Événements Adaptation

Quand la Métropole se réchauffe à +4°C

Conférences - Par : Guillaume DOLQUES

 

Préparer la résilience

Impensable il y a peu, le scénario d’un réchauffement de +4°C du climat de métropole est clairement retenu par le gouvernement dans son prochain plan national d’adaptation au changement climatique (PNACC 3).

 

Pour sensibiliser le plus grand nombre à ce changement de paradigme, l’Association des journalistes de l’environnement (AJE) a réuni scientifiques, politiques et parties prenantes pour évaluer les risques et identifier les leviers à actionner pour juguler les problèmes les plus urgents.

 

Présidée par le sénateur Ronan Dantec, président de la commission spécialisée du CNTE en charge de l’adaptation, cette journée du 5 juillet a été cadencée en deux temps.

 

La matinée était consacrée à une présentation par des scientifiques de ce réchauffement annoncé et de ses conséquences :

 

  • dernières projections climatiques pour le monde, l’Europe et la France ;
  • effets physiques d’un tél réchauffement ;
  • conséquences sociétales ;
  • esquisse des nouveaux risques.

 

L’après-midi était focalisée sur les voies de résolutions des problèmes les plus immédiats pour la métropole :

 

  • eau et agriculture ;
  • bâtiment et réhabilitation ;
  • l’accompagnement financier et technique des collectivités. 

 

Organisateurs 

La conférence était organisée par l’Association des journalistes pour l’environnement – AJE.

 

Partenaires scientifiques : Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives – CEA, Cerema, Institut pour l’économie du climatI4CE, Climate chance

 

Partenaires entreprises : Compagnie nationale du Rhône – CNR, Fédération des services énergie environnement – Fedene, Partenariat français pour l’eau – FWP PFE 

 

 Partenaires médias : L’Usine à GES, Reporterre, Natura sciences, Novethic

 

 

Plus d’informations sur le site de l’AJE. 

Date et heure : Mercredi 05 juillet de 9h à 18h

Lieu : l’Académie du climat, 2 place Baudoyer  75004 Paris

 

 

Programme 

À quels risques devons-nous préparer ?

 

9h : Accueil par Valéry Laramée de Tannenberg, AJE & L’Usine à GES

 

9h10 : Introduction par Ronan Dantec, sénateur, président de la commission spécialisée du CNTE en charge de l’adaptation

 

9h30 : Les dernières projections climatiques pour le monde, l’Europe et la France

 

10h : Les conséquences physiques d’un réchauffement à + 4°C, par Pascal Terrasse (Cerema)

 

10h30 : Les conséquences pour notre société, par Corine Le Quéré (HCC)

 

11h : Nouveaux risques et amplification des menaces, par Magali Reghezza-Zitt (Ceres/ENS)

 

11h30 : Un exemple à Paris à +50°C, par Maud Lelievre (Paris)

 

12h : Questions réponses

 

Quels leviers devons-nous actionner ? 

 

14h : « Keynote : quid de la sobriété, jusqu’où les Français sont-ils prêts à réduire leurs consommations pour s’adapter ? » par Bertrand Charmaison, directeur de l’I-Tese institute

 

14h30 : Table-ronde n°1 – « Eau et agriculture :  quels compromis ? », avec Christian Huyghe (INRAE), François Roch (FNPF), Vincent Cailliez (Sidam), Florence Habets (CNRS), Jean-Luc Redaud (PFE), Olivier Dauger (FNSEA)

 

15h30 : Table-ronde n°2 – « Bâtiment et réhabilitation : bien isoler l’hiver pour ne pas étouffer l’été », avec David Morales (CAPEB), Christophe Rodriguez (IFPB), Guillaume Dolques (I4CE), Lucas Chabalier (Agir pour le climat), Marianne Louis (USH)

 

16h30 : Table-ronde n°3 – « Accompagner et financer l’adaptation des collectivités », avec Benoît Leguet (I4CE), Bettina Laville (Comité 21), Pascal Berteaud (Cerema), Yannick Moreau (Anel)

 

17h45 Clôture par Christophe Béchu (SR)

 

05 juil 2023

Quand la Métropole se réchauffe à +4°C

Contacts I4CE
Guillaume DOLQUES
Guillaume DOLQUES
Chercheur – Adaptation au changement climatique Email
Pour aller plus loin
  • 21/06/2024
    En attendant le Plan national d’adaptation au changement climatique

    Les élections législatives anticipées ont balayé la dernière chance pour le gouvernement de présenter le projet de 3ème Plan National d’Adaptation au Changement Climatique (PNACC3) avant l’été. Les travaux avaient néanmoins bien avancé et, quelles que soient les suites, il y aura trois choses à retenir des progrès des derniers mois sur l’adaptation. La première, c’est l’idée maitresse du PNACC3 – celle qui pourrait structurellement changer la donne en matière d’adaptation et autour de laquelle toutes les dynamiques ont commencé à s’aligner : le partage d’une trajectoire de réchauffement de référence (TRACC). La prise en compte systématique du climat futur selon les hypothèses partagées de cette TRACC est une manière efficace pour enfin arrêter de regarder dans le rétroviseur et concrétiser un « réflexe adaptation » dans tous les investissements structurants. À ce stade, la TRACC n’est encore inscrite dans le marbre nulle part. Aller au bout de cette idée nécessitera un nouveau moment politique sur l’adaptation.

  • 20/06/2024
    Vagues de chaleur : ce que l’on peut dire des coûts de l’adaptation des bâtiments

    Face aux conséquences grandissantes des vagues de chaleur sur les activités économiques et les populations, l’adaptation du secteur du bâtiment apparait désormais comme un nouvel impératif. Si la question du « comment » a déjà fait l’objet de nombreux travaux, la question du « combien » reste pour le moment peu traitée. Pour avancer en ce sens, nous présentons dans ce rapport : un premier état des lieux de ce que l’on sait dire à date des coûts de l’adaptation aux vagues de chaleur pour le secteur du bâtiment ; la méthodologie que nous avons utilisée pour chiffrer les surcoûts de l’adaptation aux vagues de chaleur, construite à partir des éléments disponibles et de discussions avec des experts.

  • 17/06/2024 Tribune
    Climat : doublons nos investissements en Europe

    Pour une Europe sûre et plus compétitive, il va falloir investir davantage en faveur de notre souveraineté énergétique et agricole, de notre compétitivité industrielle et de la protection de nos populations face aux aléas climatiques, estime Benoît Leguet, directeur de l’Institut de l’économie pour le climat. Oui, mais comment ? Si la surprise était plutôt à Paris qu’à Bruxelles dimanche soir, une lecture européenne des élections du 9 juin s’impose. Car même si elles font l’actualité au-delà de nos frontières, les élections législatives françaises n’auront qu’un impact limité sur le choix des « top jobs » bruxellois : présidence de la Commission, collège des commissaires, présidence du Parlement européen, présidence du Conseil.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer