Publications

I4CE a contribué au rapport SWITCH, l’Alliance pour une économie verte au Québec, sur les marchés du carbone remis aux premiers ministres du Québéc, de l’Ontario et du Manitoba

1 janvier 1970 - Édito de la semaine

Entre août et décembre 2015, Emilie ALBEROLA a participé au comité « Route du carbone » constitué par SWITCH, l’Alliance pour une économie verte au Québec, composé d’écologistes, de professionnels de l’industrie et d’experts en économie du climat.

Le rapport, intitulé « La Route du carbone », a été remis le 9 décembre à Paris aux premiers ministres du Québec, de l’Ontario et du Manitoba et formule six recommendations.

Recommandation 1 – Mécanismes de marché dans l’Accord de Paris

  • SWITCH recommande aux gouvernements du Québec et du Canada de promouvoir la reconnaissance des mécanismes de flexibilité dans l’Accord de Paris.

Recommandation 2  – Signal du gouvernement du Québec quant aux modalités de la poursuite du SPEDE

  • SWITCH recommande que le gouvernement du Québec donne un signal politique clair, indiquant que le marché du carbone du Québec (SPEDE) se poursuivra bien au-delà de 2020 et constituera un des outils clés des mesures de réductions des émissions de GES.
  • SWITCH demande que soit établie très rapidement la réglementation applicable après 2020, notamment quant aux réductions demandées aux grands émetteurs et à la formule d’accès aux droits d’émissions pour la période 2021-2030.

  • SWITCH réitère sa demande que soient bonifiés les protocoles de crédits compensatoires existants et que de nouveaux protocoles soient élaborés, au bénéfice des entreprises québécoises. SWITCH souhaite également que le SPEDE du Québec reconnaisse des crédits compensatoires générés à l’extérieur de ses de ses frontières, de manière à favoriser le développement des entreprises québécoises.

Recommandation 3 – Faciliter l’entrée de l’Ontario dans le marché du carbone Québéc- Californie

Recommandation 4 – Améliorer la compréhension du fonctionnement etdes impacts du marché du carbone sur les entreprises, à l’attention des intermédiaires financiers.

Recommandation 5 – Travailler à la convergence des marchés de carbone.

  • SWITCH recommande que le Québec et ses partenaires californiens et ontariens développent et concluent des ententes avec les marchés de carbone en élaboration au Mexique et en Chine, de même qu’avec celui de l’Union européenne, dans une perspective de convergence des règles qui y seront appliquées.

Recommandation 6 – Établir une vigie des enjeux de compétitivité et de fuites de carbones.

Consulter le rapport

A propos de : Switch, l’Alliance pour une économie verte au Québec, souhaite accélérer le virage vers une économie verte afin de contribuer à une société québécoise innovante, résiliente, concurrentielle qui réconcilie équité sociale, environnement et qualité de vie. L’Alliance regroupe des organisations issues des milieux économiques, financiers, associatifs et environnementaux. Pour en savoir plus : www.allianceswitch.ca.

 

 

 

Pour aller plus loin
  • 23/05/2024 Billet d'analyse
    Financement local de la transition : le débat escamoté

    Il en va du financement de l’action climatique à l’échelle locale comme des travaux à entreprendre dans une copropriété composée de plus de 35 000 décideurs différents : le devis est de plus en plus précis mais, s’agissant d’une responsabilité partagée, personne ne veut prendre seul la facture à sa charge. Le contexte budgétaire national de ce début d’année, dominé par la réduction des déficits publics, est propice à remettre une nouvelle fois à plus tard l’indispensable réunion de syndic sans laquelle jamais les travaux ne s’engageront à la hauteur des besoins. Or, plus le temps passe, et plus les coûts risquent de grimper : quelques pistes pour faire progresser le sujet en 2024 malgré tout.

  • 17/05/2024
    Revenus carbone : leur rôle dans le financement de la transition climatique

    Le mois dernier, le secrétaire de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), Simon Stiell, a souligné l’importance de cette année et de l’année prochaine pour l’Accord de Paris et a appelé à « un bond en avant dans le financement climatique » avant les Réunions de printemps de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international. En effet, les émissions devant atteindre leur maximum avant 2025, notre fenêtre d’opportunité pour maintenir l’augmentation de la température à +1,5°C se referme rapidement. Il est urgent d’accroître et d’améliorer les financements pour la transition. Les politiques de tarification du carbone et leurs recettes font partie des outils disponibles qui peuvent contribuer à combler le déficit de financement de la lutte contre le changement climatique.

  • 15/05/2024
    Maximiser les avantages de la tarification du carbone par l’utilisation des revenus carbone

    Les politiques de tarification du carbone et leurs revenus font partie des outils disponibles qui peuvent aider à combler le déficit de financement climatique. Avec des recettes provenant des taxes sur le carbone et des systèmes d’échange de quotas d’émission (ETS) qui ont triplé depuis l’Accord de Paris, et une tendance à la hausse qui pourrait se poursuivre à moyen terme, « comment utiliser les recettes du carbone » est devenu une question cruciale. Ce rapport, préparé dans le cadre du projet European Union Climate Dialogues (EUCDs) financé par l’Union européenne (UE), vise à informer les décideurs politiques et les praticiens sur les leçons apprises et les voies à suivre concernant l’utilisation des revenus du carbone, avec une approche globale basée sur un examen des expériences internationales.  

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer