Conférence sur l’ « Etat de l’EU ETS en 2018 » à Paris

- Par : Charlotte VAILLES

capture

 

Mercredi 13 juin 2018

09h30 – 12h30

Salle grenelle, 15 Quai Anatole France, 75007 Paris

Il s’agit de l’un des événements de dialogue autour du rapport sur l’ « Etat de l’EU ETS en 2018 » organisés dans quatre capitales européennes. Le rapport est issu d’une collaboration entre I4CE, ERCST/ICTSD, Nomisma Energia, le centre Wegener de l’Université de Graz et EcoAct.

La réunion comprendra une présentation détaillée du rapport par les auteurs, suivie d’une table ronde avec les parties prenantes de l’EU ETS.

Le rapport sur l' »Etat de l’EU ETS en 2018 » vise à apporter une contribution indépendante au débat politique, qui est nécessaire pour garantir que le système européen d’échange de quotas d’émissions (EU ETS) est conforme à ce qu’on attend de lui. Ce rapport examine l’état actuel de l’EU ETS, analyse la performance du système et explique comment la révision de la phase 4 récemment approuvée pourrait affecter son fonctionnement à partir de 2020.

Le rapport se concentre sur cinq questions clés:

  1. Les questions pertinentes de politique et de gouvernance, y compris la révision de l’ EU ETS pour sa phase 4
  2. L’atteinte des objectifs environnementaux
  3. L’efficacité économique, y compris la protection contre les fuites de carbone
  4. Le fonctionnement du marché
  5. Rendre l’EU ETS conforme à ce qu’on attend de lui: les questions clés auxquelles il faudra prêter attention à l’avenir

Programme

09h30: Inscription et café

10h00 : Bienvenue et remarques d’ouverture:

  • D. Demailly, Directeur de la stratégie et de la communication, I4CE

10h10 – 11h00 : Présentation du Rapport « 2018 State of the EU ETS »

11h00 – 11h15 : Réactions aux résultats du rapport

11h15 – 12h20 : Table ronde sur le contenu du rapport, l’état actuel de l’EU ETS et les défis futurs

12h20 : Remarques de clôture et conclusion de la réunion

12h30 : Repas léger

L’événement aura lieu en français et en anglais, sans traduction simultanée.

 

Pour aller plus loin
  • 24/04/2024 Billet d'analyse
    Rénovation énergétique des logements : modérer le besoin de financements publics n’aura rien d’évident

    La volonté du gouvernement de réduire rapidement le déficit public, sans augmentation d’impôts et donc en réduisant fortement la dépense publique, a fait une première victime : le budget de l’aide MaPrimeRénov’ accordée aux ménages pour la rénovation énergétique de leurs logements. Le marché de la rénovation globale étant encore peu structuré, notamment en matière d’accompagnement, l’État prévoit ne pas consommer l’enveloppe budgétaire actée en loi de finances et l’entérine dès ce début d’année. Mais la question de la dépense publique reviendra très vite sur la table, plusieurs rapports pointant un besoin de financements publics en forte hausse d’ici 2030. La bonne nouvelle est que le gouvernement peut espérer modérer ce besoin en mobilisant davantage les financements privés. La mauvaise est que pour cela il doit utiliser d’autres leviers de politique publique dont la mise en œuvre ne sera pas une mince affaire.

  • 19/04/2024
    Réunions de printemps du FMI et de la Banque mondiale : quel rôle dans la transition pour les institutions financières publiques ?

    Repenser le financement du développement pour qu’il tienne compte des défis de notre temps n’est pas facile, d’autant plus que des milliers d’experts, décideurs et professionnels veulent y laisser leur empreinte. La nouvelle architecture financière internationale est à nouveau discutée cette semaine, avec plus de questions ouvertes que de consensus sur les réponses. 

  • 19/04/2024 Billet d'analyse
    Un financement plus important et de meilleure qualité : maximiser les effets positifs sur le climat pour une transition rapide

    Depuis l’Accord de Paris en 2015, il y a eu des avancées significatives pour favoriser l’engagement des pays et institutions financières à lutter contre la crise climatique et à s’assurer que les risques et les opportunités liés au climat sont pris en compte dans les investissements. Cependant, les émissions devant atteindre leur pic avant 2025, notre fenêtre d’opportunité se referme rapidement pour rester en-dessous des +1,5 °C. En attendant, les besoins financiers pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) et pour répondre aux priorités en matière d’adaptation augmentent rapidement. Luis Zamarioli Santos et Diana Cárdenas Monar, d’I4CE, estiment que l’engagement doit se traduire de toute urgence par des actions, et que ces dernières doivent apporter le changement rapide dont le monde a besoin. Les gouvernements et les institutions financières publiques ont un rôle central à jouer pour fournir davantage de financements et pour qu’ils soient de meilleure qualité, en maximisant les impacts positifs. Ce billet de blog met en lumière certaines opportunités pour avancer sur la voie d’une transformation systémique, en impliquant les principales parties prenantes dans une approche économique globale. 

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer