Le One Planet Lab, c’est quoi ?

4 mars 2019 - Billet d'analyse - Par : Benoît LEGUET

Le One Planet Lab se réunit pour la première fois lundi 4 mars, à Paris. Mais qu’est-ce que ce Lab ? Eléments de réponse d’I4CE, qui assure avec l’Iddri le secretariat scientifique du One Planet Lab.

 

En décembre 2017, suite à l’annonce par les Etats-Unis de leur retrait de l’Accord de Paris, la France organisait avec l’ONU et la Banque Mondiale le One Planet Summit. Un Sommet de haut niveau pendant lequel de nombreux acteurs financiers – banques de développement, fonds souverains, assureurs, etc – ont pris des engagements pour financer la lutte contre les changements climatiques.

 

 

Lors de la seconde édition du One Planet Summit, à New York en septembre 2018, était créé le One Planet Lab. Piloté par le gouvernement français, qui a mis à disposition une équipe pour animer et coordonner les travaux, ce réseau d’experts reconnus a vocation à proposer de nouvelles idées et de nouveaux engagements concrets pour accélérer la transition écologique. Ce laboratoire d’idée devra enrichir les futurs One Planet Summits… mais aussi les autres moments clés de l’agenda international : G7, le Sommet des Nations-Unies pour le Climat, COP.

 

Le One Planet Lab se concentre sur quatre priorités : le climat, les océans, la biodiversité et le financement de la transition écologique. En 2019, ces quatre priorités sont déclinées en 9 groupes de travail qui vont de la lutte contre la pollution plastique au financement des infrastructures durables, en passant par le verdissement des institutions de Bretton Woods.

 

Chaque groupe est animé par plusieurs experts de haut-niveau venant du monde académique, de la société civile ou d’entreprises, parmi lesquels Joseph Stiglitz, Emmanuel Faber, Pavan Shukdev ou Laurence Tubiana, et le secrétariat scientifique du Lab est assuré par I4CE et l’IDDRI.

 

Liste des groupes de travail du One Planet Lab

  • Dépasser la pollution plastique
  • Assurer la résilience des écosystèmes marins
  • Elargir la coalition pour la neutralité carbone
  • Diminuer les émissions de HFC
  • Les solutions basées sur la nature comme assurance contre les impacts climatiques
  • Alimentation et utilisation des sols pour la préservation des écosystèmes
  • Vers un Bretton Woods vert
  • Généraliser la mise en œuvre des recommandations de la TCFD
  • Accélérer le financement des infrastructures durables.

 

Liste des « leads » des groupes de travail du Lab : Lord Stern (LSE), Paul Paulman (Unilever), Bertrand Badré (Blue Like an Orange Sustainable Capital), Masood Ahmed (CGDev), Patrick Bolton (Columbia University), Laurence Boone (OECD), Christian Deseglise (HSBC), Emmanuel Faber (Danone), Kristalina Georgevia (Banque Mondiale), Sylvie Goulard (Banque de France), Haizhou Huang (CICC), Philippe Le Houerou (IFC), Ellen MacArthur (Ellen Mac Arthur Fondation), Ajay Mathur (TERI), Hiro Mizuno (GPIF), Luis Alberto Moreno (IDB), Jeremy Oppenheim (Systemiq), Cristiana Pasca Palmer, (CBD), Bertrand Piccard (Solar Impulse Fondation), Patricia Ricard (Fondation Paul Ricard), Remi Rioux (AFD), Mary Schapiro (TCFD secretariat), Afroz Shash (Lawyer – UN Champion of Earth), Pavan Shukdev (WWF), Joseph Stiglitz (Columbia University), Laurence Tubiana (European Climate Foundation), Antha Williams (Bloomberg Philantropies), Durwood Zaeckle (IGSD).

Contacts I4CE
Benoît LEGUET
Benoît LEGUET
Directeur général Email
Pour aller plus loin
  • 16/12/2022
    Les régulateurs de la finance doivent muscler leur jeu

    Il y a un an était créée la Glasgow Finance Alliance for Net Zero. Les attentes étaient aussi grandes que les chiffres : une coalition rassemblant 500 acteurs financiers représentant 130 000 milliards de dollars. Enfin, les acteurs financiers privés se mobilisaient en masse pour le climat. Un an plus tard malheureusement, la coalition fait l’objet de nombreux doutes. D’un côté, elle est critiquée par les ONG et, de l’autre, certains acteurs américains envisagent de la quitter sous la pression des membres du parti républicain. 

  • 15/12/2022
    Les limites des engagements climat volontaires des acteurs financiers privés

    La finance privée ne financera pas la transition sans un engagement plus fort des pouvoirs publics.
    Depuis plusieurs années, et particulièrement depuis la COP 26, beaucoup d’attention et de temps ont été consacrés aux engagements volontaires des acteurs financiers privés. Pris dans le cadre d’initiatives internationales, ces engagements doivent en principe permettre de mobiliser la finance privée au profit de la transition vers une économie neutre en carbone.

  • 14/12/2022
    Mettre en place des plans de transition prudentiels pour les banques : quels sont les impacts attendus ?

    Apparus récemment dans le débat, l’Union Européenne a avancé rapidement sur la question des plans de transition pour les entreprises et les banques. C’est tout d’abord l’apport de la directive CSRD qui oblige chaque entreprise cotée à publier son plan pour atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050. Publiés à l’été par l’EFRAG, les standards retenus pour ces plans peuvent être considérés comme ambitieux et à la hauteur des enjeux. Concernant les banques, il est désormais acté qu’elles vont devoir publier leur plan de transition. Ce qui reste en débat : le fait d’intégrer ces plans de transition dans la réglementation prudentielle, ce qui ouvrirait la voie à de nombreuses possibilités d’actions et de sanctions de la part des superviseurs. 

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer