L’obligation de résultats environnementaux verdira-t-elle la PAC ?

10 juin 2020 - Etude Climat - Par : Thomas BONVILLAIN / Claudine FOUCHEROT / Valentin BELLASSEN

Un des éléments principaux de la réforme de la Politique Agricole Commune (PAC) pour l’exercice 2021-2027 est le basculement d’une partie des aides vers de l’obligation de résultat environnemental. Est-ce une évolution couteuse ? Efficace du point de vue de l’environnement ? Pour répondre à ces questions, cette étude d’I4CE analyse de nombreux dispositifs plus ou moins orientés vers l’obligation de résultat. 

 

L’étude montre d’abord que la distinction entre obligation de moyens et obligation de résultat est trop manichéenne. L’obligation de résultat pure dans le domaine de l’environnement n’existe jamais vraiment, et les exemples pratiques se placent sur un continuum d’estimations plus ou moins fines des résultats.

 

L’estimation des coûts de six dispositifs situés sur ce continuum (Paiement Vert, Mesure Agro-Environnementale et Climatique, aides à la conversion en bio, label Haute Valeur Environnementale et deux cadres de certification carbone) permet ensuite de tirer plusieurs conclusions. D’abord l’obligation de résultat n’est pas nécessairement plus coûteuse que l’obligation de moyen : les MAEC par exemple, généralement considérées comme des obligations de moyen, coûtent plus cher à administrer que les cadres de certification carbone, considérés comme des obligations de résultats. La généricité du dispositif joue un rôle essentiel, permettant d’amortir les coûts de conceptions et de suivi sur un grand nombre d’agriculteurs.

 

Ensuite, pour ce qui est de l’efficacité de l’instrument en termes d’impact environnemental, tendre vers de l’obligation de résultat ne semble pas déterminant en tant que tel. Deux facteurs sont en revanche cruciaux : l’ambition du dispositif et le niveau d’exigence sur l’additionnalité, par exemple en conditionnant la subvention à une amélioration par rapport à un état initial.

 

Enfin, l’intérêt spécifique du passage à l’obligation de résultats semble être de faciliter l’évaluation environnementale de la PAC, ce qui permettrait de réorienter si besoin les aides en fonction de ces données d’impact qui manquent aujourd’hui.

 

La réforme de la PAC ouvre la possibilité d’introduire de nouveaux types de paiement dans le cadre de l’éco-dispositif du 1er pilier et notamment des cadres de certification carbone. Ceux-ci accordent justement beaucoup d’attention à la question de l’additionnalité. N’étant ni plus couteux à mettre en place, ni moins efficace qu’un instrument de type MAEC, ils pourraient faire leur apparition au sein de la PAC. L’exemple des aides à l’agriculture biologique montre qu’appuyer les aides de la PAC sur des labels extérieurs n’est pas sans précédents.

 

Thomas Bonvillain vous explique, en deux minutes, les principaux enseignements de cette étude. Une vidéo à regarder pour comprendre ce qu’est l’obligation de résultat dans le cadre de la PAC et l’intérêt qu’elle suscite.

 

Pour aller plus loin
  • 13/01/2023
    Agenda climat 2023 : il n’y a jamais eu de meilleur moment pour agir

    2022 a été une année mouvementée sur le plan du climat. L’année a vu l’émergence d’un nouveau concept, celui de la polycrise : guerre en Ukraine, suites du Covid, retour de l’inflation, crise du gaz, pénuries agricoles, sécheresses persistantes et autres événements climatiques.  Toutes ces crises ont pointé in fine notre dépendance directe et indirecte aux énergies fossiles ; nos fragilités face à un climat qui change ; et la vulnérabilité de nos économies et des classes moyennes et modestes.

  • 02/12/2022
    La certification carbone européenne doit être exigeante… et attractive

    Comment différentier les projets qui permettent vraiment de stocker du carbone, des projets qui prétendent seulement le faire ? Question compliquée quand on s’intéresse à des projets dans l’agriculture et la forêt, pour lesquels la quantification du carbone stocké est complexe et se heurte au risque de non-permanence, et pour lesquels il faut aussi prendre en compte les autres défis environnementaux à commencer par la préservation de la biodiversité. Une question compliquée donc, mais une question qui nécessite une réponse ! Des acteurs privés et des pouvoirs publics veulent s’assurer que les projets agricoles et forestiers qu’ils financent au nom du climat ont un réel bénéfice environnemental.

  • 01/12/2022 Billet d'analyse
    Certification carbone : la Commission propose un cadre exigeant qui devra aussi être incitatif

    On y voit désormais plus clair sur le futur cadre de certification carbone européen, grâce à la proposition que la Commission vient de rendre publique. Cette proposition donne un cadre, de grands principes directeurs, et les détails seront précisés dès 2023 avec l’appui d’un groupe d’experts. Si le diable se cache dans les détails, le cadrage n’en est pas moins important. Claudine Foucherot d’[i4ce] l’a analysé et identifié quatre points sur lesquels il faudra être vigilant. De manière générale, on peut dire que la Commission fait une proposition ambitieuse qui présente cependant un risque : ne pas être suffisamment incitative pour permettre un déploiement massif des projets. 

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer