Demi-Journée d’étude I Le Label Bas Carbone : un outil au service de la transition pour les filières agricoles

Conférences - Par : Claudine FOUCHEROT

Quels types de financements et quels rôles pour les entreprises ?

 

Officiellement lancé depuis le début de l’année 2019, le label bas-carbone vise à fournir un cadre de référence pour mettre en œuvre, certifier des projets carbone et permettre de rémunérer les agriculteurs en conséquence, fournissant de réelles incitations économiques à la transformation des pratiques.

 

Le projet Carbon Agri a récemment permis de labelliser la méthodologie portée par l’IDELE avec les interprofessions lait et viande (CNIEL, INTERBEV) et la Confédération Nationale de l’Elevage en partenariat avec I4CE et est désormais ouvert aux porteurs de projets (http://www.france-carbon-agri.fr/).

 

Carbon Think est un consortium créé dans la région Grand-Est afin de déployer plus largement cette transition agricole et développer des projets de réductions d’émissions agricoles.
Portant sur un échantillon de 100 exploitations agricoles dans la région, ce test sera accéléré par la création d’une plateforme numérique et fondé sur les méthodologies certifiées du label Bas-Carbone.

L’objectif est également de proposer une commercialisation des crédits carbone générés au travers de la technologie blockchain.

 

Afin de présenter les avancées et les perspectives de ces projets ainsi que les opportunités de compensation certifiées par le label bas carbone, les acteurs du consortium CarbonThink en partenariat avec:vous convient à une journée sur le thème :

 

Le Label Bas Carbone : un outil au service de la transition pour les filières agricoles. Quels types de financements et quels rôles pour les entreprises ? 

 

Cette journée sera aussi l’occasion d’évaluer les niveaux d’engagements des acteurs économiques et publics afin de déployer cette démarche de progrès à plus grande échelle.

Elle se tiendra le mardi 25 février 2020 de 14:00 à 18:00 en salle 611,
hall 6 du Parc des expositions Porte de Versailles.

Les travaux seront suivis d’un cocktail.

 

Le programme détaillé de la journée vous sera communiqué ultérieurement.
Le nombre de place étant limité, nous vous prions de bien vouloir confirmer votre pré-inscription en répondant au questionnaire ci-dessous (est. 5′) :

 

Télécharger le questionnaire

 

Avec le soutien de :

 

 

A propos du Label Bas Carbone :

 

La France s’étant engagée à atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050, les acteurs économiques, de plus en plus conscients de leur empreinte, commencent à explorer des voies de réduction d’émissions et de compensation pour les émissions résiduelles.

Considéré comme le 2nd secteur le plus émetteur, l’Agriculture recèle beaucoup de marges de manœuvre non seulement pour réduire ses émissions (CO2, N20, CH4), mais surtout en permettant la séquestration du CO2 atm. dans les sols ou dans la biomasse. Avec la forêt, ce sont aujourd’hui les seules activités humaines capables d’être des puits naturels de carbone.

Officiellement lancé depuis le début de l’année 2019, le label bas-carbone vise à fournir un cadre de référence pour mettre en œuvre et certifier des projets carbone et permettre de rémunérer les agriculteurs en conséquence, fournissant de réelles incitations économiques à la transformation des pratiques. Afin de déployer plus largement cette transition agricole, il convient cependant de rassembler les acteurs économiques engagés vers la neutralité carbone autour de ces opportunités de compensation et de financement durable, qui ont aussi un impact important sur l’eau, la biodiversité et la revitalisation des territoires ruraux.

 

En savoir plus sur le label bas carbone 

25 fév 2020

Demi-Journée d’étude I Le Label Bas Carbone : un outil au service de la transition pour les filières agricoles

Contacts I4CE
Claudine FOUCHEROT
Claudine FOUCHEROT
Directrice du programme Agriculture et forêt Email
Pour aller plus loin
  • 23/05/2024 Billet d'analyse
    Financement local de la transition : le débat escamoté

    Il en va du financement de l’action climatique à l’échelle locale comme des travaux à entreprendre dans une copropriété composée de plus de 35 000 décideurs différents : le devis est de plus en plus précis mais, s’agissant d’une responsabilité partagée, personne ne veut prendre seul la facture à sa charge. Le contexte budgétaire national de ce début d’année, dominé par la réduction des déficits publics, est propice à remettre une nouvelle fois à plus tard l’indispensable réunion de syndic sans laquelle jamais les travaux ne s’engageront à la hauteur des besoins. Or, plus le temps passe, et plus les coûts risquent de grimper : quelques pistes pour faire progresser le sujet en 2024 malgré tout.

  • 17/05/2024
    Revenus carbone : leur rôle dans le financement de la transition climatique

    Le mois dernier, le secrétaire de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), Simon Stiell, a souligné l’importance de cette année et de l’année prochaine pour l’Accord de Paris et a appelé à « un bond en avant dans le financement climatique » avant les Réunions de printemps de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international. En effet, les émissions devant atteindre leur maximum avant 2025, notre fenêtre d’opportunité pour maintenir l’augmentation de la température à +1,5°C se referme rapidement. Il est urgent d’accroître et d’améliorer les financements pour la transition. Les politiques de tarification du carbone et leurs recettes font partie des outils disponibles qui peuvent contribuer à combler le déficit de financement de la lutte contre le changement climatique.

  • 15/05/2024
    Maximiser les avantages de la tarification du carbone par l’utilisation des revenus carbone

    Les politiques de tarification du carbone et leurs revenus font partie des outils disponibles qui peuvent aider à combler le déficit de financement climatique. Avec des recettes provenant des taxes sur le carbone et des systèmes d’échange de quotas d’émission (ETS) qui ont triplé depuis l’Accord de Paris, et une tendance à la hausse qui pourrait se poursuivre à moyen terme, « comment utiliser les recettes du carbone » est devenu une question cruciale. Ce rapport, préparé dans le cadre du projet European Union Climate Dialogues (EUCDs) financé par l’Union européenne (UE), vise à informer les décideurs politiques et les praticiens sur les leçons apprises et les voies à suivre concernant l’utilisation des revenus du carbone, avec une approche globale basée sur un examen des expériences internationales.  

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer