Qu’est-ce que la certification carbone pour un projet forestier ? Quelle différence avec la certification de gestion durable ? Comment ces différents cadres interagissent-ils et quelles synergies peuvent se construire ?

Issue des travaux du Club Carbone Forêt Bois, animé par I4CE, cette étude répond à ces différentes questions en présentant les caractéristiques et les enjeux liés aux certifications de gestion durable (ex : PEFC et FSC) et certifications carbone (ex : VCS (désormais Verra), Gold Standard, etc.).


Un cadre de certification a pour but de pallier à une asymétrie d’information entre producteurs et consommateurs de services ou de biens, en offrant une information garantie sur la chaîne de production.


Dans le cas d’une entreprise souhaitant compenser une part de ses émissions, les labels de compensation carbone garantissent le service de séquestration rendu par une forêt et attribuable au gestionnaire forestier. Dans le cas de l’achat d’un produit en bois, les labels de gestion sylvicole durable attestent quant à eux du respect de critères sociaux et environnementaux dans la gestion des forêts et la transformation du bois.


Si les deux types de certification visent à promouvoir une meilleure gestion forestière, leurs objectifs et les indicateurs pris en compte diffèrent :




  • La certification carbone estime précisément le gain carbone et surtout son additionnalité, c’est-à-dire l’absence d’effet d’aubaine.



  • La certification de gestion durable ne certifie pas ces deux points mais atteste la mise en œuvre de pratiques respectueuses de l’environnement et une démarche d’amélioration continue de la gestion forestière.


Ces différences impactent les éléments audités pour obtenir la certification. La surface forestière dont la gestion durable est certifiée est modeste à l’échelle mondiale (environ 10 %) mais elle est 15 fois supérieure à la surface forestière engagée dans des projets de compensation carbone certifiés. Ces deux types de certification ont des objectifs différents mais promeuvent des pratiques et itinéraires sylvicoles souvent similaires et les types de parties prenantes gestionnaire forestier, Etat, auditeur, ONG ... impliqués dans les deux cas se recoupent assez largement.


L’incitation économique donnée par les deux types de certification est différente : premium sur le prix de vente du bois d’une part et revenus générés par la vente des crédits carbone de l’autre. Les coûts liés à la certification carbone sont par ailleurs plus élevés que ceux liés à la certification de gestion durable, mais elle permet également au propriétaire de générer des revenus bien plus élevés et plus précoces, dès que le début de la vente des crédits carbone.


Il existe actuellement peu de liens entre les deux types de certifications,  même si leurs périmètre tend à s’uniformiser des rapprochements sont en cours : ainsi, Forest Stewardship Council (FSC) a par exemple soumis en 2017 des lignes directrices pour « démontrer l’impact de la gestion forestière sur les services écosystémiques », dont le carbone, tandis que les standards de certification carbone comme le Gold Standard autorisent la double certification avec le FSC pour démontrer le respect de différents critères de gestion durable.


La mise en place d’audits communs est une option de réduction des coûts de certification souvent évoquée, mais limitée à une dizaine de pourcents d’après les expériences de double certification en agriculture.


 [wpdm_package id='21191']