Obligations vertes : améliorer leur contribution à une transition faiblement carbonée et résiliente au changement climatique.

2 mars 2018 - Etude Climat - Par : Morgane NICOL / Dr. Ian COCHRAN

Pour atteindre l’objectif de l’Accord de Paris et limiter la hausse de la température moyenne mondiale à + 2 ° C par rapport à la période préindustrielle, un changement dans l’allocation des financements privés liés aux activités intensives en carbone vers les investissements compatibles avec un scénario 2 ° C sera nécessaire.

Compte tenu des attentes souvent élevées concernant les obligations, il est important de comprendre quel rôle cet instrument financier peut jouer dans le financement à faible émission de carbone dans un climat résilient (LCCR) et comment le marché des obligations vertes peut aider les obligations à diriger les flux supplémentaires vers les actifs LCCR.

Ce rapport examine les défis et les opportunités pour s’assurer qu’il existe une augmentation financière du marché vert qui se compose de trois parties :

  • La première partie explore les catégories de besoins d’investissement sobres en carbone et résilients au climat qui peuvent théoriquement être financées par des obligations et où se trouvent les principaux déficits de financement.
  • Deuxièmement, le rapport analyse si le marché des obligations vertes étiquetées peut contribuer à orienter des financements obligataires supplémentaires vers les investissements de la LCCR futur.
  • Troisièmement, le rapport suggère certaines mesures dirigées par le marché et par le public qui pourraient contribuer à renforcer la contribution du marché des obligations vertes au financement de la transition vers une économie sobre en carbone. Les différentes options politiques sont décrites et analysées dans différents détails dans les annexes du rapport.

Ce rapport suppose de manière transparente que l’objectif global du développement du marché des obligations vertes est de soutenir la transition de la LCCR, apportant ainsi des avantages supplémentaires aux actifs de la LCCR par rapport aux obligations non libellées et alignées sur le climat.

Plutôt que d’analyser les mesures qui pourraient aider à accélérer le développement du marché obligataire vert, cette étude vise à évaluer le développement du marché obligataire vert Labellisé qui pourrait contribuer à « déplacer les billions de dollars » et à aligner des flux financiers avec les objectifs de l’Accord de Paris par son article 2.1.c.

Il tire finalement des conclusions qui pourraient être applicables à d’autres instruments verts et fournit un bref aperçu de la manière dont les politiques publiques peuvent pousser à une meilleure « intégration » des questions climatiques dans la prise de décision financière.

Ce programme de recherche a été soutenu par la Climate Works Foundation.

Le rapport complet et le résumé des deux rapports sont disponibles ci-dessous en version anglaise.

Les résultats du WP2 sont ici: Rapport 2. Intégrité environnementale des obligations vertes: enjeux, statut et prochaines étapes.

 

Obligations vertes : améliorer leur contribution à une transition faiblement carbonée et résiliente au changement climatique. pdf
Contacts I4CE
Morgane NICOL
Morgane NICOL
Directrice du Programme Territoires Email
Dr. Ian COCHRAN
Dr. Ian COCHRAN
Conseiller Senior - Investissements Climat & Finance Email
Pour aller plus loin
  • 18/11/2022
    COP27 : rappelons les évidences sur la finance climat

    Alors que la COP27 arrive à son terme, rappelons une évidence : la mise en œuvre de l’Accord de Paris nécessitera des flux financiers des pays développés vers les pays en développement. Ces flux ne se résument néanmoins pas aux fameux 100 milliards de dollars annuels, promis pars les nations du Nord à leurs homologues du Sud – promesse par ailleurs non tenue à ce jour. Et ils ne se résument pas aux seuls flux budgétaires. Il s’agit plus fondamentalement de revoir en profondeur l’architecture du financement du développement – en tous les cas, son volet climat. C’est donc dans un premier temps la mission et le modus operandi des banques multilatérales, et plus largement des banques publiques de développement, qu’il faut revoir.

  • 04/02/2012
    Financer la lutte contre le changement climatique dans les pays en développement : Quelle place pour les NAMA ?

    Par Romain MOREL et Anaïs DELBOSC Les accords de Copenhague et de Cancún ont permis l’émergence d’un cadre (les « mesures d’atténuation appropriées au niveau national » ou NAMA pour Nationally Appropriate Mitigation Actions) permettant d’encourager les pays en développement à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre (GES). Ces NAMA peuvent s’inscrire […]

  • 02/03/2018
    Obligations vertes : améliorer leur contribution à une transition faiblement carbonée et résiliente au changement climatique.

    Pour atteindre l’objectif de l’Accord de Paris et limiter la hausse de la température moyenne mondiale à + 2 ° C par rapport à la période préindustrielle, un changement dans l’allocation des financements privés liés aux activités intensives en carbone vers les investissements compatibles avec un scénario 2 ° C sera nécessaire. Compte tenu des […]

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer