles nécessitant de l’eau dans une zone où elle pourrait manquer.

 

 

Lire la chronique sur Les Échos

Pour aller plus loin
  • 29/09/2023
    Plan national d’adaptation au changement climatique : qu’en attendre ?

    Un projet de plan national d’adaptation au changement climatique, le troisième PNACC, sera présenté par le gouvernement d’ici la fin de l’année comme rappelé lundi par le Président de la République. Ce plan devra être ambitieux pour préparer la France à faire face aux impacts du changement climatique. Au-delà de la nouvelle trajectoire de réchauffement de référence (TRACC), que devrait contenir ce plan ? Ce plan devra présenter des mesures concrètes, et y associer un budget suffisant pour leur mise en œuvre. Pour certains chantiers de l’adaptation, certaines mesures déployables à court-terme sont déjà identifiées. 

  • 06/07/2023 Billet d'analyse
    Adaptation : inscrire la trajectoire de référence dans la loi

    L’annonce de la définition d’une trajectoire de réchauffement de référence pour l’adaptation au changement climatique (TRACC) est une bonne nouvelle. Il est en effet urgent que les acteurs, publics comme privés, se posent la question de la résilience de leurs investissements et activités dans un climat qui change, y compris si l’objectif de limiter le réchauffement sous les +2°C au niveau mondial – objectif qui doit rester prioritaire – n’est pas atteint. Aller plus loin que son inscription dans le seul PNACC sera néanmoins nécessaire si l’on veut que les acteurs s’en emparent rapidement et que plus 1€ ne soit dépensé pour des actifs non adaptés au changement climatique. Il faut dès à présent s’assurer de la portée transversale et normative de la TRACC, en en faisant un objet interministériel et en l’inscrivant dans une loi. Puis décliner les exigences de mise en œuvre par acteur et par secteur de manière progressive et graduée.

  • 24/03/2023
    Journée internationale des forêts : certification carbone, adaptation et puits de carbone

    Cette semaine, à l’occasion de la journée internationale des forêts, I4CE vous propose un tour d’horizon des dossiers forestiers qui animent les débats en France et à Bruxelles. Vous découvrirez dans notre newsletter une nouvelle tribune de Julia Grimault sur la certification carbone européenne et nos dernières analyses sur l’adaptation des forêts françaises au changement climatique, le puits de carbone français ou encore l’industrie du bois.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer