Green Bonds: quelle contribution à l’Accord de Paris et comment améliorer cette contribution?

13 décembre 2017 - Étude Climat - Par : Dr. Ian COCHRAN / Morgane NICOL

Adopté en 2015 à la COP21, l’Accord de Paris a donné un nouvel élan à la lutte contre le changement climatique et a confirmé l’objectif de limiter la hausse de la température moyenne mondiale à 1,5-2 ° C par rapport à la période préindustrielle.

Parmi les objectifs, le rôle central que le financement doit jouer pour réaliser cette transition a été réaffirmé par l’article 2.1 (c): «Rendre les flux de financement compatibles avec une trajectoire bas-carbone et un développement résilient au changement climatique».

On parle beaucoup aujourd’hui des Obligations Vertes comme de l’une des principales solutions permettant d’accélérer le financement des actifs compatibles avec une économie sobre en carbone et résiliente au changement climatique -appelés dans la présente note «investissements à faibles émissions de carbone» (LCCR). Les acteurs du marché sont ainsi enthousiasmés par la croissance rapide de ce nouveau marché.
Cependant certains observateurs s’inquiètent de deux défis majeurs auxquels va devoir faire face le marché des obligations vertes. Premièrement, le marché des obligations vertes ne permet pas à lui seul de générer des investissements verts additionnels. Deuxièmement, la croissance rapide de ce marché accroît les risques juridiques et de réputation liés à son intégrité environnementale.

Afin de réaliser pleinement le potentiel de contribution du marché des obligations vertes à la transition bas-carbone, celui-ci devra donc surmonter ces deux défis.
Ce rapport résume les principales conclusions de l’étude menée par I4CE avec le soutien de la Fondation Climate Works pour analyser ces deux défis clés. Les deux rapports finaux du programme seront publiés début 2018.

  • Rapport 1. Obligations vertes: améliorer la contribution de ce marché à la transition vers une économie sobre en carbone et résiliente au changement climatique;
  • Rapport 2. Intégrité environnementale des obligations vertes: enjeux, situation actuelle et prochaines étapes.

En version en espagnol de cette publication est disponible sur le site d’ALIDE ici.

Green Bonds: quelle contribution à l’Accord de Paris et comment améliorer cette contribution? Télécharger
Contacts I4CE
Dr. Ian COCHRAN
Dr. Ian COCHRAN
Conseiller Senior - Investissements Climat & Finance Email
Morgane NICOL
Morgane NICOL
Directrice de programme – Collectivités, Adaptation, Financement public Email
Pour aller plus loin
  • 12/07/2024
    Peut-on s’entendre sur les moyens publics pour le climat ?

    Même après une campagne électorale difficile pour l’écologie, la nécessité d’agir pour le climat reste un acquis largement partagé par les Français. Mais l’injonction à agir ne suffit pas. Pour combler le déficit d’investissements climat, il faut un consensus solide sur les moyens à y consacrer dans la durée. Aujourd’hui, ces moyens viennent en partie des budgets publics. Et sans faire de mystère, demain, nous pensons qu’ils devront probablement augmenter. De combien exactement ? Nous y répondons avec une étude exploratoire portant sur les secteurs de la rénovation, des transports et de la production d’énergie à l’horizon 2030.

  • 17/06/2024 Tribune
    Climat : doublons nos investissements en Europe

    Pour une Europe sûre et plus compétitive, il va falloir investir davantage en faveur de notre souveraineté énergétique et agricole, de notre compétitivité industrielle et de la protection de nos populations face aux aléas climatiques, estime Benoît Leguet, directeur de l’Institut de l’économie pour le climat. Oui, mais comment ? Si la surprise était plutôt à Paris qu’à Bruxelles dimanche soir, une lecture européenne des élections du 9 juin s’impose. Car même si elles font l’actualité au-delà de nos frontières, les élections législatives françaises n’auront qu’un impact limité sur le choix des « top jobs » bruxellois : présidence de la Commission, collège des commissaires, présidence du Parlement européen, présidence du Conseil.

  • 28/02/2024 Tribune
    Budget et transition écologique : navigation à vue

    Dès ce mois de février, la transition écologique fait les frais des coupes dans le budget 2024. C’est le retour à la navigation à vue sur le financement de la transition. Pour Benoît Leguet, éviter des coupes budgétaires récurrentes impose de mettre en débat l’efficacité des dispositifs de financement de la transition.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer