Indexer les exigences prudentielles sur le climat : à quels impacts peut-on s’attendre ?

16 septembre 2021 - Etude Climat - Par : Julie EVAIN / Benjamin CHAMBERLIN

En tant que financeur principal de l’économie française et européenne, les banques jouent un rôle de premier ordre dans le financement de la transition. Leur contribution actuelle est de l’ordre de 8 milliards d’euros par an, mais elle va devoir plus que doubler d’après les estimations d’I4CE. Pour accélérer cette mutation des acteurs bancaires, et pour prévenir leurs expositions croissantes aux risques climatiques, le débat a eu tendance à se cristalliser sur la pertinence de reformer, ou non, les exigences prudentielles. Ces exigences ont pour but de protéger la stabilité financière et les banques en cas de crise, en obligeant ces dernières à provisionner des réserves pour faire face à différents risques. Deux visions s’opposent sur le climat, entre les partisans d’un Green Supporting Factor (GSF) et ceux d’un Penalising Factor (PF).

 

Les premiers, principalement issus de la sphère bancaire, plaident que les actifs ≪ verts ≫ sont moins risques, ce qui justifierait un allègement prudentiel. Par exemple, pour un crédit pour l’achat une voiture électrique, une banque pourrait provisionner moins de capital que pour un crédit d’une voiture classique. Les seconds, à savoir les régulateurs et chercheurs, mettent en avant que le différentiel de risque entre actifs verts et actifs normaux n’est pas démontré, mais qu’en revanche les activités pénalisantes – énergies fossiles, aéronautique, automobile thermique, etc – sont plus exposées aux risques de transition.

 

Cet argument est la base théorique pour pénaliser des activités carbo-intensives avec un PF. Au-delà des débats sur l’existence d’un différentiel de risques, se pose l’enjeu plus politique de savoir si ces instruments seraient pertinents pour accroitre la contribution des banques au financement de la transition. C’est sur ce point que l’étude d’I4CE apporte de nouveaux résultats. Elle détermine quels seraient les impacts d’un GSF ou d’un PF sur le financement des projets, sur la rentabilité interne des banques, et sur la croissance ou la contraction du crédit. A partir d’une modélisation quantitative, l’ensemble de la chaine d’impact a été retracée depuis une modification des règles prudentielles jusqu’au financement d’un projet.

 

Cliquez sur ce bouton pour voir l’image

 

Cliquez sur ce bouton pour voir l’image

 

Face à l’enjeu climatique, la mobilisation du secteur financier est cruciale et les moyens de cette mobilisation restent à définir. Les exigences de capital minimum sont peut-être une réponse à une problématique de risques, mais a l’exception de certains cas précis leur impact sur le financement de la transition est limite.

 

Les effets d’un GSF (même fort) sont trop faibles pour déclencher de nouveaux projets sur l’ensemble des secteurs de la transition. Un GSF permet d’améliorer la rentabilité interne des banques mais pas d’augmenter le volume des crédits verts de façon significative. S’agissant du PF, il devrait être à la fois fort et s’appliquer à un périmètre restreint pour accélérer la sortie programmée de certaines activités fossiles, tout en limitant les effets de contraction de l’ensemble des crédits. Un PF plus large peut avoir des impacts sur la transition.

 

Devant ces limites, d’autres voies prudentielles sont à explorer et à privilégier, qui reçoivent beaucoup moins d’attention comme l’obligation de mettre en place des plans de transition dans le cadre de la supervision (Pilier 2) qui feraient évoluer la composition des bilans bancaires pour financer la transition bas-carbone.

 

Indexer sur le climat les exigences prudentielles des banques permettrait-il de mieux financer la transition bas carbone ? Julie Evain vous présente en deux minutes les principaux résultats de l’étude : 

 

Indexer les exigences prudentielles sur le climat : à quels impacts peut-on s’attendre ? pdf
Voir les annexes
Contacts I4CE
Julie EVAIN
Julie EVAIN
Cheffe projet - Finance Email
Pour aller plus loin
  • 12/07/2019 Billet d'analyse
    Les Ministères font le bilan de la transparence climat des investisseurs

    Le 2 juillet dernier est sorti un rapport très attendu : le bilan de l’application de l’article 173-VI de la loi de transition énergétique de 2015, article qui imposait aux investisseurs de faire la transparence sur leur exposition aux risques climatiques et sur leur contribution aux changements climatiques.

  • 05/06/2020
    Quel rôle pour la réglementation financière dans la transition bas-carbone ?

    Les Etats et plus généralement les pouvoirs publics ne financeront pas seuls la transition vers une économie bas carbone et résiliente aux changement climatiques. Les acteurs financiers privés ont un rôle essentiel à jouer et, au cours des dernières décennies, ils ont pris de nombreuses initiatives pour promouvoir l’« investissement responsable » et la « finance durable ». Cependant, l’impact de ces initiatives est loin d’être à la hauteur du défi climatique, c’est pourquoi la réglementation financière a un rôle à jouer.

  • 31/05/2022
    Analyse par scénarios du risque de transition en finance – Vers une intégration stratégique de l’incertitude profonde

    La restructuration de l’économie vers un système à faible émission de carbone implique de développer les activités alignées sur les besoins d’une économie nette zéro, d’en restructurer d’autres afin de les rendre compatibles avec ces besoins et d’arrêter les activités nuisibles. Le secteur financier doit anticiper ces dynamiques afin de faire face aux risques stratégiques et de saisir les opportunités qui s’offrent à lui dans ses activités.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer